Reglement_de_comptes
Règlement de comptes

Sarah, 600€ de loisirs par mois : « C’est cool de ne pas culpabiliser sur les dépenses »

16 juil 2021 9

Combien gagnez-vous par mois ? Comment dépensez-vous cet argent ? Qui paye quoi dans votre couple ? Voici quelques-unes des questions auxquelles nous nous attaquons dans notre nouvelle rubrique Règlement de comptes !

Parler d’argent, en France, c’est encore tabou. Pourtant, c’est un sujet passionnant, et par certains aspects… féministe ! Dans notre rubrique Règlement de comptes, des personnes en tout genre viennent éplucher leur budget, nous parler de leur organisation financière (en couple ou solo) et de leur rapport à l’argent. Aujourd’hui, c’est Sarah qui a accepté de nous ouvrir ses comptes.

  • Prénom : Sarah
  • Âge : 29 ans
  • Métier : Cadre dans une entreprise
  • Revenu mensuel : 3.465€ à deux
  • Famille : Elle et son conjoint
  • Lieu de vie : Un appartement T3 en centre d’une grande ville, dont ils sont locataires

Les revenus de Sarah et son partenaire

Sarah est cadre dans une entreprise qui gère un site internet. Pour son job de responsable d’équipe, elle est gratifiée d’un salaire de 2.065€ net par mois.

Si elle estime que ce salaire n’est pas à la hauteur de l’investissement que son travail nécessite, elle affirme tout de même qu’il lui permet de vivre confortablement sans avoir à s’inquiéter de ses dépenses :

« Je couvre mes besoins et peux trouver des opportunités de me faire plaisir très régulièrement. Je suis très heureuse de bien gagner ma vie, et de ne plus avoir de soucis d’argent qui planent au-dessus de ma tête.»

À son revenu s’ajoute celui de son partenaire, payé 1.400€ net par mois pour un poste dans la logistique et la gestion de commandes. À eux deux, ils disposent donc de 3.465€ pour financer leur mode de vie.

 

L’organisation des revenus du couple

Sarah et son conjoint sont ensemble depuis cinq ans et partagent un appartement depuis deux ans. Sur cette période, leur organisation a varié, notamment en fonction des revenus du compagnon de Sarah qui a connu une période de chômage.

« Quand mon copain était aux chômage, avec des allocations très basses, j’ai eu un coup de cœur pour un appartement un peu plus cher que celui dans lequel nous vivions. Mon copain était réticent à augmenter ses dépenses mensuelles pour le loyer, mais je ne voulais pas renoncer au confort que me permettrait le nouveau bien…

Du coup, nous avons trouvé un compromis. Nous avons déménagé, et nous sommes passés d’une organisation à 50/50 à un pourcentage plus égalitaire basé sur nos revenus respectifs : 60% pour moi et 40% pour lui. »

Aujourd’hui, le conjoint de Sarah ayant retrouvé un emploi, ils sont repassés sur une division en deux parts égales de leurs dépenses communes.

« Chacun s’occupe de ses affaires »

Ils règlent ainsi chacun la moitié de leurs charges fixes, en essayant de se répartir les factures de la manière la plus égalitaire possible, et alternent sur les frais ponctuels comme les courses. Sarah explique :

« Chaque mois, après le virement du loyer, nous faisons le point sur l’ensemble de nos charges. Certaines sont fixes, d’autres fluctuent et il faut s’ajuster. »

Pour cela, ils estiment qu’un compte commun n’est pas nécessaire, et s’organisent sur leurs comptes individuels. De manière générale, ils ont tendance à gérer leur budget de manière très indépendante :

« Nous avons des comptes séparés donc chacun s’occupe de ses propres affaires. Pour les quelques factures communes (assurances, internet, électricité…), on s’est réparti les contrats égalitairement. Et quand nous avons envie de craquer sur des dépenses, que ce soit un restau ou un voyage, nous pouvons le faire séparément : si l’un n’en a pas l’envie ou les moyens, il ne se sent pas obligé d’y participer. »

Ils se consultent toutefois sur les gros achats à deux, pour des meubles par exemple, afin d’aligner leurs critères et de choisir ensemble ce qu’ils achèteront.

Les dépenses de Sarah et de son conjoint

Depuis qu’ils ont emménagé dans leur joli T3 au centre de la grande ville où ils habitent, Sarah et son conjoint paient 964€ de loyer par mois, prélevé sur le compte de Sarah et qu’ils paient à deux, à hauteur de 50% chacun. C’est, comme souvent, leur plus gros poste de dépenses.

Viennent ensuite les loisirs, que Sarah évalue pour leur ménage à environ 600€ par mois. Dans cette somme, elle compte des sorties pour boire un verre, ce qu’elle fait souvent, beaucoup d’achats de gaming partagés entre elle et son compagnon, des restaurants, mais aussi des évènements plus ponctuels : elle cite « des week-ends, des vacances, des sorties foot ou d’autres achats en tout genre ».

Ces dépenses plaisirs sont importantes pour le couple, qui partage la même philosophie : l’argent, c’est fait pour être dépensé. Pour eux, les finances n’ont d’ailleurs jamais été un sujet de dispute. Elle explique :

« On n’hésite pas à se faire plaisir, en faisant des dépenses pour soi ou l’un pour l’autre. On est sur la même longueur d’onde, et c’est cool de ne pas culpabiliser pour ça. Et puis, nous sommes loin d’avoir des goûts de luxe et nous retrouvons aussi sur des choses qui n’impliquent pas d’argent ! »

« Si on se coordonnait mieux, on pourrait réduire nos frais de courses »

Leur troisième dépense mensuelle la plus élevée se trouve dans les courses alimentaires, que Sarah évalue à 450€. Un chiffre qu’elle aimerait réduire, notamment en faisant de grosses courses dans des supermarchés plutôt que des petits achats dans des supérettes.

« On ne se consulte pas trop sur les courses, et on finit souvent par acheter le juste nécessaire dans les supérettes de centre-ville, ce qui coûte cher. Si on se coordonnait mieux, on pourrait plus régulièrement aller faire de grosses courses à deux afin de réduire nos frais. »

Viennent ensuite leurs factures courantes pour l’eau, le chauffage et l’électricité et l’assurance habitation qui s’élèvent en tout à 125€ par mois. En tant que locataires, ils ne paient pas de taxe d’habitation, mais s’acquittent d’une taxe d’enlèvement des ordures ménagères de 170€ annuels.

Sarah dépense aussi 25€ pour son abonnement aux transports en commun, 26,50€ pour sa mutuelle, et une centaine d’euros par mois pour des vêtements, un chiffre qui peut varier d’une période à une autre.

Elle n’a pas de frais bancaires, sa banque lui ayant proposé une offre d’essai gratuite pour les deux années à venir.

Le rapport à l’argent de Sarah et de son compagnon

En nous expliquant son rapport à l’argent et l’organisation que son conjoint et elle ont mis en place dans leur couple, Sarah décrit une forme de flexibilité sur leurs finances. Pour elle, il est important que l’argent ne soit pas un sujet de stress, ou de disputes, et ni elle ni son conjoint ne suivent leurs dépenses à l’euro près. 

Pour autant, elle est au courant de ce qui se passe sur ses comptes et de ce qu’elle est en mesure de s’offrir, ou non. Ce qui n’a pas toujours été le cas ! Elle raconte avoir appris récemment à gérer son budget correctement : 

« Pendant longtemps, l’argent m’a brûlé les doigts. Aussitôt la paye tombée, c’était tournée pour tous les potes, resto à gogo et achats compulsifs.

Mais j’ai eu un petit électrochoc alors que j’entrais tout juste sur le marché du travail : un jour, EDF m’a coupé l’électricité parce que je ne m’étais pas occupée de prendre un abonnement.

Pour pouvoir la réactiver, il fallait que je leur paie tout ce que j’avais consommé l’année précédente, soit 600 ou 800€… J’étais encore jeune, et j’avais peu de revenus ! Il a été difficile pour moi de sortir cette somme. Je me suis dit “je ne veux plus jamais me retrouver dans cette situation, et j’ai commencé à faire plus attention. »

Dans cet apprentissage, elle explique que son conjoint lui a d’ailleurs beaucoup apporté.

« Quand on s’est rencontrés, il était plus attentif que moi au budget. Il a un loisir assez coûteux, la musique, et il avait déjà l’habitude d’organiser sa vie pour pouvoir se permettre des achats liés à sa passion. En le regardant fonctionner, je me suis dit que ce n’était pas si bête ! »

Les projets de Sarah et de son compagnon

Aujourd’hui, Sarah arrive à épargner entre 200 et 300€ par mois, qu’elle met de côté pour des projets de voyage ou de gros achats. Si ce mode de fonctionnement qu’elle qualifie d’« au jour le jour » leur convient à tous les deux jusqu’ici, elle mentionne cependant le fait qu’ils risquent de devoir le revoir un petit peu.

« D’ici trois ans, on aimerait acheter un appartement. Mon conjoint m’a appris qu’il avait commencé à anticiper, et à mettre un peu de côté pour ce projet, tout comme moi. Pour cela, on va faire une étude de nos dépenses un peu plus approfondie, sûrement se prendre un compte commun… On va se mettre à regarder nos finances avec un peu plus de précision ! »

Merci à Sarah de nous avoir ouvert ses comptes !

Retrouvez tous les épisodes de Règlement de comptes ici ! Pour participer à la rubrique, écrivez-nous à l’adresse : daronne[at]madmoizelle.com en indiquant en objet « Règlement de comptes » et en vous présentant en quelques lignes.

Si jamais vous souhaitez commenter cet article, rappelez-vous qu’une vraie personne est susceptible de vous lire, merci donc de faire preuve de bienveillance et d’éviter les jugements.

À lire aussi : Margaux, 3740€ par mois à deux, en reconversion dans l’agriculture

Témoignez sur Madmoizelle !

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
9

Avatar de abou333
16 juillet 2021 à 16h56
abou333
J’aime bien le mood chill autour de ce rapport à l’argent. Se faire plaisir c’est important aussi, on travaille tous dur pour notre argent. Personnellement, je trouve que je dépense aussi pas mal en resto et autres gâteries, dépendant de la période, et je met aussi entre 300 et 400$ par mois dans mes économie, parfois plus quand j’ai des revenus de mon job d’appoint, et je pense que c’est bien, même si je sais qu’en diminuant mes dépenses de loisir, je pourrais mettre plus. Quand je louais et que je payais moins cher, j’économisais bien plus et plus vite, ce qui m’a permis d’amasser la mise de fonds pour mon auto et ma maison. Mais encore aujourd’hui, j’arrive à conserver un coussin confortable qui fait que quand j’ai eu une réparation de 1300$ sur ma voiture l’an dernier, j’ai été en mesure de payer d’un trait sans trop faire diminuer le dit coussin.
11
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Règlement de comptes

Règlement de comptes
2 parents et leurs 2 enfants dans une cuisine

Alice, 3.314€ par mois pour 4 :  « On achète selon les besoins et non les envies »

Aïda Djoupa

22 juil 2021

4
Témoignages
femme aux cheveux afro

J’ai appris à aimer mon afro pour montrer l’exemple à ma petite soeur

Aïda Djoupa

21 juil 2021

5
Témoignages
covid

Réorientation, déménagement, séparation… Comment la pandémie a bouleversé vos vies

Aïda Djoupa

20 juil 2021

Témoignages
Je suis gitane, et je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Je suis gitane, et je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Aïda Djoupa

19 juil 2021

14
Témoignages
deux_femmes

« Sans libération des corps gros, il n’y aura pas de libération des corps tout court »

Aïda Djoupa

19 juil 2021

25
Témoignages
Sans titre

Je photographie des femmes après la ménopause pour lutter contre leur invisibilité

Aïda Djoupa

18 juil 2021

6
Couple
pere-enfant-mer-plage

Mon principal regret ? Avoir donné ce père-là à mon fils

Une madmoiZelle

16 juil 2021

14
Témoignages
« childfree-sterilisation-temoignage »

Childfree depuis toujours, j’ai décidé de me faire stériliser

Manon Portanier

15 juil 2021

7
Sexo
de membres de la communauté LGBTQI+
Sponsorisé

5 personnes LGBTI+ nous donnent les conseils qu’elles auraient aimé recevoir ado

Témoignages
Mark_Nozell

« Les féministes hétéros devraient s’intéresser à l’injonction à l’hétérosexualité »

Aïda Djoupa

13 juil 2021

54

La société s'écrit au féminin