Cher Corps est de retour avec le témoignage de Marina, qui parle du fait d’être petite

Par  |  | 25 Commentaires

Marina a toujours été petite. Dans Cher Corps, elle se confie sur les conséquences de cette taille inhabituelle.

Cher Corps est de retour avec le témoignage de Marina, qui parle du fait d’être petite

La mirifique youtubeuse Léa Bordier avait pris des vacances…

La voilà de retour avec sa série Cher Corps, où des femmes viennent raconter leur rapport à leur physique.

Et cette rentrée se fait avec un épisode dédié à Marina, une jeune femme qui a connu de nombreuses brimades dues à sa petite taille.

Cher Corps : Marina raconte sa vie sous le prisme du regard des autres

Tout en gardant un sourire permanent (et très apaisant), Marina raconte les difficultés qu’elle a eues à accepter son corps.

Il faut dire qu’elle a rapidement senti, alors qu’elle n’était que pré-adolescente, le regard de sa mère changer sur elle, la sexualisant.

D’ailleurs, Marina le dit, ce n’est pas sa propre vision de son corps qui lui a fait du mal. C’est la vision que d’autres personnes en avaient.

Elle raconte alors que sa petite taille lui a valu de (trop) nombreuses « blagues » :

« Tu vas aux soirées, on se fout de ta gueule sur ta taille. Et ce n’est pas qu’une remarque…»

Un coup on s’amuse à la faire poser à côté du mec le plus grand de la soirée, un coup on lui fait des remarques sur ses talons.

Et parfois, ça va plus loin encore.

« La première fois que je me suis foutu à poil devant un gars, il m’a dit qu’il avait l’impression d’être pédophile. Je n’avais pas de poitrine, j’étais petite…

Quand t’entends ça, t’es déjà à poil et tu te sens plus qu’à poil. »

Enfin, Marina parle de ses origines, et surtout sur du fait qu’on les sexualises. Comme s’il y avait un catalogue et qu’elle était une case à cocher.

Merci pour ce si bel épisode, Marina (vous pouvez la retrouver sur sa chaîne ici).

Et merci aussi à Léa Bordier de nous permettre de rentrer avec tant de douceur dans l’intimité des femmes qui témoignent. 

À lire aussi : « Ne vous compliquez pas la vie, vivez ! » : Marie-Paule, 71 ans, nous parle de son cher corps

7 surprises culinaires personnalisées par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Anouk Perry

Anouk est rédactrice Sexe, Société et Feel Good ! Sa devise dans la vie ? YOLO. Si elle a l'air d'avoir un balai dans le cul, ne vous inquiétez pas. Il s'agit en fait d'un aspirateur.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Lovely_Sunshine
    Lovely_Sunshine, Le 13 septembre 2017 à 22h31

    Je suis d'accord avec @AngelTen Richard II , est-il possible de témoigner? Moi aussi j'aimerais bien! ^^ (Du coup je commence un peu dans ce commentaire!)

    Je ne suis pas petite parce que je fais 1,70m, mais je suis très fine (entre 48 et 53 kilos suivant mes variations de poids), et j'ai un silhouette en V. Non pas que j'ai les épaules larges, mais parce que mes hanches sont vraiment très fines, étroites (associées à des fesses creuses et plates hein, ça va sans dire). Or, tout le monde sait qu'une "vraie" femme a des hanches (ah le mythe du bon bassin féminin!), des fesses rondes et rebondies et que c'est dans la nature des hommes d'être attirés par les femmes avec des hanches larges, d'ailleurs y a même des études faites sur des singes qui le prouvent...

    Bref. Chaque femme est différente, certaines ont effectivement des hanches larges et des fesses rondes, mais d'autres non, et ça ne veut pas dire qu'elle sont moins femmes (bien qu'on puisse aussi débattre sur le concept du genre). Malheureusement, tout le monde n'est pas de cet avis. Depuis l'âge de 10 ans, je me fais traiter (notamment d'anorexique, mais pas que) à cause de mon poids.

    Spoiler
    Une fois entrée au lycée, ça a été pire, puisque j'ai commencé à me prendre des réflexions sur ma silhouette "masculine" et mon manque de forme. Mais contrairement à ce que des gens pensent ou à ce que d'autres vivent, ces remarques venaient très majoritairement d'hommes, et ma mère au contraire a toujours essayé de me rassurer en me disant qu'elle avait subi les mêmes critiques et que j'étais belle. Mais bon, je n'ai jamais trop tenu compte de l'avis de ma mère car je me dis que comme toutes les vraies mères, elle trouve forcément que je suis la plus belle fille au monde parce que je suis la sienne. Par contre, les critiques des hommes m'ont toujours affectée, je suis très sensible à leur regard. J'ai fini par détester mon corps, j'en étais venue à penser qu'il était dégoutant et que je ne pourrais jamais plaire à un homme. La pire réflexion que je me suis prise à ce jour, c'est un gars qui m'a sorti que "normalement un homme s'est attiré par des femmes qui ont des hanches larges, un homme qui aime les hanches fines c'est pas normal, c'est qu'il a des tendances pédophiles"... C'est extrêment blessant d'entendre qu'on ne pourra jamais avoir de relation saine avec un homme puisque de toute façon un homme étant attiré par nous ne peut-être qu'un pédophile...

    J'ai eu un déclic grâce à une vidéo d'InEssentiel ASMR , dans laquelle elle dit qu'on devrait remercier son corps pour tout ce qu'il nous permet de faire et ce peu importe ce que nous lui faisons subir. Je me suis rendue compte que le problème n'était pas mon corps mais les idéaux de beauté et de féminité véhiculés dans notre société. A partir de là, j'ai changé de regard sur mon corps, j'ai découvert et adhéré au mouvement du body positive. Le sport m'a beaucoup aidée, en particulier la danse orientale.

    Je finis ce petit témoignage en disant que les formes de beauté sont multiples, alors vous êtes forcément belles même si vous semblez imparfaites aux yeux de ceux qui établissent les standards de beauté ou de ceux qui s'y accrochent <3

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!