Être une femme dans l’univers d’Harry Potter

Être un personnage féminin dans Harry Potter, ça veut dire quoi ? Après les femmes chez Tim Burton, LadyDandy s'est penchée sur la question !

Être une femme dans l’univers d’Harry Potter

Comme beaucoup, j’ai attendu désespérément ma lettre de Poudlard, appris un tas de mots en latin et idolâtré un garçon de onze ans famélique avec une cicatrice chelou sur le front. J’aime Harry Potter… mais pas forcément pour ses personnages féminins. Malgré tout, préparons sortilèges et incantations et glissons-nous dans la peau d’une sorcière de l’univers d’Harry Potter.

Ça y est ? Vous avez enfilé cape et chapeau pointu (si, si, ils sont censés les porter non-stop dans les livres), alors prenez ma main et transplanons… Attention, tenez-moi bien ou vous risquez de finir désartibulé-e-s !

La maternité valorisée

Harry Potter, gros spoiler, est sauvé par le pouvoir de l’amour. Et pas n’importe quel amour : l’amour maternel ! Sa mère, Lily Potter, s’est en effet sacrifiée pour sauver son fils de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom et BIM dans ta face, le sort s’est retourné contre le vilain. Le pouvoir de l’amour !

Être une mère est donc un rôle très valorisé. Narcissa Malefoy rachète plus ou moins sa famille de Mangemorts lèche-bottes en sauvant Harry après avoir appris de sa bouche que son fiston chéri était vivant, Molly Weasley a droit à son moment de gloire après des années à courir sur le haricot de nos héros lorsqu’elle finit par tuer la vilaine Bellatrix Lestrange en la traitant de « pétasse » (« bitch ») pour protéger sa fille…

Sur le papier, être Maman apporte donc la gloire éternelle dans Harry Potter (d’ailleurs, toutes les héroïnes sans exception se sont empressées de pondre des ribambelles de gamins aux noms discutables après la fin de la guerre), mais ce n’est pas une sinécure pour autant.

Comme dans beaucoup de récits initiatiques, les Mamans laissent en effet des souvenirs impérissables à leurs bambins (pour qu’ils puissent pondre des Patronus corrects à l’âge adulte) mais surtout… elles meurent.

Être Maman, c’est pas une sinécure

Qui se dévoue pour dire à Maman qu’on déteste ses gougères aux épinards ?

Luna Lovegood a perdu sa mère lors d’une explosion, Tonks meurt peu après avoir donné le jour à un bébé transformiste (métamorphomage, je sais), la maman de Dumbledore se fait tuer accidentellement par sa propre progéniture, celle de Rogue se faisait sans doute battre par son mari et que dire de la mère de Voldemort… de vraies martyrs !

Il y a peut-être une inversion avec le personnage de Dean Thomas dont l’auteure a expliqué qu’il était orphelin de père, mais son histoire n’a pas été développée dans les livres.

Harry et Neville ont aussi leurs deux parents plus ou moins HS et il est intéressant de constater qu’ils vivent tous les deux dans l’ombre de leur père auquel ils se comparent ou sont constamment comparés (la grand-mère de Neville abuse d’ailleurs un peu à ce niveau) et ne s’identifient pas du tout à leur mère. Même si Lily Potter est décrite comme intelligente et aimante, elle n’est pas vraiment sa source d’inspiration quotidienne et les mères servent plutôt à créer des scènes émouvantes, comme lorsque celle de Neville (devenue folle à cause d’une douleur insupportable infligée par Bellatrix Lestrange) remet à son fils des papiers de bonbons à l’hôpital.

Être maman, c’est avoir peur…

Quand une mère ne meurt pas, elle se fait un sang d’encre pour sa progéniture qui se fourre avec enthousiasme et ingratitude dans la gueule de loup.

Ainsi, on peut finalement trouver un point commun entre Petunia Dursley, Narcissa Malefoy et Molly Weasley : l’angoisse maternelle. Angoisse que leurs maris partagent certainement mais qui est beaucoup moins mise en scène côté paternel.

…et être relou

Être mère implique aussi d’abuser un peu de son pouvoir sur la marmaille. Chez les Weasley, Papa est absent et c’est bien commode, il n’essuie pas les commentaires de sa femme, matrone implacable qui voudrait retenir ses fistons auprès d’elle, se frite avec sa belle-fille française, envoie des Beuglantes et, d’une manière générale, essaie tant bien que mal de préserver l’innocence de ses petiots alors que Papa, lui, leur donnerait limite les clés de sa voiture volante pour aller pécho.

La grand-mère Londubat, elle, passe son temps à rabrouer le pauvre Neville qui en chie déjà pourtant bien assez, le pauvre :

  • Il a l’animal de compagnie le plus pourri qui soit (un crapaud)
  • Il a un grand-oncle psychopathe qui s’éclate à le suspendre dans le vide à sa fenêtre
  • Peeves l’esprit frappeur le force à foutre le feu à son propre caleçon
  • Il ne finit pas avec Luna Lovegood — mais on reviendra plus tard sur cette tragédie !

Par contre, niveau look elle a le swag.

Pour parachever l’ensemble, la mère de Seamus Finnigan, cette grognasse qui lit Sorcière Hebdo (un abject magazine féminin, joli reflet de notre presse girly à nous… sauf madmoiZelle, bien sûr) interdit à son fiston de fréquenter le grand Harry Potter. Vile personne !

Poudlard ou l’équilibre des valeurs genrées

On peut tout d’abord constater une différence dans les valeurs attribuées aux fondateurs de Poudlard suivant leur sexe, dans une belle complémentarité : Godric Gryffondor, l’homme viril positif (qui a une belle épée phallique), est un chevalier courageux et brave alors que Salazar Serpentard, à la virilité déficiente de méchant de dessin animé, est rusé (comme une perfide femelle) et a un médaillon en guise de bibelot symbolique.

Helga Poufsouffle la conciliante a créé une maison dont les élèves sont censés être justes, patients et constants dans leurs efforts. Elle est surtout connue pour ses recettes de cuisine (ce qui n’est pas un mal en soi, mais on reste dans un domaine féminin bien que paradoxalement les grandes cuisines soient loin d’être mixtes). Aussi, l’objet qui lui est associé est est une coupe ; on a donc la totale entre Gryffondor et Poufsouffle : le bâton et le trou.

Quant à Rowena Serdaigle, elle est associée à la sagesse et la créativité ce qui semble assez neutre (bien qu’opposé à l’individualisme prôné par Serpentard) et les Serdaigle peuvent aussi faire preuve d’ambition, mais l’emblème de Rowena est un diadème très féminin. Elle est connue pour avoir conçu le château de Poudlard et ses pièces mouvantes, ce qui est certes admirable mais la limite à son intérieur, et le personnage de Rowena appartient également à la catégorie des mères martyres puisqu’on apprend durant le septième tome/film que la fille de Rowena a trahi sa mère en lui volant son diadème.

Néanmoins, on peut constater une relative mixité entre les maisons ce qui tempère bien évidemment ce jugement sur les valeurs associées aux unes et aux autres.

Du pouvoir aux mains des femmes

McGonagall, l’éternelle seconde

Le pouvoir, sous toutes ses formes, semble plutôt nocif aux femmes qui se contentent de beaux rôles de seconds, à l’image de McGonagall qui demeure dans l’ombre de Dumbledore puis de Rogue tout au long des romans (même si elle finit par être directrice de Poudlard à la toute fin), ou même d’Hermione qui prouve pendant sept livres qu’elle est plus intelligente, plus ouverte, plus réactive que Harry et Ron mais ne prend jamais la place du héros — question de destinée.

Par contre, si une femme a un réel pouvoir, elle devient aussitôt le personnage le plus détesté de toute la saga. Dolores Ombrage est encore moins appréciée que Voldemort et pourtant, il en connaît un rayon en matière de méfaits accomplis.

Il faut dire que Dolores est douée pour se rendre détestable : en plus d’être une infâme raciste sadique, elle a des goûts odieux en matière d’habillement (des cardigans roses pelucheux, pouah !) ce qui en fait un personnage à la fois inquiétant et ridicule, quelqu’un qui a l’air inoffensif mais qui, comble de traîtrise, ne l’est pas ! Et ça accentue encore sa vilenie !

Elle aime le rose et les chatons ? Cherche pas, c’est une méchante

Ombrage et sa collection de Lolcats

Pire que tout, Dolores est une fifille, elle kiffe les chatons et en met même partout sur ses assiettes. Sauf que dans le monde d’Harry Potter, être une fifille, c’est la mort !

Rita Skeeter, autre femme de pouvoir sexy et fashionista, est une odieuse créature perfide qui manipule et ment comme elle respire ; Madame Maxime, la directrice de Beauxbâtons, est une coquette ridicule et outrancière qui porte trop d’opales sur ses gros doigts et s’aveugle sur son poids (« J’ai seulement une forrrte ossaturrre »). Ce personnage n’est pas foncièrement négatif mais on n’est jamais invité-e-s à éprouver de la sympathie pour elle.

Et longue vie au satin vert.

Qui plus est, les camarades féminines de Harry sont ridicules à partir du moment où elles montrent un peu de féminité : Lavande Brown, les soeurs Patil, Romilda Vane, Cho Chang et Fleur Delacour (qui arrive dernière au Tournoi des Trois Sorciers où elle est la seule fille… forcément !) ont bien du mal à se faire une place dans nos coeurs tant elles sont caricaturales dans leur féminité : toujours à se recoiffer, à glousser, à traîner leurs pauvres petits amis dans le salon de thé rose bonbon de madame Pieddodu pour la Saint-Valentin…

Lavande Brown : PSYCHOPATHE.

Fille VS fifille : sus aux clichés de la féminité

Mais après tout, on a majoritairement le point de vue d’Harry qui ne comprend pas grand-chose aux filles. « Tu as la capacité émotionnelle d’une cuillère à café » : Hermione l’a dit à Ron mais elle aurait également pu en faire profiter Harry.

Ainsi, dans les yeux d’Harry, les filles bien sont souvent présentées par opposition aux fifilles. McGonagall est ainsi le pendant positif d’Ombrage, et elle réprimande parfois ses élèves féminines pour oser mettre des noeuds dans leurs cheveux. Elle est à l’opposé du combo rose crémeux/broderies présenté comme monstrueux sur Ombrage.

Fais pas la gueule Ron ! Elle est très bien McGo’ !

Harry semble également apprécier ses camarades de Quidditch féminines qui ne sont pas des fifilles et dont l’une accède même au titre de capitaine de l’équipe. De même, il aime beaucoup le fait que Ginny ne pleure pas devant lui lorsqu’ils se disent plus ou moins au revoir au début du tome 7 : cela fait carrément partie de ses « merveilleuses qualités ».

Pleurer, pour Harry, c’est éminemment ridicule. Il faut le voir s’épancher sur les sanglots pathétiques de Mimi Geignarde ou les excès de sensiblerie de Pétunia ou du professeur Trelawney.

Les hommes pleurent beaucoup plus rarement dans Harry Potter et eux ne gaspillent pas leurs larmes. Ce n’est jamais ridicule. Dans le film, quand Rogue serre le cadavre de Lily Potter dans ses bras, l’instant est sublimé. Quand Mimi ou Trelawney sanglotent, c’est sujet à la moquerie ou au ridicule.

Hermione, fifille-mais-pas-trop

Hermione, par contre, pleure énormément (mais moins que Mimi Geignarde, faut pas pousser) et est même décrite comme ayant une petite voix suraiguë apparemment désagréable quand elle se laisse aller.

Ceci dit, puisque c’est l’amie de Harry, on peut sympathiser avec elle même si ses débordements lacrymaux ont tendance à embarrasser notre sorcier préféré. Ça, et sa facilité à s’angoisser pour les examens sont sans doute les seules choses qu’on puisse réellement lui reprocher. Et puis, dès qu’elle pleure, elle en profite pour serrer l’un ou l’autre de ses copains dans ses bras (surtout Ron, évidemment) : ah, les femmes… ça demande tellement de tendresse.

De toute façon, Hermione n’est pas comme les autres. Même si elle est réellement introduite dans l’histoire en tant que demoiselle en détresse alors qu’un troll l’attaque dans les chiottes, elle n’est pas une fifille. Hermione est sérieuse et impliquée et se construit par opposition aux accros du commérage qu’elle semble snober un peu.

Victor Krum, après qui les filles courent comme des groupies décérébrées, voit bien la différence et suit même Hermione dans son antre du savoir, la bibliothèque, afin de l’inviter au bal.

Après quoi Hermione devient une « vraie femme » en se shampouinant (pas trop tôt) et en revêtant une robe bleu nuit (rose bonbon dans la film… et ils lui ont même ajouté une crise de larmes supplémentaire).

Harry n’en revient pas : sa meilleure amie serait… une fille ! Pour Harry et Ron, manifestement, on n’est pas une fille quand on ne s’arrange pas. C’est la double injonction contradictoire classique : sois trop fifille, je ne te respecterai pas, ne sois pas assez fifille et personne ne voudra de toi.

Heureusement que Krum est là pour leur rappeler que la camarade est jolie (ce qui semble évident dès le premier film par contre… erreur de casting ? Où sont ses grandes dents ?) !

Luna et Tonks, les excentriques

Une qui ne plie jamais à la demande pour ce qui est du look par contre : Luna Lovegood. Et heureusement qu’elle plane constamment parce qu’elle s’en prend plein la gueule. À part Ginny, les autres élèves féminines ne sont pas tendres avec elle (ce sont surtout des filles qui se moquent d’elle dans les livres).

Cependant, si Luna est décalée et bizarre, Harry finit par la trouver un rien séduisante dans son étrangeté (même si elle a toujours l’air d’un sapin de Noël à ses yeux) lorsqu’elle se pomponne à sa façon pour l’accompagner au club de Slug dans le tome 6.

Les vraies filles n’ont pas les excès des fifilles mais elles finissent toujours par être jolies aux yeux d’Harry. Ceci dit, ça arrive souvent comme ça dans notre monde aussi. Les gens qu’on aime sont toujours beaux (au moins un peu).

Pour finir, Tonks, l’auror badass, se soucie de son apparence (la métamorphomage peut changer tout son visage en claquant du doigt) mais d’une manière totalement décalée et également opposée aux fifilleries.

Tonks a de l’humour d’ailleurs : si elle se demande si les cheveux violets flattent son teint, elle aime surtout déconner avec Ginny à table en changeant son nez en groin.

Sois en couple ma fille !

Les mamans, Ginny, Hermione, Luna, McGonagall, Tonks et quelques camarades sportives de Harry présentent donc des modèles de femmes fortes, indépendantes et sympathiques même si, hélas, construites par opposition à une féminité caricaturale dont les excès sont foncièrement néfastes.

Mais elles n’échappent pas à la règle du couple. On revient à l’amour. Les femmes, même les plus étranges, sont toutes des amoureuses (hétéro) à de très rares exceptions et quand Rowling n’a pas eu le temps de les mettre en couple dans les livres, elle multiplie les révélations sur Pottermore ou en interviews.

Tonks est maladroitement mariée à Remus Lupin, Luna finit avec un illustre inconnu (alors que, quitte à la faire finir avec quelqu’un, autant que ce soit Neville, boudiou ! Les films l’ont bien compris heureusement !), même McGonagall a eu une tragique histoire d’amour et le personnage de Bellatrix Lestrange est sans doute en partie sauvée dans le coeur des fans par son amour tordu pour le Seigneur des Ténèbres (on remercie aussi le charisme de Bonham Carter).

Oui, j’ai fait un fanart gnangnan, oui je suis une fangirl de Neville x Luna, oui j’assume ! Farpaitement !

Les rares vieilles filles sont, évidemment, des antagonistes (Rita Skeeter, Ombrage) ou présentées comme assez pathétiques (Trelawney… même si on ne sait rien de très précis à ce sujet — qui sait ce qu’on apprendra sur Pottermore). Mais même si le grand nombre de personnages masculins permet quelques célibataires mâles positifs dans Harry Potter, ils sont également mis en couples dès que J. K. Rowling en a l’occasion.

Ou alors on nous annonce très naturellement qu’ils sont homosexuels.

Eh oui, Dumbledore est gay : J. K. Rowling l’a dit en interview. Bien sûr, elle n’avait pas jugé nécessaire d’en parler explicitement dans les bouquins alors qu’on s’est tapé des pages et des pages de bête écailleuse qui fait des guilis dans le bide de Harry et oh, c’est drôle son kiki devient tout d… Non en fait je m’égare : ça non plus on l’a pas.

Quoi que…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 70 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Coco.lalie
    Coco.lalie, Le 22 mars 2016 à 0h04

    L'article m'a paru très intéressant et m'a permis de me replonger avec plaisir dans l'univers d'Harry Potter même si je ne suis pas complètement d'accord ^^

    Je n'avais jamais envisagé la rivalité des maisons d'un point de vue genré mais c'est grave intéressant comme perspective ! Mais du coup, comment prendre en compte le fait que les directeurs/trices de maison ne rentrent pas dans cette répartition (Serpentard/homme et Poufsouffle/femme MAIS Gryffondor/femme et Serdaigle/homme) ?

    Je suis d'accord que la maternité est sur-valorisée et j'ai été grave énervée quand je me suis rendue compte dans l'épilogue (mais dans mon monde parfait, l'épilogue n'existe pas) que toutes les meufs avaient pondu, genre consécration ultime ! Autant, sur la représentation ethnique, c'est pas si mal dans les bouquins (l'histoire se passe quand même au Royaume-Uni donc c'est pas non plus une mixité absolue ...), autant la représentation familiale bof bof ... Même si, pour le coup, le fait qu'elles s'inquiètent, qu'elles défendent leur famille, etc., je trouve ça assez cool, en mode "je vais pas attendre que mon mari fasse tout le boulot, moi aussi je me bats pour mes enfants" (d'ailleurs, aucune mère ne reste en retrait pour protéger sa progéniture). J'ai toujours trouvé intéressant à cet égard qu'il y ait une forme de "renversement" sur la répartition intérieur/extérieur dans le couple entre Tonks et Lupin puisque ce dernier, en tant que loup-garou exclu de la société, doit rester caché, alors que Tonks continue à travailler et est présentée comme une meuf badass grave cool et grave précoce (une des plus jeunes Aurors si ma mémoire est bonne).
    Et c'est vrai que cette injonction à trouver l'amour est assez déplaisante mais je la trouve très déplaisante pour tous les personnages : Harry se fait harceler par Ombrage et Voldy veut sa peau mais non, c'est le moment de vouloir rouler des grosses pelles à Cho ! Rogue est un gros connard avec ses élèves MAIS il est amoureux de Lily donc on ne peut pas lui en vouloir ! Hermione passe une année dans la bouillasse à supporter les deux débiles qui ne savent pas ce qu'ils veulent mais c'est le moment pour vouloir faire des galipettes avec Ron ! etc.
    Pourtant, il existe aussi des femmes célibataires et qui semblent n'en avoir rien à faire d'être dans la séduction : du côté des profs (McGo encore, mais aussi Chourave, Pomfresh voire Trelawney) ou du côté des élèves (Hermione dans une grande partie des bouquins, Luna, ou des personnages plus secondaires dont on ne parle pas de leurs amours comme Susan Bones ou Hannah Abbot par exemple), voire des Mangemorts (Bellatrix ou Alecto Carrow notamment). Après, c'est peut-être parce que ces personnages ne sont pas forcément assez développées pour que l'on ait le droit de connaître leur vie amoureuse ... Et, quand dans le cinquième tome les jumeaux commencent à vouloir charrier leur soeur en faisant du slut-shaming (ouuuh, la vilaine fille qui enchaîne les hommes, la sale gourgandine), Ginny et Hermione les remettent à leur place bien sèchement :paillettes:

    Le pouvoir n'est globalement une bonne chose pour aucun des personnages : entre Dumby qui tue à moitié sa soeur quand il fait des rêves de grandeur, Fudge qui devient cinglé et aveuglé par son pouvoir au bout d'un moment, Voldy qui cherche à compenser avec tous ces symboles de serpents partout ... Alors, oui, je suis d'accord, les femmes restent globalement au second plan du pouvoir (même si parfois elles gouvernent en sous-main : McGo, Molly Weasley, Hermione ...). Selon moi, Ombrage est encore plus détesté que Voldemort (félicitations à elle !) pour plusieurs raisons :
    - elle fait ses saloperies au grand jour : alors que Voldy fait ça discrétos en se cachant, elle fait ses trucs de bâtard en mode rien-à-foutre de ce qu'on va en dire ...
    - elle est une méchante directe : ça rejoint un peu le point précédent, la fiction est perçue par le point de vue d'Harry et Ombrage est l'opposition quotidienne de leur rébellion adolescente, ce n'est pas un méchant vague, c'est un méchant qu'ils croisent tous les jours, dont les décisions influent directement et visiblement leur vie, et qui, à leur échelle, est bien plus grave (souvenez-vous de ce prof principal que vous détestiez au collège ...)
    - elle appartient au ministère : c'est un point qui est vraiment intéressant dans le cinquième tome et qui est en partie masqué par le point de vue d'Harry (ce teubé intergalactique), mais Ombrage permet de créer une opposition non seulement entre les gentils et les méchants, mais aussi entre le gouvernement (qui cherche à maintenir la stabilité) et l'Ordre du Phénix (qui veut préserver la paix et le bien)
    - c'est le pendant de McGonagall : l'une des personnages les plus cools et badass de tout Harry Potter (et la femme de ma vie + Maggi Smith for ever <3:cheer:) face à Ombrage, elles semblent s'opposer sur tout (justice de McGo/injustice d'Ombrage, look sobre et austère de McGo/look à fanfreluches et rose d'Ombrage, attitude mature qui ne prend pas les élèves pour des jambons de McGo/attitude infantile de petite fille capricieuse et boudeuse d'Ombrage, et même fan de Dumbledore pour McGo/fan de Fudge pour Ombrage) --> oui, j'ai un crush immense pour McGonagall :cupidon:
    - elle n'assume pas d'être une méchante : Voldy est un connard, il aime le noir, la nuit et les cimetières et son but est d'anéantir une partie de l'humanité pour le pouvoir, alors qu'Ombrage est plus ambiguë que cela, elle cherche à préserver à tout prix le monde de stabilité qu'elle a construit et veut conserver le pouvoir qu'elle a acquis (mais elle semble penser réellement qu'Harry ment au début donc bon ...)
    - elle n'assume pas d'être une "femme mûre" : ce qui semble monstrueux à Harry et aux autres, ce n'est pas tant qu'elle aime le rose, les chats et les noeuds mais qu'elle se comporte comme une petite fille capricieuse (qu'elle n'est visiblement plus). Dans le tome 5, on a l'impression de voir une gamine odieuse de primaire dans le corps d'une femme mûre : elle est cruelle (se moquer d'Hagrid notamment), elle refuse qu'on lui dise non, elle boude (quand Rogue ou McGo la remettent à sa place pendant les inspections), elle fait un caprice quand la porte du bureau directorial refuse de s'ouvrir pour elle, elle est jalouse (elle craint même les élèves de la brigade inquisitoriale et ne veut pas qu'ils l'accompagnent voir "l'arme" à la fin du livre) ...
    - c'est une putain de psychopathe ! Ok, Rogue n'est pas mal dans son genre non plus, mais c'est la team Bisournous à côté d'Ombrage qui mutile tranquillou ses élèves en mode "écris avec ton sang et ferme ta gueule", leur inflige des punitions plus longues que les interdictions de Rusard et ne supporte pas la moindre contradiction (légèrement monomaniaque sur les bords Dolores ...). Et ne parlons pas du moment où elle devient directrice et où elle autorise carrément Rusard à employer les châtiments corporels sur les élèves sans que personne ne lève le petit doigt ...
    D'ailleurs, ce n'est pas le fait d'être une fifille qui la rend détestable puisque même les fifilles de l'extrême (les soeurs Patil, Lavande Brown la gourdasse et autres jeunes filles qui pouffent en groupe) la détestent dès le début ...

    C'est la même chose pour les fifilles dans l'univers d'Harry Potter : comme tout est vu de son point de vue de "garçon", il a tendance à faire des généralisations débiles sur les filles qu'il ne comprend absolument pas (ce qui fait qu'Hermione passe quand même un sacré bout de temps à lui expliquer qu'une fille ce n'est pas qu'un truc à cheveux longs qui glousse et qui veut des bisous et du love). Du coup, elles sont décriées parce qu'il ne sait pas réagir avec elles (pour Rita, ses éloquentes réponses aux questions qu'elle pose par exemple, pour Cho quand elle se met à pleurer ...). Mais personnellement, je l'ai toujours interprété comme "je suis un garçon complètement idiot et je ne cherche pas à comprendre l'autre team dortoirs parce qu'elles peuvent avoir des codes différents des miens, sauf quand mes hormones commencent à me titiller la baguette", et il y avait suffisamment de personnages féminins qui n'étaient pas dans ce cliché sexiste pour que je ne m'y intéresse pas outre mesure :) Et du coup, le rejet des larmes, j'y ai vu la gêne d'Harry qui ne sait pas quoi faire (c'est tout à fait sensible dans la scène du café de la St Valentin avec Cho : il ne comprend pourquoi d'un coup elle se met à pleurer, ni ce qu'il doit faire, ni comment ça a pu si mal tourner aussi vite). Si les personnages qui pleurent sont souvent ridicules, c'est aussi pour d'autres raisons (pour Pétunia, le contraste entre ses craintes pour son Dudlynouchet et la vraie vie du jeune homme en question, pour Mimi, le fait qu'elle soit inconsolable en permanence et qu'elle en rajoute des caisses). Harry développe une curiosité malsaine envers les larmes, il observe fasciné sans vraiment comprendre et il est assez avide d'en savoir plus (notamment à la fin du tome 6, quand Mimi lui apprend qu'un garçon est venu la voir pour pleurer et se confier ...). Et, pour le coup, quand Trelawney pleure dans le hall quand elle se fait virer, l'instant est pour moi magnifié par la mise en scène (cruauté d'Ombrage, école réunie, pleurs presque inhumains, compassion de McGo et de Flitwick, etc.), comme les pleurs de Rogue à la fin du 7. Mais ce ne sont pas forcément en tant que filles qu'elles sont dévalorisées je trouve ...
    Rita Skeeter est pour moi le pendant de Gilderoy Lockhart : des personnages avides de reconnaissance, beaucoup trop apprêtées et qui pourrissent la vie d'Harry par leurs (in)compétences.
    Par contre, je ne suis pas du tout d'accord pour Madame Maxime : au début, c'est certes un personnage un peu antipathique qui brise plus ou moins le coeur d'Hagrid, mais elle est vraiment réhabilitée, d'une part parce qu'on comprend qu'elle ment sur son poids pour se protéger des attaques "anti-géants" (qu'Hagrid subit suite aux révélations de Skeeter), d'autre part parce qu'on voit qu'elle a eu un vrai rôle entre le tome 4 et le 5 pour aller avec Hagrid convaincre les géants (celui-ci nous révèle d'ailleurs que, malgré ses apprêts de fifille, elle n'a pas peur de vivre à la dure et qu'elle a respecté son choix de ramener Graup). Je trouve que c'est au contraire un personnage très intéressant qui mériterait d'être plus développé (comment a-t-elle réussi à s'intégrer alors qu'elle est "différente" ? comment dirige-t-elle Beauxbâtons ? quelle relation entretient-elle exactement avec Hagrid ? etc.).
    De même pour Fleur Delacour qui progresse un peu de la même façon que Ginny je trouve. Dans le 4, c'est la fille trop belle que tous les garçons désirent et que toutes les filles jalousent (cliché x 1000) et je suis d'accord qu'elle est insupportable dans les rares moments où on la voit. Mais c'est une sorcière talentueuse (on nous le rappelle à plusieurs reprises) et devient une vraie femme forte (sans perdre ses caractéristiques de fifille) quand Bill se fait refaire le portrait par Fenrir Greyback en s'opposant frontalement à Molly Weasley, ou même quand Harry débarque avec toute la troupe en s'enfuyant du manoir des Malefoy et qu'elle cherche à avoir des explications.

    Hermione, et je suis d'accord avec l'article là-dessus, est la synthèse de toutes les injonctions contradictoires sexistes : sois belle mais pas trop, sois sensible mais pas trop, sois intelligente mais n'écrase pas les autres, sois dix fois plus forte que les hommes pour être légitime à ta place ... Comme Ginny, elle suit une évolution à laquelle on peut vite s'identifier (jeune fille intello et mal dans sa peau qui devient une femme forte et indépendante), du côté intellectuel de la chose quand Ginny est du côté physique de la chose (sportive et briseuse de coeurs).

    Bref, personnellement, j'avais adoré les bouquins justement parce que j'ai toujours eu l'impression de ne pas être dévalorisée en tant que fille puisqu'il y avait plein de personnages féminins géniaux, aboutis, complexes et ambigus. Alors, certes, c'est possible de faire encore mieux mais je voulais aussi rendre hommage par ce gros pavé (désolée à ceux qui m'ont lu et bravo d'être arrivé-e-s jusqu'ici) à cette saga qui a accompagné mon enfance et mon adolescence, que je relis tous les étés avec assiduité et que j'aime d'amour :thestral:

Lire l'intégralité des 70 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)