Brock Turner, le « violeur de Stanford », sort de prison… après 3 mois

Par  |  | 119 Commentaires

Brock Turner a violé une jeune femme, et la lettre lue pendant son procès par sa victime a fait le tour du monde. Il va être libéré, au bout de trois mois seulement derrière les barreaux.

Brock Turner, le « violeur de Stanford », sort de prison… après 3 mois

Brock Turner va sortir de prison

Brock Turner a violé une étudiante de 23 ans. Il en avait 20 au moment des faits. Il a été condamné à six mois de prison. Pour que la peine n’ait pas « un impact sévère » sur son avenir.

Vous comprenez, Brock Turner est un brillant athlète. Il est excellent en natation.

Vous ne voyez pas le rapport ? Moi non plus.

Comme nous l’apprend le Washington Post, Brock Turner va être libéré pour bonne conduite ce vendredi, le 2 septembre 2016. C’est son droit. Ça ne fait pas de cette situation une situation juste. Il n’aura passé que 90 jours derrière les barreaux.

Des manifestations sont prévues le jour de sa libération.

Brock Turner, le pivot vers une justice plus équitable ?

La sentence très légère dont Brock Turner a fait l’objet continue de résonner dans l’actualité, notamment grâce au pouvoir viral de la lettre que sa victime lui a écrite, puis a lue pendant le procès (voir ci-dessous).

Une proposition de loi a par exemple été votée en Californie. Elle prévoit une peine-plancher pour les cas d’agression sexuelle.

Le juge Aaron Persky, qui a prononcé la sentence de Brock Turner et a été violemment critiqué pour sa décision, s’est retiré des affaires criminelles pour passer au civil. Plus de 80 000 personnes avaient signé une pétition demandant sa révocation.

S’il est quasi-insoutenable d’imaginer Brock Turner en liberté dès cette semaine, on peut du moins espérer que ce retentissement ait des effets durables sur une justice trop souvent incompétente face au viol et autres agressions sexuelles.

Le 8 juin 2016 — Une jeune femme de 23 ans. Une soirée étudiante à Stanford, aux États-Unis, en janvier 2015. Un peu trop d’alcool pour avoir les idées claires. Un jeune homme, Brock Turner, 20 ans. Un crime.

Brock Turner a violé une jeune femme en état d’ébriété, après une soirée, derrière une benne à ordures. Il a été repéré par deux passants à vélo et jugé en mars 2016. Peine maximale : 14 ans de prison pour agression sexuelle. Le juge l’a mis derrière les barreaux pour six mois… avec sursis.

Pourquoi ? Pour éviter d’avoir « un impact sévère » sur l’avenir de cet athlète brillant, promis aux Jeux Olympiques, section natation.

Six mois.

Avec sursis.

À lire aussi : Steubenville : de nouvelles mises en examen

La lettre d’une victime, la force des mots

La victime de Brock Turner a écrit une lettre, qu’elle lui a lue pendant le procès. Elle l’a également communiquée à BuzzFeed News, et son message a été traduit en intégralité sur BuzzFeed France.

Trigger warningce texte est long et très dur à lire. L’agression ainsi que tout le processus médico-légal par lequel la victime a dû passer sont clairement détaillés. J’ai personnellement dû m’y reprendre à deux fois pour le finir.

« Tu n’aurais jamais dû me faire ça. Deuxièmement, tu n’aurais jamais dû me forcer à me battre si longtemps pour te dire : tu n’aurais jamais dû me faire ça. Mais on en est là. Le mal est fait, personne ne peut le défaire. Et à présent, nous avons tous les deux le choix. Nous pouvons laisser ça nous détruire, je peux rester en colère, blessée et toi dans le déni, ou bien nous pouvons l’affronter en face, moi j’accepte la douleur, toi tu acceptes la punition, et on passe à autre chose. »

temoignage-viol-buzzfeed

Cliquez sur l’image ou ici pour lire toute la lettre.

Une victime qui parle pour mille silencieuses

Insoutenable récit, qu’il faut pourtant faire circuler. Insoutenable injustice que cette justice qui prend soin de ne pas « trop » gâcher l’avenir de celui qui a brisé une vie. Insoutenable pensée que celle-ci, qui a traversé mon esprit quand la lettre a commencé à circuler :

« Oh, encore ? »

Encore, oui. Encore une victime. Encore un coupable qui ne paiera pas cher. Encore les tripes nouées, encore la gorge serrée, encore les flashbacks sur les paupières fermées. Encore la rage au bide, encore le sentiment d’impuissance.

Jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. Encore.

Pour aller plus loin…

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu’elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (119) Facebook ()
  • Bleu pastel
    Bleu pastel, Le 1 janvier 2017 à 22h18

    Cet article me donne des envies de meurtre ! :non: Limite la victime c'est Brock Turner quoi ! La justice (enfin si on peut parler de justice)m'échappe totalement. Je veux dire, autant on condamne des vols de bûche de chèvre ou des baisers en public (JE VOUS JURE QUE C'EST VRAI !), autant là que dalle parce que môôôôôsieur est bon nageur :drama:, faut le préserver (et puis pôpa a des sous alors la victime va se faire foutre et pi cé tou)
    "3 mois de prison c'est cher payé pour 20 minutes d'actions" NAN MAIS JE RÊVE !? :mur:
    Sais tu qu'à moi, il me suffirait de 5 secondes pour te couper les couilles avec un sécateur avant de te coller une balle entre les deux yeux ? Après je dis ça je dis rien :twisted:. Je suis effarée par autant de mépris et d'irrespect envers la victime. Limite condamnez la elle ! Nan mais c'est vrai, a cause d'elle, il a une mauvaise réputation et une chance quasi (pour ne pas dire totalement) inexistante de participer aux JO :tears:
    Mais je suis quand même prête a parier que si le violeur avait été un mec de téci totalement instable (tant qu'à taper dans la connerie et l'absurde, autant y aller franchement au point où on en est) ca se serait pas passer comme ca. On vous aurait foutu tout ca en prison pendant 20 ans et voila c'est fait !
    La lettre j'en parle même pas. Déjà que c'est insoutenable à lire, j'ose a peine imaginer que ca doit être à vivre

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!