Une campagne contre la maltraitance visible seulement par les enfants

Une association espagnole luttant contre les violences faites aux enfants et adolescents a sorti une campagne qui se révèle uniquement aux yeux des plus jeunes.

ANAR est une association espagnole luttant contre la violence à l’encontre des enfants et des adolescents. Ses membres sont bien conscients de la difficulté à s’adresser aux jeunes victimes, souvent coupées du monde extérieur par leurs agresseurs. Ils ont donc conçu une publicité print qui révèle aux enfants un message leur étant spécifiquement adressé. Pour mieux comprendre, jetez un oeil à cette vidéo :

Une personne mesurant un mètre trente-cinq ou moins (donc, dans la majorité des cas, un enfant) verra le visage se couvrir de marques de coups, et surtout, elle verra apparaître un numéro de téléphone d’urgence accompagné de la phrase « Si quelqu’un te fait du mal, appelle-nous, on t’aidera ». L’idée est d’envoyer un message directement aux victimes sans que l’adulte les accompagnant – et donc, peut-être, le coupable des violences – ne s’en rende compte.

Que pensez-vous de cette initiative ? Imaginez-vous un autre contexte dans lequel des campagnes similaires pourraient être utilisées ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • ChessyChaf
    ChessyChaf, Le 9 mai 2013 à 23h10

    C'est vrai que ce n'est pas parfait comme système.
    Cependant c'est quand même une petite avancée à mon sens. Déjà ça peut permettre à certains enfants (bon pas beaucoup comme les autres madz ont dit, il faut qu'il sache lire etc.) de prendre en main les choses pour faire que ça aille mieux. C'est une campagne qui ne prends pas les enfants pour des imbéciles et leur permet de se sortir tout seul d'un pétrin. Bon j'exagère un peu, ce n'est peut-être pas un numéro de téléphone qui va leur sauver la vie, mais c'est un pas quand même.

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)