Choper un daron, mode d’emploi

Dimanche c'est la fête des pères. Si votre trip à vous, c'est de vous offrir un père et de lui donner en cadeau autre chose qu'un pot en terre cuite, voici un mode d'emploi en 5 étapes.

Choper un daron, mode d’emploi

Déjà tu me diras, pourquoi vouloir serrer un daron ? Le père est l’équivalent de la MILF au masculin – un DILF (Dad I’d like to fuck). Produit hautement désirable car il incarne fertilité, maturité et autonomie à lui tout seul. Inconvénient – et de taille si tu n’es pas spécialement portée sur la chose – il faudra s’accommoder de sa progéniture.

Avant-propos :

– On partira d’une base célibataire. Pas qu’on soit pro-fidélité (ou son contraire d’ailleurs), juste qu’on évitera les éventuelles plaintes post-coït des mères entubées.
– On partira également du principe que le papa sera assez jeune pour qu’il ait des marmots en bas-âge. Allez donc par là si votre came, c’est le vieux beau.

Fréquenter des lieux stratégiques

Avant de choper un DILF, il convient d’en débusquer ! Il faut d’abord aller le chercher dans son habitat naturel, ses points d’eau. En tête de liste : les parcs, les hypermarchés rayon puériculture (s’il est un peu débordé, il aura pris l’option Auchan-drive) ou sur le web (parent-solo.fr). Autres lieux privilégiés : les bars, night club et les soirées régressives. Ressourcement nécessaire oblige – il voudra ouvrir sa soupape de paternel et décompresser un bon coup le plus souvent possible. Beaucoup plus dur de le repérer dans ces conditions, seuls des détails infimes pourront le trahir (tâches de potiron-carotte sur la veste, jouets qui traînent dans sa voiture, photos dans son portefeuille…).

Une fois ferré, voici quelques règles élémentaires pour attirer la pauvre victime dans tes filets de bouffeuse de papa.

Éviter de le ramener à sa condition de paternel

Le daron sait qu’il est un daron et en général il le vit plutôt bien. Mais il se considère AVANT TOUT comme un mec. Et en particulier : un mec toujours côté en Bourse(s). Il se peut par exemple que tu sortes avec un géniteur sans savoir que c’en est un. Il t’aura appris l’existence du mouflet un peu plus tard (trois mois après). Deux solutions, soit tu accueilles le paquet comme ta première Barbie à la Noël, soit tu réceptionnes plutôt mal l’essai (et là tu t’en cures la nouille de mon article).

Quoi qu’il en soit, n’oublie jamais cette règle : toi Femme, lui Papa Homme. Et si on se met à sa place deux minutes : imagine-toi dans dix ans, maman mais avant tout femme des années 2010 femme jusqu’au bout des seins, t’aimerais vraiment qu’on te ramène à ton statut de MILF sans arrêt ?

Mettre un peu de paillettes dans sa vie

Épuisé par les nuits blanches, les allers-retours des gardes alternées, les horaires réguliers exigés par le rythme d’un enfant, l’homme est à bout de souffle. Il recherche en toi l’Eldorado salvateur, la Terre promise du réfugié, l’amnistie du condamné. EN GROS, tu vas devoir te défoncer. Réveille les plaisirs oubliés et fais durer la phase du flirt.

Une fois la relation établie, il ne suffira pas de faire joujou avec popol et clito tranquillement dans son lit. Un padre, ça a déjà vu pas mal de trucs, va falloir l’étonner. Ça s’entretient et ça se travaille sans cesse, comme la pâte à guimauve de la foire – celle qui tourne. Emmène-le dans des endroits inconnus pour lui jusque-là. Et je vous cause de plaisir charnel, pas de raquer mille boules pour se faire une after à Ibiza dans les loches de Cathy Guetta.

Encore ensemble ? Bien, tu as franchi les premiers levels. Si les choses deviennent sérieuses, te voilà désormais confrontée au nain de jardin, aka le Boss du donjon. Comment garder ton DILF à partir de là ?

Apprendre le maniement des armes

Comme préparer un lait-choco-céréales, changer une couche usagée ou se servir d’un siège-auto Streety-Fix Bébé Confort. Pas indispensable, mais ça peut toujours dépanner. Et surtout, carrément bien vu par le papa à son fifils. Mioche dans ma poche, son vieux à moitié dans mon pieu – proverbe ouzbek. Ce qui nous amène directement au point suivant.

Berner l’ennemi

Considéré comme un obstacle potentiel, un mouflet peut aller jusqu’à faire capoter une relation déjà bien engagée, juste parsske d’abord [il] t’aime pas. L’approbation du gamin en ta faveur est une épée de Damoclès permanente sur ta pomme.

Première règle pour endormir le nabot : ne jamais, JAMAIS, l’attaquer de manière frontale. Être (extrêmement) patiente (surtout quand il a l’idée de faire un cauchemar au beau milieu d’un coït engagé) et faire semblant de s’intéresser à ses jeux, encore mieux, de lui en faire découvrir. La détention du BAFA est un plus non négligeable. Sinon tu peux déjà t’entraîner à chanter Un éléphant qui se baladait… et J’ai une tante qui est au Maroc et qui s’appelle Hip-Hop.

Choper un daron n’est pas chose facile. Entre la traque, les mines couche-culottées et la tactique de diversion du lardon, tu l’auras compris – c’est un peu le Call of Duty de la drague. Reste à savoir si pour toi le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Greenfairy2a
    Greenfairy2a, Le 17 juin 2011 à 21h28

    la photo est trop drôle ! ^^

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)