La question à se poser pour bien choisir un partenaire

Y aurait-il un moyen de choisir à coup sûr le ou la bonne partenaire ? Probablement que non, mais il y a une question à se poser qui peut grandement aider.

La question à se poser pour bien choisir un partenaire

À part faire battre le cœur et transpirer sous les bras, à quoi sert un premier rendez-vous ?

Si personne n’en parlera ouvertement (ça fait partie du jeu), ce moment est pratiquement l’équivalent amoureux d’un entretien d’embauche, avec ses codes et ses erreurs à éviter.

C’est l’occasion de se montrer sous son meilleur jour et de checker la manière dont il ou elle parle au serveur pour s’assurer de sa maîtrise de la gentillesse.

Bref, il s’agit en grande partie de collecter les indices pour déterminer si le ou la candidate fera l’affaire pour ce job, qui consiste à partager la vie d’une fabuleuse personne (toi).

Mais il y a une question déterminante que l’on oublie bien souvent de se poser pour choisir un partenaire, comme en témoigne l’inspirante Anna Akana dans l’une de ses dernières vidéos.

La question à se poser pour bien choisir son partenaire

Dans cette vidéo intitulée « Une question à se poser pendant un date », la comédienne et fan de développement perso raconte qu’elle a fait appel à un coach en relations et partage l’un des conseils qui lui a été le plus utile. 

Après un rendez-vous avec un mec, sa thérapeute lui demande comment cela s’est passé.

Anna commence alors à dresser un portrait optimiste de son date : mignon, drôle, créatif, poursuivant des buts similaires aux siens… Autant de qualités qui, sur le papier, lui semblent justifier sa qualification en Champion’s League des partenaires potentiels.

Pour nous aider à choisir un partenaire, notre cerveau a tendance à rationaliser la situation en listant les caractéristiques plaisantes et/ou déplaisantes de l’autre, quand il n’est pas occupé à se demander si l’on est assez bien pour cette personne et ce qu’on pourrait faire pour lui plaire.

Mais la thérapeute d’Anna Arkana soulève un point que la jeune femme a simplement éludé :

Comment t’es tu sentie pendant ce rendez-vous ?

Une simple question qui peut tout changer quand il s’agit de s’engager davantage dans une relation.

S’écouter pour choisir un bon partenaire

Choisir un partenaire est toujours un pari et il n’existe pas de garantie de risque zéro à l’étape du recrutement.

D’ailleurs, le but n’est pas de trouver un genre de prince charmant du premier coup, mais surtout d’éviter les relations toxiques, la dépendance affective et autres écueils.

Mais il est possible de réduire les risques de déception et de s’offrir du kif en écoutant nos intuitions, nos impressions, cette petite voix au fond de nous qui hurle, par exemple, « IL N’ÉCOUTE PAS CE QUE TU DIS  » pendant que ton mental fait la liste de ses diplômes.

Pendant ce premier rendez-vous, t’es-tu sentie bien, en sécurité, libre d’être toi-même ? Ou au contraire jugée, anxieuse, mal à l’aise ?

Nous sommes parfois si obnubilé·es par la découverte de cette nouvelle personne, notre possible compatibilité et les attentes que l’on projette sur elle que nous pouvons oublier d’écouter ces guides précieux que sont nos sentiments, nos ressentis. 

Bref, se demander si l’on se sent bien pourrait bien être le meilleur moyen de choisir un partenaire… avec qui l’on se sent bien.

Et toi, tu te laisses parfois aveugler par l’idée que tu te fais d’une personne ? Tu arrives à écouter tes intuitions lors d’un premier date

À lire aussi : Comment t’échapper d’un rendez-vous foireux

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Abby060393
    Abby060393, Le 9 octobre 2018 à 18h01

    0h-dear
    @Abby060393 bah en fait ce que tu dis sur la suite c'est ce que j'appelle fuir le conflit, se dire qu'un truc gênant c'est "pas si mal" parce que si tu fais la réflexion "eh, je parle !" tu penses "oh, c'est pas si grave" (et cette c'est pas ultra grave, mais si on le dit pas l'autre ne le remarque pas et ça devient une habitude) et c'est dans ce sens que je parle de fuir le conflit en espérant que l'autre remarque que "ah oui c'est pas cool !"
    Y'a rien de sexiste ou de méchant et j'ai bien précisé en général, c'est énormément dû à l'éducation une fille ça jure pas, ça se plaint pas et ça se bagarre etc...
    Alors disons que quand ce genre de problème est recurreré, bien évidemment je vais finir par le dire, quand j'ai un truc a le dire, je le fais. Même sous le ton de l'humour, genre "mais sinon, je peux en placer une? :P", mais ce que je veux dire, c'est que je ne vais pas sauter sur les signaux dès que j'en ai, tout le temps, parce que sinon je ne fréquenterais plus personne, et parce que je sais que moi-même je ne suis pas parfaite.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!