Le Fashion Revolution Day s’engage pour savoir d’où viennent nos vêtements

Pour la seconde édition du Fashion Revolution Day, le collectif s'interroge sur la provenance de nos vêtements.

Il y a deux ans, à Dhaka au Bangladesh, les ateliers de confection de Rana Plaza s’effondraient, faisant plus de 1100 morts et plus de 2500 blessés.

Depuis ce tragique événement, un collectif s’est formé en Angleterre, le Fashion Revolution Day, créé par la styliste engagée Carry Sommers. Des manifestations organisées par l’association se forment dans 66 pays, tous les ans, en commémoration de cette triste date qu’est le 24 avril 2013.

Chaque année, le Fashion Revolution Day se pose des questions sur la façon dont nos vêtements arrivent dans nos placards, que ce soit au niveau des matières premières, des conditions de travail des ouvrier•e•s, de l’état des ateliers ou encore des atteintes que portent ces industries à l’environnement.

fashion-revolution-day

En 2014, pour dénoncer tout cela, les internautes étaient invités à prendre en photo les étiquettes des vêtements qu’ils portaient, pour en montrer l’origine.

Cette année, le Fashion Revolution Day appelle une nouvelle fois les gens du monde entier à se mobiliser, cette fois en prenant un selfie avec les hashtag #JeVeuxSavoir #WhoMadeMyClothes, afin d’interroger les marques sur l’histoire et le voyage de nos vêtements pour aller vers plus de transparence.

fashion-revolution-instagram

Si tu veux toi aussi participer au Fashion Revolution Day, tu peux imprimer ton visuel sur la page France du collectif, puis prendre une selfie, y ajouter les deux hashtags #WhoMadeMyClothes #JeVeuxSavoir, et la poster sur la page Facebook dédiée à l’événement !

Ami-e Parisien-ne et engagé-e, sache enfin qu’aujourd’hui, tu peux te rendre dans les locaux de l’association Aurore, à l’Archipel, pour participer à des débats sur les conditions de fabrication des vêtements et accessoires, mais aussi y retrouver un bar à couture, un café, et plein d’autres activités. Tout cela se passe au 26 bis rue Saint Pétersboug, dans le 8ème arrondissement, métro Villier !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre au seul commentaire !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MésangeBleue
    MésangeBleue, Le 25 avril 2015 à 2h04

    C'est super tout ça, merxi de l'info. Je voudrais vraiment't plus de traçabilité pour les vêtements. Le pire je trouve c'est que quand on achète un truc pas cher (genre en grande surface) on se doute que ça doit être fait dans des pays pauvres mais quand on fait un (gros) effort financier en achetant une marque plus haut de gamme et qu'en fait c'est fait pareil, on paye juste l'étiquette, ça c'est vraiment révoltant! J'accepterais de payer un peu plus mais que ce soit fait en France par exemple. Je sais qu'il y a les marques bio et équitables mais malheureusement je continue de préférer faire du shopping en touchant les matières, essayer les modèles, et ça c'est pas possible sur internet (j'habite à la campagne, y'a pas des masses de choix de boutiques:stare:). Et puis c'est vrai que même si y'a des progrès je n'ai pas encore trouvé de vêtements à mon goût (féminin genre dentelle, petites fleurs, trucs colorés) dans les marques écolo.
    Je tenais à mettre un message car il n'y avait aucun com'.

    Bisous!

Aller sur le forum pour lire le seul commentaire

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)