Miles Better
Harnaam Kaur
Jimmy Niggles
John Hurt
1 / 6

Utilise les flèches de ton clavier pour faire défiler les images du diaporama :)

Les barbes à l’honneur dans une exposition londonienne

Par  |  | 1 Commentaire

L'exposition Beard de Brock Elbank fait la part belle aux barbes, du 5 au 29 mars au Somerset House à Londres.

beard-day

Article initialement publié le 15 décembre 2014

Le photographe Brock Elbank (alias MrElbank) présentera Beard, son exposition au Somerset House, du 5 au 29 mars 2015. Autant te dire que si tu es fan de mentons poilus et que tu as l’occasion d’être à Londres à ce moment-là, ce serait tout de même bien dommage de rater ce évènement qui semble être fait sur mesure pour ton petit coeur.

Tu pourras y trouver plus de 80 photos qui feront la part belle aux barbes, une pilosité à nouveau en expansion depuis maintenant quelques années. L’occasion de constater que la barbe n’est pas une tendance réservée à un type de personnes issu d’un même environnement, puisqu’on pourra trouver dans l’exposition des photographies mettant en scène le mannequin Ricki Hall, le tatoueur Miles Better, John Hurt (qui incarne entre autres M. Ollivander dans les films Harry Potter) (ENTRE AUTRES en majuscules, oui, parce qu’il a tout de même une carrière tout à fait dingue), ou encore Harnaam Kaur.

Ce dernier nom ne te dit peut-être rien, mais il y a fort à parier que tu ne sois pas passée à côté du plaidoyer de cette jeune femme pour l’amour de soi : elle souffre d’un syndrome des ovaires polykystiques, qui s’accompagne dans son cas d’une pilosité importante, et a décidé d’assumer son apparence après avoir longtemps complexé.

À lire aussi : Une femme à barbe nous donne une leçon d’amour de soi

Cet intérêt pour la barbe n’est pas nouveau pour Brock Elbank : il avait déjà travaillé sur le #Project60, dans lequel il a photographié 60 personnes barbues pour mettre en lumière l’initiative de Jimmy Niggles et son association Beard Season. Jimmy se laissait pousser la barbe après la mort d’un de ses amis proches des suites d’un cancer. Une initiative qui avait pour but de « démarrer la conversation », et ainsi commencer à raconter l’histoire de son ami afin de faire la lumière sur cette maladie, particulièrement répandue en Australie.

Le #Project60 a connu un tel succès qu’il a rempli sa mission : encourager le plus de personnes possibles à faire vérifier leur peau. Et ça, c’est beau.

À lire aussi : La beauté des hommes roux mise à l’honneur par un photographe

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Sophie Riche

Sophie Riche est membre de la rédac depuis 2011, époque à laquelle elle officiait sous le pseudonyme Sophie-Pierre Pernaut. Elle aime manger du fromage et l'humour un peu gras.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Zgu
    Zgu, Le 15 décembre 2014 à 18h38

    :dowant: je veux du barbuuuu. Pourquoi c'est pas chez moi :gonk: