La bienveillance, le secret pour plus d’efficacité au travail

Le secret des équipes les plus productives a été trouvé... Et il s'agit de la bienveillance qui y règne !

Google (ou Alphabet) (mais personne ne l’appelle comme ça) a décidé de lancer en 2012 une étude pour déceler le secret des équipes de travail les plus productives. Le projet nommé Aristotle a analysé des centaines d’équipes de l’entreprise Google. Les résultats ont été portés jusqu’à mon oreille par un article de Slate.

« Fallait-il que les membres de l’équipe aient des centres d’intérêt similaires ? Fallait-il qu’il y ait autant de femmes que d’hommes ? Que les membres de l’équipe se voient en-dehors du travail ? »

Autant de questions qui ont été étudiées par les statisticiens, chercheurs, sociologues, psychologues et ingénieurs de Google. Pourtant, aucune corrélation n’a été trouvé par les équipes sur ces données. Certaines équipes continuaient à fléchir quand d’autres avaient une très grosse productivité.

Et puis le secret est tombé lorsque les chercheurs ont pensé à la bienveillance… Enfin, pas exactement. Le concept permettant automatiquement une meilleure productivité est en fait celui de la sécurité psychologique (psychological safety). Amy Emedson, professeure en leadership et management à Harvard Business School, explique ce principe de la sorte :

« Il s’agit d’un cadre dans lequel les salariés n’ont plus peur de prendre des risques, un climat dans lequel ils ne craignent pas d’assumer leurs erreurs. (…)

Les entreprises ont développé en leur sein une ­culture du blâme qui n’est pas saine. Elle ne permet pas d’aller de l’avant lorsqu’une erreur se produit. Car quand une faute est commise, les salariés vont avoir tendance à dissimuler, voire cacher ces erreurs. Sur le long terme, l’entreprise peut en pâtir, car elle ne saura plus d’où viennent les problèmes, ni ce qu’elle doit faire pour s’améliorer.

Il ne faut bien évidemment pas se réjouir des erreurs. En revanche, on peut se réjouir de leur capacité à nous faire réfléchir. Les analyser permet d’améliorer la qualité du travail. La notion d’erreur, et donc d’apprentissage, passe par un changement fondamental de la culture des entreprises. »

Des propos qui, je l’espère, seront relayés. Il semble encore trop souvent la norme de punir toute erreur en entreprise plutôt que de valoriser une réussite ! La culture du management reste à évoluer dans sa globalité.

À lire aussi : #OnVautMieuxQueÇa t’invite à parler de tes (mauvaises) conditions de travail

Si cette étude ne m’a pas surprise, elle me permet d’avoir un argument de plus à chaque fois que j’avance qu’un peu de gentillesse est souvent bien plus productif que de la méchanceté…

À lire aussi : La gentillesse serait-elle contagieuse ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nastja
    Nastja, Le 2 mars 2016 à 13h23

    Souvent c'est parce que tu n'aimes pas la personne en face. Pas vraiment pour qu'il bosse mieux.
    La fille qui était avant moi à mon ancien poste tremblait devant ma chef quand elle la voyait (les collègues me l'ont dit et ils m'ont aussi rapporté que la chef n'était jamais contente de son boulot), et quand je suis arrivée ça a été hyper différent.

    Ce genre d'étude sert à mon avis à dire: "ok t'aimes pas la gueule de truc, mais si tu veux augmenter tes chiffres, passe tes nerfs sur ton gobelet."

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)