Comment dire à une amie qu’elle est dans une relation toxique ?

Tu as une amie ou un ami qui est dans une relation potentiellement toxique, que son ou sa partenaire ne traite pas bien... et tu ne sais pas comment le lui dire ? Cet article est pour toi.

Comment dire à une amie qu’elle est dans une relation toxique ?

Il y a quelques jours sortait sur madmoiZelle un article qui a trouvé un écho chez pas mal d’entre vous : Ma pote sort avec un connard, qu’est-ce que je fais ?.

L’auteure exprimait ses inquiétudes quant au comportement du mec d’une amie, qui semble faire plus de mal que de bien.

Cependant, elle ne savait pas comment en parler à sa pote et craignait de se faire éjecter de sa vie, sans plus pouvoir l’aider.

Been there, done that comme disent les jeunes, alors me voilà partie pour mettre à profit mes expériences, dans l’espoir de filer des coups de main à celles et ceux qui se sont reconnues dans ce récit !

(Oui, car je parle au féminin pour « répondre » à ce témoignage, mais ça peut être tout à fait adapté à un garçon aussi ♥)

Est-ce que je dois parler à mon amie de sa relation toxique ?

La première question que tu te poses peut-être, c’est tout simplement : est-ce que je dois lui parler ?

Est-ce que c’est ton rôle ? Est-ce que le risque (de perdre son amitié, de la voir encore plus isolée) en vaut la chandelle ? Est-ce que tu es légitime à le faire ?

Pour avoir été dans des relations toxiques, ma réponse est simple : oui, tu dois lui en parler.

À mes yeux, être une bonne amie, ce n’est pas juste soutenir ce que fait l’autre, c’est aussi s’exprimer quand on a des inquiétudes, des doutes, des avis. C’est ne pas la laisser foncer dans le mur sans rien dire.

Une relation toxique peut être dévastatrice pour l’estime de soi, le mental, le physique, et avoir de lourdes conséquences.

Je pense donc que quand une amie est dans cette situation, il est essentiel de lui en parler.

Comprendre pourquoi la relation de ton amie t’inquiète

Ce que je te conseille, pour commencer, c’est de lister clairement ce qui t’inquiète dans le couple de ton amie.

Ça te permettra d’y voir plus clair et de pouvoir argumenter avec des exemples précis, au-delà de juste « Je le sens pas ce mec » ou « Je sais pas, j’ai l’impression qu’elle te fait pas de bien cette fille ».

Le ressenti, l’instinct, ça peut être important, assez pour en parler, mais comme ton interlocutrice risque de ne pas être réceptive à ce qui peut être perçu comme une critique, les faits concrets peuvent être d’une grande aide !

Il est possible que, comme l’auteure du témoignage sur madmoiZelle, tu partages tes inquiétudes avec plusieurs autres potes. N’hésitez pas à mettre votre « liste » en commun et à en parler entre vous avant que tu ne te lances.

Et si ce n’est « que » de l’instinct ?

Peut-être que ce premier conseil te fait soupirer, parce que tu n’as aucune preuve « concrète » de ce que tu avances.

Parce que ce n’est qu’un sentiment diffus, une angoisse sourde.

Eh bien je te conseillerais quand même d’en parler à la personne concernée.

Peut-être que tout ça n’est qu’un malentendu, et je l’espère d’ailleurs ! Mais peut-être que tes tripes ne se trompent pas, et que tu as perçu de toutes petites choses indéfinissables mais bien réelles.

Il vaut mieux prendre le risque de se tromper que prendre le risque de laisser souffrir une personne qu’on aime, non ?

Quand dire à mon amie que sa relation semble toxique ?

Comme pour toute conversation délicate (remise des points sur les « i », confidences, rupture…), je te conseille de choisir un lieu calme et intime.

Il vaut mieux aborder ce sujet en tête-à-tête sur son canapé que dans la file d’attente du McDo, quoi.

Peut-être que tu penses qu’un peu de liquid courage, comme on dit en anglais (de l’alcool, quoi) pourrait t’aider à mettre le sujet sur le tapis.

Bon, je suis pas ta mère, mais je tiens quand même à t’indiquer que l’alcool, comme d’autres substances, peut embrouiller ton esprit et rendre ton discours confus, ainsi qu’amplifier les réactions de la personne en face…

Je ne le conseillerais donc pas forcément !

Que dire à mon amie dans une relation toxique ?

Pour être passée par là, je te donne un premier conseil qui me semble primordial : mets en avant le fait que tout ce qui t’intéresse, c’est le bien-être de ton amie.

Tu n’es pas là pour critiquer ou rabaisser son compagnon, ni juger ses choix de vie.

Ton moteur, c’est l’amour que tu portes à ton interlocutrice.

Ça peut paraître évident mais il vaut mieux le dire, le redire et le reredire, car elle peut se sentir un peu mise au pilori, obligée de se défendre, alors que tu n’es pas là pour l’attaquer, au contraire !

Choisir les bons mots pour dire à une amie que sa relation est toxique

Je te conseille de (re)lire le guide de la communication non-violente qui peut t’aider à trouver les bonnes formulations pour éviter de braquer ton amie.

Par exemple, ne dis pas…

— Non mais c’est un connard, comment tu peux ne PAS le remarquer ?!

Dis plutôt…

— Je n’ai pas l’impression qu’il te respecte, et ça m’inquiète. Qu’est-ce que tu en penses ?

La « liste » d’exemples dont je t’ai parlé plus tôt, je te conseille de ne pas la dérouler en mode « preuves à charge au tribunal », mais de t’en servir comme support, comme illustrations.

Une idée de phrase pour te montrer ce que je veux dire :

— Je n’ai pas l’impression qu’il te respecte, par exemple je trouve qu’il ne te fait pas confiance sur le sujet de la fidélité, comme l’autre jour, quand il t’a appelée pendant 1h alors que tu étais censée t’amuser… Qu’est-ce que tu en penses ?

Tu es là pour ton amie, il est donc important de lui laisser la place de s’exprimer.

Tu n’es pas là pour la convaincre, pour débattre, mais pour exprimer tes inquiétudes et essayer de la faire réfléchir à son couple.

Est-ce que je prononce les mots « relation toxique » ?

Utiliser des termes forts comme « abus », « violence », « manipulation », « relation toxique », c’est un peu à double tranchant.

Ça peut faire électrochoc, mais aussi braquer totalement la personne.

Tu peux choisir de paraphraser avec des mots similaires : « comportement inquiétant », « manque de respect »… Mais là, je me vois forcée de te laisser prendre une décision.

Car ça dépend vraiment des gens, il y en a que ça va secouer un grand coup et faire réfléchir, d’autres que ça va fermer complètement à la discussion.

Et si mon amie ne m’écoute pas au sujet de sa relation toxique ?

Même avec toute la bonne volonté du monde, il est possible que tu sortes frustrée et inquiète de cet échange.

Que ton amie n’exprime aucune envie de mettre fin à sa relation, qu’elle refuse de voir ce qui te semble si évident.

Encore une fois, je suis passée par là. Et je sais à quel point ça fait mal, et ça fait peur aussi.

Avant de raccrocher les gants, il y a quelques trucs que tu peux dire à ton amie, et qu’elle entendra, même si tu en doutes sur le coup.

Chère amie dans une relation toxique…

Tu peux lui dire que tu seras toujours là pour elle, et qu’elle ne doit jamais hésiter à se confier à toi si besoin.

Que tu ne la jugeras jamais.

J’ai été dans des relations toxiques, et je sais que quand le voile se lève, quand on devient enfin lucide sur la situation, on peut se sentir comme une merde. Comme une imbécile.

On peut craindre de se tourner vers les autres, qui ont vu la vérité bien avant nous, de peur d’avoir l’air bête et de se retrouver face à des « je te l’avais bien dit ».

Il est essentiel qu’elle sache que ta démarche est bienveillante d’un bout à l’autre, et que si jamais elle décide de se tourner vers toi, tu lui ouvriras tes bras, sans aucune condescendance.

De l’importance de parler à une amie dans une relation toxique

Je comprends que tu puisses éprouver des réticences à l’idée de parler à ton amie.

Que tu puisses te dire que ce ne sont pas tes affaires, que ça la regarde, que c’est une grande fille, qu’elle va juste se fâcher contre toi.

Et pourtant, si personne n’agit, sa solitude ne s’en retrouvera que renforcée. Quand on est assez enfermée dans l’emprise d’un partenaire pour ne même pas s’en rendre compte, chaque petit coup de main est une bouffée d’oxygène.

Je ne veux pas dire que toutes les relations toxiques mènent à des coups, mais les chiffres des violences conjugales et des féminicides en France me terrifient.

Et toutes les femmes qui subissent ça sont aussi de grandes filles qui s’occupent de leurs affaires… mais se retrouvent menacées par un danger très réel.

Et tous les hommes qui leur font subir ça ont généralement commencé par être juste « le connard de mec de ma pote », bien avant la première gifle.

Il n’est jamais vain de parler à une amie dans une relation toxique

Je ne veux pas finir sur une note aussi sombre, alors laisse-moi te raconter mon histoire.

Ou plutôt l’histoire de mon amie enfermée dans une relation toxique, qui a eu besoin de littéralement des années pour en sortir.

Près de deux ans, d’abord, pour arrêter de faire la sourde oreille quand je lui disais qu’elle ne semblait pas épanouie, que son mec lui parlait mal, qu’elle méritait mieux.

Puis encore un an pour me dire « Tu sais, je crois que tu avais raison, je vais le quitter, je ne suis plus amoureuse ».

Et ENCORE un an pour m’appeler, la voix cassée, un mardi pluvieux :

— Mymy, quand tu m’as dit que je pourrais toujours venir chez toi… bon… je peux venir chez toi ? J’ai deux valises, je sais pas où aller.

Elle est venue chez moi. Deux mois plus tard, elle avait son appart, son job et sa vie. À présent, elle a trouvé son bonheur dans un couple qui correspond à celle qu’elle est, un couple avec du dialogue et du respect.

Donc même si, sur le coup, tu as l’impression de parler à un mur, ne désespère pas. Tu plantes de précieuses graines qui, je l’espère, porteront un jour leurs fruits.

Et tu pourras te dire que tu as aidé ton amie à se sauver elle-même.

À lire aussi : J’ai aidé une victime de viol à briser le déni — Témoignage

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Ellanaaa
    Ellanaaa, Le 20 septembre 2018 à 18h02

    Le "feeling", c'est important, je suis complètement d'accord.
    Et c'est clair qu'il vaut mieux parler de ce qui fait qu'on ne "sent pas" quelqu'un quitte à être rassurée que rester silencieuse par peur de prendre un bâche (qui n'aurait pas lieu d'être : c'est bien votre ami·e ?) et devoir récupérer ladite/ ledit ami·e en sang chez soi (blessures internes, externes, morales confondues).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!