Les sweats du clip de Balance Ton Quoi d’Angèle seront bientôt disponibles !

Après les maintes réclamations de la mise en vente des sweats du clip de Balance Ton Quoi, Angèle a annoncé qu'ils seraient bel et bien disponibles en ligne d'ici peu !

clip balance ton quoi Angèle

– Mise à jour du 17 Avril

Vous l’avez demandé, Angèle l’a FAIT !

À la suite de la sortie du clip de Balance Ton Quoi lundi 15 avril, beaucoup de personnes ont réclamé le sweat aux couleurs de l’« anti-sexism academy » qu’Angèle arbore fièrement.

Leurs prières ont été exaucées puisque la chanteuse a annoncé hier soir sur sa page Facebook que ces sweats ainsi que les polos « Feminist in progress » réalisés en collaboration avec Meuf Paris seraient bientôt disponibles sur la boutique en ligne d’Angèle !

Elle y explique également que tous les bénéfices de ces ventes seront reversés à deux associations féministes : Centre 320 Rue Haute (en Belgique) et la Maison des Femmes (en France).

Autant vous dire que je vais en acheter un sans la moindre hésitation !

– Publié le 15 Avril

Le clip de la chanson Balance Ton Quoi d’Angèle est sorti est c’est LE MEILLEUR CLIP DE 2019.

Balance Ton Quoi, un hymne féministe

La chanson était sortie dans l’album Brol en 2018, en référence très évidente au mouvement #BalanceTonPorc qui a eu lieu sur les réseaux sociaux environ un an plus tôt.

Cet hymne féministe dénonce le harcèlement de rue et les réflexions sexistes que les femmes ont souvent à subir :

« Pour une fille belle t’es pas si bête, pour une fille drôle t’es pas si laide »

Le tout chanté par la si douce voix d’Angèle sur un air dynamique et une instru plutôt dansante… Bref, une chanson qui donne la pêche et qui me motive chaque jour à niquer le patriarcat.

Le clip de Balance Ton Quoi

Chaque seconde de ce clip résonne d’engagement féministe, et je n’en attendais pas moins d’Angèle qui a encore une fois fait appel à la talentueuse Charlotte Abramow pour le réaliser.

Pour rappel, Charlotte Abramow avait déjà réalisé le clip de La Loi de Murphy d’Angèle ainsi que celui de Les Passantes de Georges Brassens à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes 2018.

Dans ce clip, tout y passe : des frotteurs dans le métro aux inégalités salariales, en passant par les poils aux aisselles et la charge mentale. Et en bonus, une petite leçon sur le consentement avec ce bon con de Pierre Niney qui finira par comprendre que « quand c’est non, c’est non ! ».

J’ai envie de partager ce clip à tous les gens que je connais tellement je le trouve formidable.

Vive le féminisme et les meufs badass !

À lire aussi : Suzane s’attaque au harcèlement et le met K.O avec son titre SLT !

recap rigolo game of thrones s08e01
Commentaires
  • Machiavelli
    Machiavelli, Le 21 avril 2019 à 16h55

    Asilentio
    Il est dit qu'en tant que femme blanche et bourgeoise, elle ne devrait pas pouvoir dénoncer le sexisme du rap car pas assez concernée => elle ne doit donc pas parler de choses qui ne la concernent pas.
    Mais elle ne porte pas le voile, n'est a priori pas musulmane... donc elle n'est pas concernée là non plus. En revanche on voudrait qu'elle en parle, sinon cela invaliderait son discours. => elle doit donc parler de choses qui ne la concernent pas.
    Ce n'est pas très cohérent. Soit on dit qu'une personne peut parler de quelque chose sans être la première concernée, soit on dit qu'elle ne peut pas. Donc soit on lui reproche d'avoir parler du rap, soit on lui reproche de ne pas avoir parler du voile.
    Chat-au-Chocolat
    Oh et puisqu’on y est, faut arrêter avec le « féminisme blanc bourgeois ». C’est quoi ce nouveau truc, on va critiquer les gens qui sont nés dans un milieu aisé juste parce qu’ils ont des privilèges et que ceux-ci les dépouilleraient de toute valeur, de toute légitimité dans le combat féministe ? Mais en quoi ? Faut être précaire et racisé.e pour avoir une parole considérée comme légitime et « entendable » ? Je fais volontairement de la provoc, mais c’est vraiment ce que m’évoque ce thread. Comme si on pouvait reprocher aux gens d’avoir des opinions, des préoccupations et des combats influencés par leur milieu social et leur expérience de vie. Tu luttes en premier pour ce qui te concerne directement, et ce n’est ni bien ni mal, c’est juste logique (cest d’ailleurs, ironiquement, ce que fait la meuf qui a écrit ce thread).
    Mullipa
    PUTAIN MEUF MERCI ! J'en ai ras-la-trompe (hommage à Tantor, ce grand philosophe) de ce racisme inversé dans lequel tout le monde se jette. "Tu as de l'argent? Alors ferme ta gueule, de toute façon tu l'as probablement eu d'une façon pas très glorieuse, en magouillant, ou pire, juste hérité de tes parents", "tu es blanc/he? Tais-toi, tu ne connais pas le racisme" "tu es bourgeois/e? on ne veut pas t'entendre, tu vis mieux que la plupart des gens donc tu n'as rien à dire". Belle mentalité.
    Petite compilation, ça fait du bien à lire.

    J'ai un gros problème avec cette hiérarchisation de la légitimité, qui s'appuie non pas sur la pertinence d'une personne mais simplement sur son identité. On dirait presque un genre de droit divin, par défaut légitime et indiscutable, et ça perd tout son sens dès lors qu'on trouve 2 concernés en désaccord. Ce qui est pas rare.
    EDIT : d'ailleurs je viens de me rappeler qu'on m'avait fait le coup sur ce forum "gneugneu tais-toi t'es pas concernée", sauf que pas de bol je l'étais, juste je tenais pas le discours attendu, je jouais mal mon rôle d'oppressée faut croire

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!