Tu as peut-être des zones érogènes que tu ne connais pas encore

Le corps humain est un terrain de jeu qui peut réserver des surprises. Queen Camille t'explique comment découvrir les points sensibles que tu ne soupçonnes pas encore.

Tu as peut-être des zones érogènes que tu ne connais pas encore

Je ne supporte pas que l’on touche mes genoux de manière inopinée.

Cette articulation est pour moi si sensible qu’un contact non désiré peut rapidement me donner envie de jeter des objets contondants sur l’auteur du geste.

Heureusement, j’ai d’autres zones érogènes que mes rotules, car la vie est bien faite.

Qu’est-ce qu’une zone érogène ?

Si le toucher de genou n’excite que mon envie de meurtre, il est possible que cette zone soit orgasmique pour d’autres.

Chacun et chacune a ses spots de prédilection en matière de zones érogènes, ces points sensibles dont la stimulation fait du bien, voire peut mener à l’orgasme.

Notre corps en est recouvert et leur sensibilité varie selon les individus, comme l’explique l’éducatrice en sexualité Niki Davis-Fainbloom à HelloGiggles :

« Une zone érogène est une partie du corps qui a une sensibilité élevé et qui peut amener une réaction sexuelle.

Bien qu’il y ait certaines constantes au niveau des zones qui peuvent créer l’excitation, chaque personne peut avoir son schéma propre en fonction de sa biologie et de ses expériences. »

Ainsi, les zones érogènes les plus communes sont les organes génitaux, la bouche, le cou, les seins et les oreilles… mais en fin de compte, absolument n’importe laquelle des parties du corps peut être une zone érogène !

Pourquoi les zones érogènes nous excitent ?

Si frotter un clitoris paraît être une manière assez évidente de déclencher un orgasme, beaucoup d’autres facteurs entrent en jeu dans le phénomène d’excitation sexuelle. 

Le cerveau joue notamment un grand rôle dans ce petit jeu.

La sexologue Jess O’Reilly explique notamment à HelloGiggles que les zones dédiées au raisonnement s’éteignent momentanément pendant une relation sexuelle.

De nombreux chemins nerveux entrent aussi en action. Entre le nerf pudendal, le nerf hypogastrique et le nerf pelvien, trois autoroutes neuronales envoient les infos de plaisir à notre boîte crânienne.

D’où une grande complexité des sources d’excitations et la possibilité de jouir en stimulant des zones moins évidentes que celles cachées dans nos slips. 

4 zones érogènes surprenantes à tester

Voici quelques idées d’endroits à chatouiller pour étendre ton champ des possibles, seule ou à deux.

1. Les pieds, une vraie zone érogène

Nul besoin d’être fétichiste au dernier degré pour apprécier une petite stimulation pédestre.

D’après l’éducatrice en sexualité Niki Davis-Fainbloom, les pieds se trouvent juste à côté de l’appareil génital sur la carte sensorielle de notre cerveau.

En conséquence, les connections entrent ces deux zones peuvent se brouiller et les pieds peuvent alors devenir une zone érogène pour certaines personnes.

2. Le nombril est-il une zone érogène ?

Proche du pubis et situé dans une zone où se croisent force terminaisons nerveuses, le nombril est une zone érogène plus commune qu’il n’y parait.

Certaines personnes rapportent que la stimulation du nombril peut leur donner des sensations dans le clitoris. Rouler des mini-pelles à cette zone peut donc procurer du plaisir à certaines.

3. Les sourcils, drôle de zone érogène

Celle-là, je te la donne, c’est pour moi, c’est cadeau.

Je n’ai encore jamais joui du sourcil (je te tiendrai au jus) mais je sais de source sûre que les caresser et les lécher dans le sens du poil peut être fort agréable.

4. Le bas du dos, zone érogène

Pour certaines personnes, stimuler le bas du dos peut procurer beaucoup de plaisir, voire des sensations orgasmiques.

Cela peut être lié à l’effet relaxant qui permet d’apprécier au mieux le rapport dans sa globalité, et pour d’autres c’est une question de « cartographie sensorielle », dans le sens où il s’agit de l’une des parties les plus sensibles de leur corps.

Comment découvrir de nouvelles zones érogènes

Il s’agit là d’une liste non exhaustive puisque tu sais à présent que des zones insoupçonnées peuvent procurer du plaisir et que le corps entier recèle des points potentiellement orgasmiques.

À toi maintenant d’explorer tranquillement le territoire de tes sensations, pendant que tu te masturbes ou avec un partenaire.

Caresser, pincer, lécher, mordre, suçoter au gré de tes inspirations pourrait te conduire à quelques découvertes.

Bien souvent, les personnes qui se masturbent développent des habitudes et une routine.

Pour découvrir des zones érogènes insoupçonnées, il s’agit plutôt de sortir des sentiers battus, et avant tout de faire preuve de patience (normal de pas décoller après 3 secondes de stimulation), d’être à l’écoute de ses sensations et de communiquer !

Alors même si c’est surprenant et inattendu, quand quelque chose te fait du bien… dis-le.

Et toi, est-ce que tu as découvert des zones érogènes surprenantes sur ton corps ? 

À lire aussi : Sexe et cerveau : pourquoi s’attache-t-on aux gens qu’on nique ?

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Nathanielle

J'avoue que les sourcils me laissent dubitative... A tenter !

Pour ma part je suis classique : seins, cou et nuque. Surtout nuque et cou ! Du léger bisou à la morsure, c'est le moyen le plus rapide de me faire décoller !
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!