Une candidate de téléréalité espagnole forcée à regarder son viol

Carlota Prado, candidate dans une téléréalité espagnole façon Big Brother, dit avoir été violée pendant le tournage, et forcée par la production à regarder la vidéo du crime.

Une candidate de téléréalité espagnole forcée à regarder son viol

C’est le scandale qui bouleverse l’Espagne depuis plusieurs jours.

Carlota Prado, candidate dans une téléréalité façon Big Brother intitulée Gran Hermano Revolution, a révélé avoir été violée pendant l’émission…

Et forcée par la production à regarder la vidéo de son agression sexuelle.

Carlota Prado, violée pendant une téléréalité espagnole

The Telegraph reprend le déroulé des faits, qui ont eu lieu à l’automne 2017.

Carlota Prado était dans la maison de Gran Hermano Revolution, où elle avait entamé une relation de couple avec un autre candidat, José María López.

Le soir du 3 novembre 2017, l’alcool a coulé à flots. Carlota, ivre, a été mise au lit par son compagnon, José. Mais il ne s’est pas arrêté là.

Je cite The Telegraph :

« Selon les images du viol présumé, elle a dit « Non, je ne peux pas » à Mr López.

Mais il est entré dans le lit avec Mlle Prado et aurait eu des relations sexuelles avec elle pendant plusieurs minutes, avant que la production ne l’interrompe en intervenant par le biais du haut-parleur de la chambre. »

Carlota Prado, forcée de regarder la vidéo de son viol

Les choses empirent davantage.

Carlota Prado a confié à El Confidencial que la production l’a installée le lendemain dans le confessionnal, et l’a forcée à regarder la vidéo de son viol, dont elle n’avait aucun souvenir.

Elle ne savait donc pas du tout ce qu’elle allait voir.

Le média espagnol a révélé en exclusivité des extraits de la scène (jamais diffusée). La jeune femme pleure, supplie pour que la diffusion s’arrête, en vain.

Le viol de Carlota Prado fait scandale

Depuis que Carlota Prado s’est livrée à El Confidencial, de nombreux annonceurs se sont retirés de Gran Hermano Revolution— plus de 40 entreprises, à l’heure où je tape ces lignes.

Un communiqué d’Endemol Shine Group, qui produit l’émission, dit que « avec le recul, nous regrettons que la conversation pendant laquelle Carlota a été informée ait eu lieu dans le confessionnal ».

Il rappelle également que José María López a été sorti de l’aventure, et que Carlota Prado a eu accès à de l’aide psychologique avant de décider de revenir dans la maison.

Un choix qu’elle explique ainsi (propos traduits par Le Figaro) :

« Je suis revenue parce que je n’avais pas le courage de faire face à la réalité. Je ne voulais pas quitter cette maison isolée.

Vous vivez dans un monde alternatif et vous êtes en quelque sorte protégé. C’était très difficile, mais j’ai pensé que cela serait moins difficile que de faire face à la réalité de l’extérieur. »

Quelles suites judiciaires après le viol de Carlota Prado ?

The Telegraph indique qu’une plainte contre José María López a été déposée par la société de production, et une autre par Carlota Prado elle-même.

« Le juge d’instruction a déterminé qu’il y avait matière à un procès pour agression sexuelle perpétrée par Mr López, bien que ce dernier démente l’acte, selon son avocat. »

Affaire à suivre, donc, mais en attendant que la justice fasse (je l’espère) son travail, les conséquences pour l’émission sont bien réelles.

Reste à espérer que la culture du viol soit un jour un reliquat du passé, et non un élément si omniprésent qu’on le retrouve, de façon aussi décomplexée, jusque dans les shows de téléréalité.

À lire aussi : J’ai dit « non » à mon copain, il m’a violée sans vouloir m’écouter

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Cococinulle

Et je vois gros comme une maison, que lors du procès, vous pouvez être certain·es que son état d'ivresse lui sera reproché, et que puisque c'était son copain, ce n'est pas vraiment un viol...
monde pourri.
Si la loi n'a pas changé en Espagne, le viol/agression sexuelle risque en effet d'être requalifié.e d'atteinte sexuelle, comme dans d'autres cas du même genre, car le code pénal espagnol précise qu'il y a viol/agressions sexuelle s'il y a eu violence ou intimidation (ce qui semble ne pas être le cas ici)


:mur:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!