Berlin #3 – Ce qui me surprend chez les Allemands

Cette année, Émilie Laystary a vécu à Berlin quelques mois. Aujourd'hui revenue à Paris, elle nous liste 10 différences culturelles, alimentaires et socio-comportementales qui l'ont étonné outre-Rhin.

Berlin #3 – Ce qui me surprend chez les Allemands

1. Tout le monde boit des bières, dans la rue, dans le S-Bahn, dans le tram, à toute heure de la journée.

En France, emprunter un couloir de métro une bière à la main, c’est comme se coller un post-it « coucou, on est samedi soir et je prévois de me mettre une murge » sur le front. À Berlin, la bière n’est pas systématiquement connotée « fête ». À partir de 18h30 dans le métro, tout le monde (cadres « costard-cravate-attache case » compris) se balade une Becks à la main. Faut bien se détendre, la fin de journée venue.

2. Berlin est une capitale qui ne connaît pas le phénomène des gens qui se toisent et s’analysent les uns les autres de la tête aux pieds, comme si la ville était un énorme site de street-style embarrassant.

Avez-vous remarqué en France, les regards éberlués qui convergent vers vous au moindre vêtement un peu atypique que vous osez ? À Berlin, personne ne fait ça : d’abord, parce qu’il y aura toujours plus déluré que vous ; ensuite, parce que les styles vestimentaires sont tellement éclectiques qu’on ne sait jamais vraiment où est la norme.

3. Dans la rue, les mecs ne draguent pas.

Pas que la séduction n’ait pas cours dans le pays de Angela Merkel ! Mais contrairement à notre hexagone, montrer à une fille qu’elle nous plaît ne suppose pas l’accoster l’air hagard ou la siffler lourdement. L’Allemand, sobre et cordial, risquera tout au plus quelques regards appuyés, que vous choisirez de retourner ou d’ignorer. Il paraît que l’Allemagne souffre en ce moment d’infertilité nationale. Un rapport de cause à effets ?

4. L’alternatif et le subversif sont ici la norme.

Ce point 4 rejoint le point 2. Berlin est un eldorado de la créativité, d’où cette espèce de « fuite des cerveaux créatifs » vers la capitale allemande. Là où Paris est sclérosé par ses phénomènes de mode, ses circuits de galeries fermés et ses réseaux artistiques de privilégiés, Berlin est l’Ellis Island de l’art, toutes formes confondues. En tant qu’artistes, vous trouverez forcément public, endroits où exposer et pairs passionnés dans les différents quartiers de Berlin.

5. Les Allemands parlent anglais.

Est-ce parce que Berlin est une capitale très cosmopolite ou parce que le niveau en langue des petits Français est un des plus médiocres d’Europe ? Un peu des deux sûrement, mais une chose à Berlin m’a marquée : même lorsque son niveau d’anglais est très sommaire, un Allemand va toujours essayer de baragouiner quelques mots. En France, on dit quoi déjà ? « Non désolé, je parle pas anglais ». Même quand on pourrait essayer.

6. Laisser une bouteille de bière vide par terre dans la rue n’est pas le fait d’un malotru.

Parce que Berlin est une ville très eco-friendly, tout ou à peu près tout est mis en oeuvre pour que la réduction de l’empreinte écologique se fasse aisément. Les bouteilles en verre sont donc presque toutes recyclables… et si vous faites l’apéro dans Görlitzer Park et que vous y laissez vos cadavres de houblon à terre, personne ne vous fusillera du regard : il est de notoriété publique que ne pas mettre les bouteilles dans la poubelle est un geste solidaire – les SDF ayant alors tout le loisir de les ramasser, de les collecter et de les ramener à la consigne pour se faire un peu d’argent.

7. Les Allemands ne sont pas de nature à être avenants.

Là où les Français sont beaux parleurs, quitte à être très sympathiques au comptoir d’un bar et à ignorer le lendemain au bureau, les Allemands ont tendance à ne pas être spécialement chaleureux au premier abord – mais quand ils offrent leur amitié, ils la donnent vraiment. Cette réserve et cette pudeur sont des attributs inhérents à l’attitude des Allemands. Ne faites pas l’erreur de penser qu’on vous déteste.

8. Il y a peu de viande rouge dans les supermarchés.

La devise des Allemands à table ? Les trois W – Wein, Wurst, Weck (vin, saucisse, petit pain). Donc ne vous étonnez pas si au supermarché, le rayon de saucisses est aussi gargantuesque que le coin boucherie est très timide. Notez aussi que les Allemands sont très en faveur d’une « dés-animalisation » de la viande. Autrement dit : ils ne prennent leur bifteck que bien cuit. D’éventuelles traces de sang seraient même presque signe d’indécence. Moi qui adore commander mes pièces de viande « bleues »…

9. On peut acheter des clopes juste devant les caisses de supermarchés.

La législation sur le tabac en Allemagne est très disparate – elle change selon les Länders. À Berlin en tout cas, rien n’interdit la vente de clopes… juste au niveau des caisses des supermarchés, à côté des chewing-gums. Sachant que le paquet de cigarettes est moins cher qu’en France, autant dire qu’arrêter de fumer est presque impossible pour l’expatrié français abonné aux patchs.

10. Acheter un kebab à 1 euro est possible.

Globalement, ce qui étonne à Berlin, c’est le niveau de vie. En comparaison à Paris, le pouvoir d’achat est décuplé : à qualité égale, les produits sont largement moins chers et il n’est pas rare qu’en épicerie ou au bar, les prix des boissons soient très proches de ceux pratiqués en grande surface. Dans la même logique : un kebab de très bonne qualité à 1 euro ou à peine plus, ça existe. L’idéal quand la faim vous surprend et que vous êtes obligé de vous faire les poches. Si vous ne voulez pas vous donner une raison de plus de penser que Paris pratique la sodomie financière forcée sur ses consommateurs… n’allez pas à Berlin. Enfin, vous rateriez tout de même beaucoup de choses.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 32 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mymoona
    Mymoona, Le 1 avril 2016 à 21h56

    Contrairement à ce qui est cité et qui plaît, c'est justement toute cette ambiance qui fait que je n'ai pas apprécié pour trip de 3j à Berlin. Je ne m'y verrais pas du tout vivre... Déjà, je trouve que cette ville n'est pas belle et qu'elle évoque beaucoup trop la guerre. Les beaux tags sur la East Side Gallery j'adore mais tous les coins glauques, sombres et tagués moins... en fait je crois que je m'y sens tout simplement pas à l'aise et que c'est vraiment loin du style d'endroits que j'aime, tant dans l'architecture que dans l'ambiance trop "cool et décalée".

Lire l'intégralité des 32 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)