Les anglaises et la mode : ces trucs qui changent de chez nous

La mode anglaise, ça donne quoi ? Un petit tour chez les Grands-Bretons pour voir comment s'habillent nos consoeurs, ça met parfois des cotillons au coeur.

Les anglaises et la mode : ces trucs qui changent de chez nous

Publié initialement le 31 juillet 2012

Alors que le pays du scone XXL et du repas à 18 heures, j’ai nommé l’Angleterre, est occupé pour cause de Jeux Olympiques, j’aimerais vous causer aujourd’hui de la mode qu’on voit dans les rues british quand celles-ci ne sont pas blindées d’envahisseurs. Et oui mon p’tit, si la boîte magique de la mode anglaise s’est ouverte à nous avec la vente par correspondance de Topshop, les meufs de France ne s’habillent pas encore comme les filles du pays de la Reine Mère. Entre une escapade londonienne et une semaine en province, voici quelques trucs qui m’ont tapé dans la mirette, à adopter chez nous ou non.

Mini, mini, mini, tout est mini dans notre vie

Photo de http://seaofshoes.typepad.com

Le gros cliché concernant nos potesses anglaises consiste à dire qu’elle n’ont pas froid au popotin, et qu’elles se baladent le fessier à moitié à l’air été comme hiver. Alors oui, il faut le dire, le short des british girls est souvent aussi court que le chemin entre deux neurones d’Eve Angeli, le genre que tu portes mais avec la vague angoisse de te prendre des réflexions comme quoi tu n’es qu’une Josée l’obsédée en goguette. Il est souvent coupé à l’arrache, les poches dépassent…

Mais you know what ? En Angleterre, et encore plus dans les grosses villes, presque tout le monde s’en balance comme sur un hamac en Papouasie. Tu peux te trimballer dans la rue avec une robe longue comme un t-shirt, ça va pas soulever les sourcils de la police des moeurs ni forcément attirer tous les pères verts du coin. Le court est passé dans les moeurs, alors qu’en France, ça bashe et ça sous-entend encore dans tous les coins. Dans mon coeur de Martin Luther King, I have a dream

Allez viens, sors tes cuissots, tu verras comme on est bien !

Georgina, blogueuse sur http://www.cupcakesclothes.com

Ce culte du short 4 ever nous amène directement au point suivant : en Angleterre, toutes les meufs portent du court et du moulant. Genre pas seulement celles qui sont foutues comme des Rihanna photoshopées. Même celles comme toi et moi (c’est teeeellement déjà) avec leur cellulite, leurs cuisses pas forcément caramélisées, leur bourrelet au niveau du bidou. Chez nous, la tendance pour planquer son gras est de se raccrocher à la sacro-sainte formule « leggings are not pants, so please cover your ass » (les leggings ne sont pas des pantalons, alors merci de cacher ton arrière-popotin au plus vite, ça a choqué mon chat persan à la sortie du bain). Les blogueuses mode « plus-size », bien qu’elle disent ne pas se priver, ne sortiraient que rarement sans se couvrir les fesses.

Oui mais voilà, en Angleterre, la vision du corps n’est pas la même que chez nous : le corps « acceptable », « qui plaît » (et je mets des gros guillemets à toutes ces expressions) n’est pas forcément mince (pour plus d’infos, tu peux relire ce papier). Les anglaises se voient en surpoids moins vite que Bibi, et n’ont pas peur de leurs formes. Les nanas fines ne sont pas interdites de séjour non plus.

Du coup, toutes les meufs portent ce qui leur plaît dès qu’elles ont lâché l’uniforme. Esthétiquement, tu peux trouver ça moche ou cool, n’empêche que c’est la liberté guidant la graisse. Voir ces filles décomplexées assumer leur corps sans subir le regard des autres donne envie de s’y mettre aussi. De se rappeler que la vie est plus courte qu’un short et qu’il faut peut-être arrêter de se prendre le coquillard.

Le paradoxe de la godasse et du confort

Photos de http://stylebubble.typepad.com et http://stellaswardrobe.blogspot.co.uk

Autant en France, tu pourrais facilement édifier un temple à l’inventeur de la ballerine (et  sans doute un autel à celui de la bottine à talon), autant en Angleterre, j’ai le sentiment que les meufs cherchent la maxi-détente des orteils. J’ai vu passer sur le bitume beaucoup de baskets, Creepers et autres grosses godasses mastocs, qui, si elles se baladent aussi dans nos rues, sont un peu sélectives quand il s’agit de s’assortir avec une tenue genre preppy. Chez les anglaises, la basket XXL s’étale même avec des jupes. Une amie m’a chuchoté que c’était surtout parce que nos potesses british mettaient des talons de 12 en soirée, et que c’était difficile d’être à la fois Cendrillon sur le dance-floor et Super-Nanny de la botte le lendemain.

Dans le genre bien douillet aussi, le sweat est beaucoup plus porté que chez nous, qui l’abandonnons parfois avec le sac de sport. Faut dire qu’un hoodie aux couleurs d’une université britannique, ça a un cachet que tu peux pas forcément test avec ta fac qui porte le blaze d’un quelconque scientifique mort.

Les charity shops, ces friperies pour sauver la planète (ou presque)

Le charity shop est un peu le mix entre la friperie parisienne et la boutique Emmaüs. En gros, il s’agit d’un magasin solidaire : les fringues sont donnés par des particuliers et les bénéfices de la vente vont à des ONG, contre le cancer, les inégalités… Chez nos potesses anglaises, le concept existerait depuis 1941, et les charity shops font leur beurre avec le retour du vintage. En France, l’ONG Oxfam a ouvert plusieurs bouquineries et une friperie, mais uniquement à Lille et Paris (tu peux en retrouver la liste ici). Bref, on préfère les fripes si elles te coûtent la peau des tripes. Dans les charity shops anglais, les prix sont vraiment choupinets, mais il faut parfois remuer à mort les portants pour faire des trouvailles.

Voilà, je pourrais aussi te dire que vestimentairement, les Anglaises se lâchent pour ce qui est de broyer les motifs dans le mixer et que la reine a une grande collection de chapeaux, mais il est temps de se quitter.

Alors, que penses-tu des ces particularités qui sentent bon le thé à la menthe ? Comment perçois-tu la vision de la mode en France ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 95 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Miss-Marie
    Miss-Marie, Le 3 octobre 2015 à 19h03

    @LeeB Je suis plutôt d'accord avec toi, mais après, en France, il est tout à fait possible d'assumer un style différent, de trouver du travail avec, et d'être apprécié pour ses qualités professionnelles, et dans pas mal de secteurs au final :) En revanche c'est vrai que le jugement est beaucoup plus présent, pas intérêt de montrer ses tatouages et sa nouvelle jupe flashy qu'on aime tant à un entretien d'embauche :/

Lire l'intégralité des 95 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)