Adopter le gilet oversized

C’est l’automne, c’est même bientôt l’hiver (dingue !), donc toute personne normalement constituée et n’ayant pas la chance d’être pourvue d’une combinaison de poil intégrale cherche à se réchauffer. Pour se faire, on peut bien sûr prendre le problème sans détour et craquer pour un gilet en moumoute, voire même une veste, tellement plus… tellement […]

Adopter le gilet oversized

C’est l’automne, c’est même bientôt l’hiver (dingue !), donc toute personne normalement constituée et n’ayant pas la chance d’être pourvue d’une combinaison de poil intégrale cherche à se réchauffer. Pour se faire, on peut bien sûr prendre le problème sans détour et craquer pour un gilet en moumoute, voire même une veste, tellement plus… tellement plus Bertrand de la Star Academy 7 ! Mais l’autre possibilité que nous offre la mode cette saison c’est le maxi-gilet. Oversized. Il est gros, il est chaud, il est confortable et il deviendra ton meilleur ami en planquant les 3kg pris depuis la foire au chocolat. C’est pas formidable ça ?


De g. à d. : Les Petites…, Maje et Icode by IKKS.

Techniquement, un gilet c’est une veste sans manche, le maxi-gilet est donc un cardigan géant ; ce que ma mère appelle « une loque », mon père « une serpillière », ma grand-mère « un essuie-tout du service gériatrique », et que moi je considère comme le truc le plus hautement désirable de l’hiver. Enfin jusqu’à nouvel ordre. Cela dit, les anciens n’ont pas tout a fait tort lorsqu’ils dénoncent l’aspect loqueteux de ce vêtement informe. Oui, un gilet oversized doit être mou et pendre sur nos fesses, mais cela ne le prive pas d’un minimum de tenue : évitons les trous, les manches qui tombent de 15 cm, les coutures épaules au niveau des coudes, les bouloches, etc, etc. Quelques pistes à suivre :

• le gilet de géant, genre je l’ai piqué à Sun Ming Ming, le chinois qui se baisse pour dunker. A shopper chez les mecs.

• le cache-épaule (sans bouton donc) en gros point mousse, genre c’est moi qui l’ai fait. Chez Les Petites…

• les manches bouffantes, ou mieux, forme chauve-souris, qui redeviennent très mode mais qu’on ne confond pas avec les manches papillon. Merci.

• l’esprit cape, à tenter dans un style militaire ou façon liseuse (c’est-à-dire fermé en haut, par un seul bouton).

• les manches courtes ou 3/4, mais dans ce cas toujours amples (forme cloche) pour donner du volume sans boudiner les bras. Ici, on pense au sous-pull.


Silhouettes : sur fond gris Antik Batik, sur fond blanc Diabless.

On le porte sur un jean (et là, bonne nouvelle, toutes les formes s’y prêtent), un pantalon slim ou des leggings, ou alors comme un manteau demi-saison, par-dessus un short, une robe ou une jupe (et dans le cas où elles seraient courtes naturellement le gilet est toujours au moins aussi long).
Enfin (ça c’est mon bonus du jour), on le porte sans rien en dessous, au coin du feu avec son chéri, des chaussettes de ski et un écriteau autour du cou : « J’ai froid, soyez sympa, réchauffez-moi ». Oui ? Non ? Si, si, moi j’aime bien !

En bref, le gros gilet on en fait ce qu’on veut à condition d’éviter de tomber dans le piège du modèle trop court (façon cardigan de vieille bourgeoise) ou avec ceinture style cache-coeur long (genre je ressort mon must de 1997 l’air de rien). Mouhaha, c’te blague.

Et toi, le maxi-gilet ça te dit ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 49 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Dayanna93
    Dayanna93, Le 21 janvier 2009 à 21h35

    J'aime beaucoup !

Lire l'intégralité des 49 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)