Barack Obama et son « traducteur de colère » font un discours énervé mais drôle

Pour le dîner annuel des correspondants de la Maison Blanche, le président des Etats-Unis Barack Obama s'est fendu d'un discours pas comme les autres.

Chaque année, à la Maison Blanche, aux Etats-Unis, se tient le dîner annuel des correspondants, et la tradition veut que le Président et les médias y fassent un peu d’humour. Pour cette édition, le 25 avril 2015, Barack Obama a invité pour son discours un « traducteur de colère ».

Il s’agit de Luther, interprété par le comédien Keegan-Michael Key, un personnage de l’émission Key and Peele, né en janvier 2012, dont la spécialité est de traduire les paroles de la personne qui s’exprime avec agressivité mais dans le LOL. Ils ont donc appliqué ce principe : tandis que le Président des Etats-Unis a fait un discours poli et convenu, son traducteur l’a interrompu en balançant un peu sur tout le monde.

Chacun en a pris pour sa poire : les médias qui s’affolent pour rien, Hillary Clinton et la course aux financements pour la prochaine élection présidentielle – avec une petite référence à Game of Thrones, ceux qui nient le changement climatique… Et c’est au moment de parler du climat, précisement, que Barack Obama s’est lui-même chauffé et a rendu son traducteur… Inutile.

« Obama : Je blague souvent sur les tensions entre la presse et moi, mais honnêtement, ce qu’ils disent ne me dérange pas, je comprends que ça fait parti du système. Je suis un mec détendu, et c’est pourquoi j’ai invité Luther, mon traducteur de colère à me rejoindre aujourd’hui.

Luther : Accrochez-vous à vos petits culs blancs !

Obama : Dans notre monde en mutation rapide, des traditions telles que le dîner annuel de l’Association des correspondants de la Maison Blanche sont importantes.

Luther : Je veux dire, bordel, qu’est-ce que c’est que ce dîner ? Et pourquoi on me demande d’y aller ? Jeb Bush [le frère de Georges W.Bush, NDLR], c’est vraiment ce que tu veux ?

Obama : Parce que malgré nos différents, nous comptons sur la presse pour mettre en lumière les problèmes les plus cruciaux du jour.

Luther : Et vous pouvez compter sur Fox[News] pour terroriser les Blancs avec des insanités ! La Charia arrive à Cleveland, courez pour le salut de vos âmes ! Tout ça est ridicule !

Obama : Nous n’avons pas toujours la même vision des choses…

Luther : Oh, et CNN, merci pour la pleine couverture d’Ebola ! Pendant deux semaines complètes, nous étions à un pas de The Walking Dead. Ensuite vous vous êtes tous réveillés et vous êtes juste passés à autre chose. C’était génial. Et au fait, au cas où vous n’auriez pas remarqué, vous n’avez pas Ebola !

Obama : Et j’apprécie profondément le travail que vous faites…

Luther : Vous vous rappelez tous quand j’ai eu ce gros trou dans le derrière dans le Golfe du Mexique, et comment je l’ai bouché ? Quel « Katrina d’Obama » était-ce ? Etait-ce le 19ème ou le 20ème, parce que je ne m’en souviens plus. Je ne m’en souviens plus.

Obama : Protéger notre démocratie est plus important que jamais. Par exemple, la Cour Suprême a légiféré que le donateur qui a donné 6 millions de dollars à Ted Cruz exerçait juste sa liberté d’expression. »

Luther : Oui, c’est le genre de discours que j’aime. Je viens de perdre 6 millions de dollars.

Obama : Et cela ne concerne pas que les Républicains. Hillary Clinton va devoir collecter d’énormes sommes d’argent aussi.

Luther : Oh oui. Elle va obtenir cet argent. Elle va avoir tout l’argent. La Khaleesi arrive à Westeros ! Attention !

Obama : L’attention constante sur les donateurs milliardaires crée de vrais problèmes pour notre démocratie.

Luther : Et c’est pourquoi nous nous présentons à un troisième mandat.

Obama : Non, nous ne le faisons pas.

Luther : Nous ne le faisons pas ?

Obama : Non ?

Luther : Et qui a dit ça ?

Obama : Mais nous devons nous concentrer sur les grands défis, comme les changements climatiques.

Luther : Hé les gars, au cas où vous n’auriez pas remarqué, la Californie est complètement à sec. On dirait un trailer du nouveau film « Mad Max ». Vous pensez tous que Bradley Cooper est venu ici parce qu’il voulait parler à Chuck Todd ? Il avait besoin d’un verre d’eau ! Enfin.

Obama : La science est très claire. Neuf des dix années les plus chaudes qui se soient jamais écoulées se sont déroulées dans la dernière décennie.

Luther : Je ne suis pas un scientifique, mais je sais compter jusqu’à 10.

Obama : Des mers qui montent, des orages plus violents.

Luther : Vous avez les moustiques, les gens qui suent dans les trains et qui font que ça empeste. C’est juste dégoûtant !

Obama: Je veux dire, regardez ce qu’il se passe maintenant. Tous les scientifiques sérieux disent que nous devons agir. Le Pentagone dit que c’est un risque pour la sécurité nationale. Miami est inondé un jour de beau temps, et au lieu de faire quelque chose pour cela, nous avons élu des gens qui jettent des boules de neige sur le Sénat [référence à Jim Inhoffe, un Républicain qui a tenté de démentir le réchauffement climatique, NDLR]

Luther : Ok, je crois que j’ai compris mec.

Obama : C’est fou. Et nos enfants, quel genre de conneries stupides, irresponsables, avec une vision à court terme…

Luther : Who-oh-oh !

Obama : Quoi ?

Luther : Hé !

Obama : Quoi !

Luther : Avec tout le respect que je vous dois, monsieur, vous n’avez pas besoin d’un traducteur de colère. Vous avez besoin d’une aide psychologique. Et ce n’est pas de mon ressort, mec. Je n’essayerai même pas de rentrer là-dedans.

Obama : Allez-y.

Luther : Il est fou.

Obama : Luther, mon traducteur de colère, mesdames et messieurs. »

De son côté, le président des Etats-Unis s’est fait tâcler par la comédienne Cecily Strong, du Saturday Night Live, qui a fait référence aux manifestations des citoyens noirs contre les violences policières qui se tenaient le même jour à Baltimore :

« Les seuls membres des forces de l’ordre qui auront vraiment des problèmes si un Noir est abattu » sont, selon elle, les agents du service secret de la Maison Blanche.

« Les cheveux d’Obama sont maintenant tellement blancs qu’ils peuvent se permettre de répondre aux policiers. »

À lire aussi : Barack Obama est un homme comme tout le monde dans une vidéo rigolote

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sad-O-Mad
    Sad-O-Mad, Le 29 avril 2015 à 0h40

    Je suis époustouflée par la stratégie de communication d'Obama :oo: C'est presque parfait, il n'y a rien à redire. L'équipe qui l'entoure est l'une des plus talentueuse de notre époque, à n'en pas douter.
    Plus qu'à espérer que les gens qui visionnent toutes ses apparitions dans ce genre de vidéo à buzz ont assez de sens critique et de recul pour se rappeler que le plus important n'est pas "qu'il a l'air vraiment cool", mais ses actions politiques.

    En attendant, il a l'air de trouver ça vraiment drôle. Il a (ou a développé) un sacré sens de l'humour (si ce n'est pas juste de l'acting. J'arrive pas à savoir. Avec les politicards, faut toujours se méfier. Mais il a une bonne bouille, c'est traitre !)

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)