Live now
Live now
Masquer
we-too-egalite-glucksmann
Actualités France

#WeToo : enfin, le ralliement des hommes au mouvement #MeToo ?

Raphaël Glucksmann et Michel Hazanavicius cosignent une tribune intitulée « Nous aussi, nous voulons l’égalité », dans le Nouveau Magazine Littéraire.

Ça fait longtemps que j’attendais d’entendre ces mots, de les lire sous la plume d’un homme. Parce que depuis que #MeToo a propulsé le féminisme en une de l’actualité, depuis que les femmes se relaient sur les plateaux télé, dans les émissions de radio, qu’elles se reprennent et se répondent par tribunes interposées, il manquait des voix à ce concert.

J’attendais que des hommes prennent aussi la parole, mais pas pour se flageller au nom d’un groupe qu’ils ne représentent pas, ni pour se désolidariser d’un groupe auquel ils appartiennent pourtant.

En clair, je n’avais pas besoin que des hommes s’excusent d’agressions commises par d’autres hommes, de la même manière que je ne suis pas non plus, en tant que femme, la porte-parole des femmes ou des féministes.

Et si c’était pour dire « Moi, je ne suis pas un porc », ok c’était sympa, mais là n’était pas le fond du sujet.  Ce que j’attendais des hommes depuis le début de cette déferlante déclenchée par l’affaire Weinstein, c’est qu’ils rejoignent le combat pour l’égalité.

C’est par les mots du philosophe Raphaël Glucksmann, et ceux du réalisateur Michel Hazanavicius que j’ai enfin entendu le message que j’attendais : un « nous » qui rassemble les femmes et les hommes dans un combat commun vers l’égalité.

À lire aussi : Nick Offerman, symbole de masculinité, parle de #MeToo aux hommes

« Nous aussi, nous voulons l’égalité »

Dans la tribune qu’ils cosignent sur le Nouveau Magazine Littéraire, Raphaël Glucksmann et Michel Hazanavicius reviennent sur la fameuse « liberté d’importuner » en refusant de jouir d’une liberté qui serait synonyme d’oppression pour d’autres — ici, les femmes :

« On nous a appris enfants que notre liberté s’arrêtait là où commençait celle des autres et nous pensons que la liberté des femmes à ne pas être importunées est ici la question centrale.

Pour affirmer que, loin de nous angoisser, ce mouvement d’émancipation nous réjouit car il ne s’agit pas d’une révolte des femmes contre les hommes mais d’un combat commun contre les injustices faites aux femmes. »

La tribune de Raphaël Glucksmann et Michel Hazanavicius

#MeToo n’est pas un combat de femmes, entre femmes

J’ai suivi avec plaisir les différentes interventions de Raphaël Glucksmann, ce week-end. Sur le plateau de C Politique, il répond avec justesse et pertinence à Jean-François Kahn, très remonté contre les mots « balance » et « porc », qui rappellent le pire de notre Histoire.

Raphaël Glucksmann recentre le débat sur le problème de fond : on peut désapprouver le choix du hashtag, sans se laisser complètement distraire et s’éloigner des questions primordiales que le mal choisi « Balance Ton Porc » pose à la vue de tous.

« Parfois, la révolte est impolie », souligne-t-il. L’échange du philosophe avec Jean-François Kahn dure une vingtaine de minutes et mérite d’être écouté pour bien comprendre la position de Raphaël Glucksmann sur le sujet.

https://youtu.be/HyLHkF1g7l0?t=38m18s

Le débat entre Raphaël Glucksmann et Jean-François Kahn, calé au début de leur discussion

À lire aussi : Les 7 meilleures réponses à la tribune sur « la liberté d’importuner » parue dans Le Monde

Ce lundi matin, sur Europe 1, les 2 cosignataires étaient les invités de Patrick Cohen, dans la matinale. Michel Hazanavicius commente le mouvement #MeToo dans sa globalité :

« Ce qui se passe est vraiment très important. C’est une révolution de société, un mouvement qui remet en cause des rapports archaïques. »

À lire aussi : Entre larmes et espoir, Maïwenn évoque #MeToo et prône la solidarité féminine

Et ça fait du bien d’entendre des hommes rejoindre le mouvement, dans le « bon » sens, c’est-à-dire le sens du progrès pour tout le monde.

#MeToo ne sonne pas l’ouverture de la chasse aux porcs, c’est plutôt un dommage collatéral, une conséquence des violences subies en silence, dans l’ignorance et dans l’indifférence pendant trop longtemps.

#MeToo est effectivement le déclencheur d’une révolution dans les rapports entre les femmes et les hommes dans la société. Une révolution contre le vieux système patriarcal et son cortège de violences et d’inégalités. Une révolution qui progressera d’autant plus vite qu’un nombre croissant d’hommes y adhèrera.

Ce « Nous aussi » est donc le ralliement que j’attendais, et il n’était pas acquis : en effet, si Raphaël Glucksmann et Michel Hazanavicius sont seulement 2 à cosigner ce texte, c’est parce qu’ils n’ont pas trouvé cent hommes pour le signer avec eux. C’est dire s’il était nécessaire que quelqu’un fasse le premier pas dans cette direction.

Messieurs, au risque de me répéter, l’égalité entre les femmes et les hommes ne se fera pas sans vous. Nous voulons l’égalité, et ce « nous » vous inclut aussi !

À lire aussi : L’appel d’Emma Watson aux « féministes introvertis » : l’égalité se fera grâce à vous


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

17
Avatar de Mercutio
3 février 2018 à 13h02
Mercutio
Je suis ultra dérangée par le nom #wetoo. Ils sont au courant que le hashtag #metoo signifiait "Moi aussi je suis victime" et pas "moi aussi je soutiens la cause des victime"? Ça me fait limite penser aux gens qui disaient qu'il n'était pas possible qu'autant de femmes aient été agressées en voyant le nombre de #metoo.
C'était pas un simple hashtag de soutien ! Je trouve que c'est se foutre de la gueule du monde de détourner ce hashtag.
8
Voir les 17 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

5
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Actualités France

Grâce à Judith Godrèche, l’Assemblée se dote enfin d’une commission pour protéger les mineurs dans le cinéma et la mode

Un couple d'homme en train de s'occuper de leur bébé né par Gestation pour Autrui // Source : alvarostock
Daronne

Timothée a fait le choix d’une GPA éthique : « si le consentement est éclairé, les femmes ne sont pas exploitées »

bulletin-salaire // Source : URL
Actualités France

Les fiches de paie vont bientôt être simplifiées, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle

10
Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

16
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France // Source : Capture d'écran Twitter
Actualités France

La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France

1
macron coupe du monde
Actualités France

Emmanuel Macron mécontente 3/4 des Français·e·s (et surtout les femmes), selon un nouveau sondage

1

La société s'écrit au féminin