Abolition de la tradition du dernier repas des condamnés au Texas

Le Texas vient de mettre fin à la tradition du dernier repas accordé au condamné avant sa mort. Cette décision fait suite à une commande "démesurée" par le détenu Lawrence Russell Brewer avant son exécution.

C’est Le Monde qui en parle ce matin : l’Etat américain responsable du tiers des exécutions du pays vient d’abolir l’ultime privilège des condamnés à mort : celui de choisir de quoi sera composé son dernier repas.

Que s’est-t-il passé ? Souvenez-vous du jour où Troy Davis a été exécuté : ce même 21 septembre, un ex-membre du Ku Klux Klan est exécuté en Géorgie pour le meurtre d’un noir. Tandis que l’afro-américain devenu symbole de la lutte contre la peine de mort se contente du repas habituel, Brewer, lui, « a fait dans la surenchère ». Le Monde raconte :

Il a demandé deux steaks de poulet frit, un triple cheeseburger au bacon, une livre de porc au barbecue, trois fajitas, un bol de gombos frits, une pizza à la viande, une livre de glace et une plaque de chocolat au beurre de cacahuète avec des éclats de cacahuètes. Le repas, servi « dans des proportions plus raisonnables » selon les autorités pénitentiaires du Texas, a finalement été refusé par le détenu.

Cette commande astronomique n’a pas été du goût de John Whitmire, un sénateur depuis longtemps opposé à cette tradition. Dans une lettre rendue publique, l’homme s’émeut :

« It is extremely inappropriate to give a person sentenced to death such a privilege. One which the perpetrator did not provide to their victim. »
« Il est extrêmement malvenu d’offrir à un condamné à mort un tel privilège. Un privilège que le criminel n’aura même pas laissé à sa victime. »

Brad Livingston, directeur du département de la justice pénale du Texas, a estimé que les arguments avancés par le sénateur était « fondés ».

Le système judiciaire américain vient donc de renoncer à la seule tradition qui offrait un semblant d’humanité à la sentence. Désormais, les condamnés à mort devront se contenter du même repas que les autres. S’il nous fallait une énième preuve que c’est pas demain la veille que la peine de mort sera abolie…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 24 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • GloriAnar
    GloriAnar, Le 27 septembre 2011 à 22h16

    Ramya;2584639
    Plusieurs choses:
    - Je me demande si un équivalent du point godwin existe pour le meurtre/viol d'enfant qui semble être le summum de l'horreur et sortis à toutes les sauces comme argument ultime (si c'était une femme ou un homme, aurais-tu trouvé cela "moins grave"?).
    - Je retourne la question: Si nous étions coupable d'un crime/délit ou bien qu'un de nos proches l'était, souhaiterions nous que leurs droits les plus fondamentaux soient niés et bafoués sous prétexte d'assouvir les pulsions sadiques et vengeresses des victimes ou bien de la population de façon globale?
    La Justice n'est pas la vengeance.

    Je défends les droits des criminels car je pense sincèrement que que les causes du taux de criminalité et de la récidive ont des causes bien plus complexes (généralement d'ordre économique et social) que le simple fait de diviser le monde en deux: les gentils et les méchants.
    La nature humaine est bien plus complexe que cela et personne n'est tout blanc ni tout noir.

    Je suis contre la peine de mort car cela revient à institutionnaliser le meurtre, comme je suis pour l'amélioration des conditions de vie et de réinsertion (actuellement inexistante) des détenus. Par humanisme certes mais surtout parce que la répression n'a jamais traité les causes de la criminalité, mais ses effets, et qu'elle est au final parfaitement inefficace.
    Les arguments que tu as utilisé me font penser aux discours démagogiques des politiques afin de manipuler les foules et d'éviter de se poser les vraies questions. Je ne développerai pas trop non plus sur le fait de déshumaniser les détenus afin de se rassurer sur sa propre nature.

    Cela ne veut pas dire que je nie les souffrances des victimes ou que je suis contre l'application des peines de prisons et de dommages et intérêts. Au contraire. Sauf que l'on ne fait rien pour traiter le problème à la racine.
    "- Je me demande si un équivalent du point godwin existe pour le meurtre/viol d'enfant qui semble être le summum de l'horreur et sortis à toutes les sauces comme argument ultime (si c'était une femme ou un homme, aurais-tu trouvé cela "moins grave"?)." Je prends cet exemple car il me semble que le vol de chèvres n'est pas puni par la peine de mort ^^ Histoire de coller au contexte quoi :) Les condamnés à la peine de mort sont principalement...des tueurs! Et la plupart du temps....des tueurs d'enfants! (repensez à la médiatisation de certains procès en France avant l'abolition)

    "Les arguments que tu as utilisé me font penser aux discours démagogiques des politiques afin de manipuler les foules et d'éviter de se poser les vraies questions. Je ne développerai pas trop non plus sur le fait de déshumaniser les détenus afin de se rassurer sur sa propre nature." Euh...Quels arguments je te prie? C'est bizarre, il me semblait que les arguments étaient utilisés pour convaincre...Or je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit, étant donné...que je n'ai pas d'avis sur la question. Ni sur la peine de mort, ni sur le repas du condamné.

    "Je suis contre la peine de mort car cela revient à institutionnaliser le meurtre, comme je suis pour l'amélioration des conditions de vie et de réinsertion (actuellement inexistante) des détenus. Par humanisme certes mais surtout parce que la répression n'a jamais traité les causes de la criminalité, mais ses effets, et qu'elle est au final parfaitement inefficace." Je suis plutôt d'accord avec toi là-dessus (et n'ai jamais dit le contraire), même si on peut déplorer un manque d'études sérieuses sur le sujet.

    "Je défends les droits des criminels car je pense sincèrement que que les causes du taux de criminalité et de la récidive ont des causes bien plus complexes (généralement d'ordre économique et social) que le simple fait de diviser le monde en deux: les gentils et les méchants.
    La nature humaine est bien plus complexe que cela et personne n'est tout blanc ni tout noir." J'ignorais avoir séparé le monde en deux catégories, merci de me le faire savoir :d Nan sérieusement j'ai jamais dit que les criminels étaient tous des ordures qui méritaient de crever dans d'atroces souffrances, j'ai JUSTE relever que aucune madmoizelle ne prenait le contre-pied des autres sur ce sujet, qui est pourtant un sujet délicat.

    Alors merci à toutes d'arrêter de vous sentir agressées par mon post, je n'ai jamais dit que je voulais exécuter tous les hors-la-loi et les priver de dignité ou d'humanité, je dis juste que c'est marrant, bizarre, et peut-être révélateur que vous soyez toutes du même avis. Je suppose qu'une victime ou qu'une personne faisant partie de la famille d'une victime d'un acte assez affreux pour être puni de la peine de mort dans certains états ne serait sûrement pas aussi prompt à défendre des coupables/accusés.
    Et puis quoi, genre, aucune d'entre vous n'a jamais rêvé de pouvoir tuer quelqu'un? ;) (!!HUMOUR!!)

Lire l'intégralité des 24 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)