La dernière lettre de Troy Davis

Troy Davis a été exécuté hier soir, 21 septembre 2011, dans l'État de Georgie aux États-Unis. Voici la dernière lettre qu'il avait rédigée en 2008.

Le monde entier s’est ému hier à l’approche de l’exécution de Troy Davis – les uns, en colère contre le système judiciaire américain, les autres, priant pour un retournement de situation de dernière minute. Malheureusement, Troy Davis, devenu symbole de la lutte contre la peine de mort, a bel et bien été exécuté. C’était cette nuit à 5h08, heure française.

Quand on se connecte sur la page de Rue89 aujourd'hui…

Avant de recevoir l’injection qui lui a ôté la vie, Troy Davis a remis une lettre à cette avocat. Ce matin, la rédaction du Point a été la première à en traduire de gros passages :

[Edit 22/09, 12h07 : Cette lettre date de 2008. Troy Davis avait remis ce courrier à sa soeur Martina Correia, qui l’a transmis aux avocats, à la veille de son exécution qui avait été finalement repoussée. Merci à Cédric Garrofé de la rédaction de 20minutes de nous avoir signalé la rectification.]

« Je veux vous remercier tous pour vos efforts et votre dévouement en faveur des droits de l’homme et de la bonté humaine ; lors de ces dernières années, j’ai éprouvé tant d’émotions, de joie, de tristesse… sans jamais perdre la foi. C’est grâce à vous tous que je suis en vie aujourd’hui (…) Ma soeur Martina me dit (…) qu’elle n’arrêtera jamais de se battre pour me sauver la vie et prouver au monde que je suis innocent de ce crime terrible.

Je suis ému, quand je découvre des mails du monde entier, venant d’endroits que je n’imaginais même pas connaître un jour, de personnes parlant des langues et exprimant des cultures et des religions que je ne pouvais seulement espérer découvrir un jour (…) Ce n’est pas une affaire qui concerne la peine de mort, ce n’est pas une affaire qui concerne Troy Davis, c’est une affaire qui touche à la justice et à l’esprit humain (…)

Je ne peux pas répondre à toutes vos lettres, mais je les lis toutes. Je ne peux pas vous voir tous, mais j’imagine vos visages. Je ne peux pas vous entendre parler, mais vos lettres m’emmènent aux quatre coins du monde. Je ne peux pas vous toucher physiquement, mais je sens votre chaleur tous les jours que j’existe.

Donc merci, et souvenez-vous que je suis dans un endroit où l’exécution peut seulement détruire votre état physique, mais grâce à ma foi en Dieu, à ma famille et à vous tous, je suis spirituellement libre depuis longtemps, et peu importe ce qui arrivera dans les jours et les semaines à venir, ce mouvement pour abolir la peine de mort, pour rechercher la vraie justice, pour faire éclater un système qui ne réussit pas à protéger ses innocents, doit être accéléré.

Il y a tant d’autres Troy Davis. Ce combat pour abolir la peine de mort ne sera pas gagné ou perdu à travers moi, mais à travers notre force à avancer et à sauver chaque personne innocente emprisonnée à travers le monde. Nous devons démanteler ce système injuste, ville par ville, État par État, et pays par pays. J’ai hâte d’être avec vous, peu importe que ce soit physiquement ou spirituellement, et ce jour-là, j’annoncerai : ‘Je suis Troy Davis, et je suis libre !’ ‘Ne cessez jamais le combat pour la justice, et nous gagnerons !' »

Des mots d’une incroyable maturité pour un homme qui savait sa vie très menacée. Nul doute que la figure de Troy Davis restera symbolique dans la lutte contre la peine de mort, même au delà de son exécution.

 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 55 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Hopscotch.
    Hopscotch., Le 2 octobre 2011 à 12h42

    Je suis tout à fait d'accord avec ce que Dies Irae a dit précedemment. J'aimerais ajouter qu'il existe des associations de victimes qui sont contre la peine de mort aux Etats unis (notamment l'association Murder victim's families for human rights) et qui sont convaincues que la mort de l'être qui les a fait tant souffrir (en tuant un de leur enfant par exemple) n'est pas la solution de leur apaisement, le président de cette association, Bud Welch, dont la fille a été tuée dans un attentat à Oklahoma, est un fervent abolitioniste de la peine de mort depuis cet evenement.

    Pour plus d'information, vous pouvez vous rendre sur le blog que j'ai construit avec une amie :
    La peine de mort aux Etats-Unis

Lire l'intégralité des 55 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)