Participez à l’enquête sur le harcèlement sexiste dans les transports

Par  |  | 12 Commentaires

Vous arrive-t-il de subir du harcèlement sexiste dans les transports ? S'agit-il de remarques, d'insultes, d'attouchements ? Pour lutter contre le problème, la FNAUT lance un questionnaire destiné aux femmes.

Participez à l’enquête sur le harcèlement sexiste dans les transports

Pour lutter contre le harcèlement sexiste dans les transports en commun, on vous a parlé de plusieurs solutions. La campagne d’affichage des TCL à Lyon, ou encore le siège-pénis à Mexico. Mais avant d’agir, il faut aussi cerner le problème.

Comme en 2016, la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT) a donc lancé une enquête en ligne sur le sujet. Le but : comprendre quel est le type d’agressions sexistes que subissent les femmes, et où.

Le harcèlement sexiste dans le bus, le métro… et le taxi

Quand on parle de harcèlement dans les transports, on fait souvent allusion au bus, au métro ou encore au tramway. En effet, dans ces situations nous sommes en contact avec beaucoup d’inconnu•es. De plus, nous sommes dans un espace clôt qui ne nous permet pas forcément de partir en cas de situation dérangeante ou dangereuse.

À lire aussi : Lettre ouverte à la petite robe que je n’ai pas eu le courage d’enfiler ce matin

Mais cette année, la FNAUT a ajoutés de nouveaux transports au questionnaire : les taxis, covoiturages et VTC (de type Uber par exemple). Ce sont de véhicules plébiscités en fin de soirée, lorsque les transports en commun ont cessé de circuler. Mais là aussi, ils peuvent être les lieux de harcèlement sexiste.

Un questionnaire sur le harcèlement sexiste

Le questionnaire devrait permettre à la FNAUT de comprendre quel type de harcèlement elles subissent, mais aussi où et comment elles réagissent. Pour ma part par exemple, les réactions proposées ne me correspondaient pas : tirer le signal d’alarme, prévenir le chauffeur ou les passager…

Mon choix est souvent d’ignorer la personne et de partir à la première occasion. Souvent, je décide d’appeler mon copain pour spécifier à la personne que je ne veux pas être dérangée. Ça me permet aussi de montrer à ma moitié ce que je subis au quotidien !

Pour participer au questionnaire, rendez-vous sur ce lien ! Les questions sont simples, elles reviennent sur votre vécu, et l’ensemble dure environ cinq minutes.

À lire aussi : Le Sénat porte un coup à la lutte contre le harcèlement sexiste dans les transports

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Lise F.

Tombée dans la marmite du jeu vidéo à l’adolescence, Lise cause gameplay, graphismes et OST en toute tranquillité. Pendant son temps libre, elle écrase des gens sur Splatoon avec un grand rire machiavélique et donne des coups de pelle à ses voisins sur Animal Crossing. Ses autres passions sont faire et manger des cookies, dormir et râler.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (12) Facebook ()
  • Carry_On
    Carry_On, Le 14 mai 2017 à 19h20

    L'une des solutions proposées, c'est la présence d'agents... Mais comme l'a fait remarquer @Eiden plus haut, c'est fréquent que les agents ne soient pas sensibilisés, voir qu'ils harcèlent eux-même.

    Pour l'anecdote, l'été dernier, je suis allée à un festival en plein Paris avec une amie. Un soir, on a loupé le dernier métro, on est donc allé voir un agent, qui était encore présent dans le métro, pour lui demander les horaires des bus de nuits, et les trajets pour rentrer à notre logement. Le mec a tout simplement refusé de nous donner ces informations, sous pretexte que "habillées comme vous l'êtes, je peux pas vous laisser prendre le bus de nuit, c'est pour ma conscience vous voyez". On a insisté comme on a pu, on lui a expliqué qu'on avait pas les moyens de prendre un taxi, il n'a pas cédé et on a du se débrouiller.

    Outre le fait que c'était inacceptable de nous refuser ces informations alors que c'est son métier, c'est un bel exemple du mec qui veut nous ""protéger"" du sexisme en étant lui-même sexiste. Et je précise que même si quelle que soit la tenue, ses remarques étaient déplacées, nous étions en plus habillées tout à fait sobrement pour le climat, genre débardeurs légers et jeans. Dur d'avoir confiance en les agents du service quand on voit ça...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!