Elephant, le classique tristement actuel de la semaine pour briller en société !

Par  |  | 4 Commentaires

En 2003, Gus Van Sant sortait Elephant, un film qui dénonce une réalité brutale. Une réalité qui a frappé de nouveau il y a quelques semaines, lors de la fusillade du lycée de Parkland. Kalindi revient sur ce film essentiel dans son « classique de la semaine ».

Elephant, le classique tristement actuel de la semaine pour briller en société !

Le 14 février 2018, une fusillade a eu lieu en Floride, dans un lycée, faisant 17 morts et plusieurs blessés. Nikolas Cruz, 19 ans, a ouvert le feu avec un fusil semi-automatique AR-15 qu’il s’était procuré légalement.

Cette fusillade en milieu scolaire est la plus meurtrière depuis celle de Sandy Hook à Newtown en 2012.

Un drame dont la lycéenne Emma Gonzalezest rescapée. Haut et fort, elle dénonce désormais la responsabilité de la National Rifle Association, une association qui promeut les armes à feu.

« Honte à vous ! »

C’est par ces quelques mots que la jeune femme commence un discours poignant, lors d’un rassemblement contre les armes à feu. Et pour une fois, l’Amérique écoute. La jeune femme est désormais sollicitée lors de débats.

Elle se fait porte-parole d’un mouvement frémissant, qui peine toujours à s’imposer dans une Amérique très attachée au deuxième amendement de sa constitution.

À lire aussi : Fort Lauderdale, le massacre de trop pour la jeunesse américaine ?

Aujourd’hui, j’ai décidé que mon Classique de la semaine collerait à l’actualité.

J’ai hésité entre Bowling for Columbine et Elephant. Gus Van Sant a finalement remporté la manche.

Elephant, de quoi ça parle ?

Un lycée. Un jour d’automne. Les élèves étudient, flirtent et jouent au football. Tout est comme d’habitude, sauf que le drame est là, latent.

Alex, le souffre-douleur de sa classe ainsi qu’Eric, un élève que le proviseur refuse d’écouter, préparent une fusillade…

Elephant, un casting d’amateurs

elephant-extrait

À l’exception de quelques rares rôles, tous les personnages du film sont incarnés par des comédiens non-professionnels, qui étaient toujours au lycée à l’époque.

Il s’agissait pour la plupart d’entre eux de leur première expérience cinématographique.

La spontanéité de leur jeux transparaît d’ailleurs à l’écran.

Elephant reçoit de prestigieuses récompenses

elephant-film

Sans grande surprise Elephant a marqué son époque. Je me souviens l’avoir vu au cinéma, lors de sa sortie, en 2003. À l’époque, j’étais gamine, et ma mère avait insisté pour me trainer le voir.

J’avais été choquée. Ce type d’événements dramatiques, j’en avais entendu parler à la télé, sans y prêter une vraie attention. Tout cela faisait un brouhaha de fond, dans la télévision, quand je jouais avec mes copines.

Je n’avais jamais écouté avec attention. Alors la violence du film m’a frappée en pleine poitrine. La violence du choix de ces deux jeunes.

elephant-film-extrait

Elephant a bouleversé le monde entier et s’est tout naturellement imposé lors de festivals prestigieux.

Il a même remporté la Palme d’Or 2003 ainsi que le prix de la mise en scène, toujours au festival de Cannes.

Des récompenses largement méritées.

Pourquoi ce titre, au fait ?

elephant-film-image

Au sortir du film, je m’étais interrogée. Pourquoi un tel titre ? Quel rapport avec le film ?

En fouillant, j’ai découvert qu’il s’agit en fait d’une référence au film de la BBC, qui porte ce titre, et qui a été créé par le réalisateur de Made in Britain Alan Clarke.

Un film basé sur la violence qui a secoué l’Irlande, à cause du conflit entre Catholiques et Protestants. Gus Van Sant a choisi ce titre, car selon lui la violence est la même, bien que l’époque soit différente.

Tout s’explique !

Elephant, un film inspiré

elephant-film-fusillade

Le cinéaste s’est inspiré du travail de Frederick Wiseman (un cinéaste et documentariste) et de William Eggleston (un éminent photographe) pour élaborer l’esthétique globale de son film. Le réalisateur a révélé dans un dossier de presse :

« Tant avec Wiseman qu’Eggleston, nous ne savez jamais exactement où ils sont, mais quel que soit l’endroit, le résultat est stupéfiant. Nous pensions donc à des choses qui seraient sublimes mais pas nécéssairement luxueuses ou trop réfléchies ou bien encore surfaites ».
Et d’ajouter :
« Nous avons beaucoup utilisé la lumière du jour, ou à vrai dire toute lumière disponible, et essayé de trouver ce qu’il y avait de plus beau ».

Comme à l’accoutumée, Gus Van Sant s’inspire des meilleurs pour ensuite façonner ses récits à sa propre sauce.

Quelles nouveautés pour le réalisateur ?

Si tu aimes son travail, sache qu’il sortira bientôt un tout nouveau film intitulé Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot, qui scelle ses retrouvailles avec l’acteur Joaquin Phoenix.

Ils avaient déjà collaboré en 1995 pour le film Prête à tout et se retrouvent aujourd’hui pour un projet bien différent. 

Son pitch ?

John Callahan est un jeune homme devenu paraplégique à 21 ans, après un violent accident de voiture. Accident suite auquel le cartoonist sombrera dans l’alcoolisme.

Son unique thérapie ? Le dessin… 

Ses oeuvres sulfureuses seront publiées par de gros médias comme Penthouse, The New Yorker, ou Playboy.

Tu l’auras compris, il s’agit d’un biopic. Je n’en suis généralement pas fan, mais j’avoue ne jamais avoir été déçue par le travail de Gus Van Sant. J’attends donc avec impatience sa sortie, le 4 avril 2018 !

Voilà ma bonne dame, c’est tout pour aujourd’hui. Je te souhaite le meilleur dimanche possible ! !

À lire aussi : Shaun of the Dead, le classique (de zombies) de la semaine, pour briller en société

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
  • Coco l'asticot
    Coco l'asticot, Le 5 mars 2018 à 16h32

    @CutaPica mais trop mdr et la coiffure est pire que Brice ...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?