Live now
Live now
Masquer
danse-avec-les-stars-5-novembre
Télé

Récap d’un épisode de DALS mémorable, qui nous a laissées sur le cul

Comme chaque semaine, Madmoizelle infiltre le jury de Danse avec les Stars, pour donner des notes (objectives) aux candidats. Des fois que Denitsa Ikonomova, Jean Paul Gaultier, François Alu et Chris Marques feraient mal leur travail…

Je ne suis jamais la dernière à reprocher à DALS ses concepts tirés par les cheveux, mais lorsque le programme a des bonnes idées, il convient de le noter.

Rendons donc à César ce qui appartient à César : l’émission du 5 novembre était EXTRAORDINAIRE !

Les quatuor de danseurs, le meilleur moment de l’année

La faute sans doute à une idée pour le coup tout à fait réjouissante : celle de former des groupes de quatre danseurs pour les faire danser tous ensemble et affronter d’autres quatuors.

Ça pourrait avoir l’air d’une énième nouveauté farfelue pour distraire un public de DALS potentiellement lassé par les années d’émission, mais c’est en fait la meilleure idée que la chaine ait jamais eue.

Les moments de danse à quatre ont constitué le climax du programme, faisant passer le programme de simple émission à Cirque du Soleil. Et j’exagère à peine !

Le quatuor d’Aurélie Pons, Adrien Caby, Tayc et Fauve Hautot m’a d’ailleurs laissée sur le cul (pour une fois que c’est pas Aurélie qui finissait sur les fesses). Synchronie quasi-parfaite, chorégraphie explosive, danseurs impliqués : j’aimerais voir ça chaque semaine.

Mais quid des performances individuelles des apprentis danseurs ? Comme chaque semaine, je corrige le jury de DALS.

Aurélie Pons, l’ascension du vilain petit canard

Ce qui est galvanisant, dans DALS, c’est sans doute que même les plus mauvais élèves peuvent, à force de travail, s’élever tout en haut du classement et même surpasser les favoris du concours.

C’est le cas cette semaine d’Aurélie Pons qui — vous le savez si vous lisez cet article hebdomadaire — est l’une de mes candidates préférées.

Candidate qui d’après moi essuie trop souvent les remontrances du jury officiel de DALS, quand elle a toutes les qualités pour être en réalité une figure emblématique de cette nouvelle saison.

À commencer par l’opiniâtreté.

Si l’apprentie a en effet loupé ses premières danses, allant même jusqu’à se casser la gueule plusieurs fois, elle ne fait que progresser, jusqu’à atteindre le sommet du classement ce vendredi 5 novembre, d’abord seule avec son binôme Adrien Caby sur un contemporain, puis sur sa danse à quatre où elle a littéralement volé la vedette au reste de l’équipe (et il en faut sous la semelle pour éclipser Tayc le narcissique).

Le jury (officiel) de DALS a encensé la performance de l’actrice TF1. Moi derrière ma télé, j’ai bien rigolé, car JE LE DIS DEPUIS LE DÉBUT qu’elle a du potentiel.

Pour sa sublime performance (et ma fierté de casteuse de talents), je mets 9/10 à Aurélie Pons.

Michou, progression faramineuse

Celui que j’appelle personnellement Michouchou, en référence à mon propre amour pour lui (dont je n’avais strictement jamais entendu parler avant), n’a pas dérogé à sa traditionnelle rigueur.

Si des talents naturels de danseur lui font défaut, mon petit protégé travaille d’arrache-pied, ce qui lui permet de combler ses lacunes.

Ainsi, comme l’a sagement remarqué Chris Marques, Michou apprend chaque semaine la technique de chaque danse, et s’il la « récite » un peu trop machinalement, il a ceci de différent de la majorité des candidats qu’il n’essaie pas de transcender un exercice qu’il ne maîtrise pas : il apprend d’abord à le maîtriser. Vous suivez ?

Cette semaine donc, son american smooth a été exécuté avec minutie, et notre Michou national a même osé donner dans la sensualité avec sa partenaire Elsa Bois.

La complicité entre eux est d’ailleurs évidente !

Pour ses beaux progrès, sa rigueur et son énergie, je mets à Michou un 9/10. Décidément, je suis généreuse cette semaine.

Tayc, incroyable prestation

Bon, après des semaines à souligner le narcissisme du chanteur, qui n’a pas oublié cette semaine encore de s’auto-congratuler en comparant sa puissance à celle d’un « grizzly », il me faut reconnaitre son talent.

Déjà excellent danseur de hip hop, Tayc se révèle chaque semaine être également un excellent élève de danses sportives et s’approprie ces dernières à la vitesse de l’éclair.

Cette semaine, son quickstep, qui comprenait du lindy hop et un peu de charleston également, allait si vite que j’ai failli m’évanouir.

La rapidité des pas et la quasi-perfection de leur exécution me force à reconnaitre que Tayc est un candidat comme on en voit peu, et dont on aurait eu bien du mal à se passer dans cette nouvelle saison.

Pour avoir enflammé le parquet de DALS lors de son quickstep mais aussi lors de la danse à quatre avec Aurélie, Fauve et Adrien, je lui mets un 8/10.

Bilal Hassani, un manque de hanches fait chuter le candidat chouchou

Aïe, aïe, aïe. Depuis deux semaines, c’est la dégringolade pour Bilal Hassani — qui fait toutefois encore, rassurez-vous, figure de grand favori. D’ailleurs je mise tout ce que j’ai sur le fait qu’il gagne DALS !

Mais pour l’heure, et comme il est fréquent de voir dans l’émission, ceux qui ont commencé au sommet connaissent, à un moment ou l’autre, sinon une baisse de régime, au moins une petite décélération de leur rythme de croisière.

Ce qui est le cas, par exemple, de Dita et de Bilal.

La semaine dernière déjà, il avait été reproché à Bilal que sa rumba n’en était pas vraiment une puisqu’elle manquait de hanches. Cette semaine, rebelote avec un cha-cha-cha qui péchait de la même façon.

Comme l’a encore une fois souligné Chris Marques, les hanches, c’est malheureusement le talon d’Achille de notre bon Bilal.

On peut bien lui pardonner ça, il est excellent partout ailleurs.

Pour cette petite baisse de niveau, j’octroie à Bilal la note de 7/10.

Et avant de conclure cet article, comme il est de rigueur de faire, par une note à Camille Combal, j’aimerais envoyer un grand salut de la main à Gérémy Crédeville, qui après quelques semaines d’un parcours très impressionnant a quitté l’émission, et à Dita von Teese, qui était malade cette semaine et dont l’absence a été plus que regrettée.

Voilà, il est l’heure d’attribuer un 10/10 à Camille Combal pour sa tentative de danser le cha-cha-cha pendant l’émission.

À quand Camille Combal candidat ?

À lire aussi : Bâillements, larmes et déhanchés : notre avis sur le dernier DALS

Les Commentaires
8

Avatar de hellopapimequepasa
30 novembre 2021 à 10h42
hellopapimequepasa
désolé je n'avais pas vu
0
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Télé

Télé-réalité
Drag Race

Le premier candidat cis-hétéro de RuPaul’s Drag Race est annoncé, et ça ne ravit pas tout le monde

Eva Levy

03 déc 2021

9
Télé-réalité
Meilleur Pâtissier

Le récap du Meilleur Pâtissier is back ! Et le Canada fut un carnage

Eva Levy

03 déc 2021

Actualité mode
Le sac à main Area x MyReality de Christine Quinn intrigue dans Selling Sunset

Que raconte le sac-chaise inutilement brillant de Christine Quinn dans Selling Sunset ?

Anthony Vincent

03 déc 2021

Série télé
got-cout-prequel-annule

On connaît le coût du préquel de Game of Thrones annulé et il fait mal au cul

Kalindi Ramphul

03 déc 2021

2
Télé-réalité
koh_lanta_recap_sale_ep13

Le récap salé de Claude-Lanta : les Laurents, épisode 13 — N’importe quoi Denis

Benjamin Benoit

01 déc 2021

2
Série télé
vih-series-elite-skam-jo-manuela

En montrant des adolescentes séropositives, ces séries font avancer la sensibilisation au VIH

Hanneli Victoire

01 déc 2021

Grossesse
christine-quinn-pregnant-baby-shower-1638201031999

Il faut qu’on parle de la maternité selon Selling Sunset

Camille Abbey

30 nov 2021

Série télé
friends-vert

Même en 2021, tout le monde (ou presque) aime Friends. Mais pourquoi donc ?

Lena Haque

30 nov 2021

10
Télé-réalité
[Site web] Visuel vertical (1)

Derrière le Botox et le drama, Selling Sunset saison 4 aborde de vrais sujets

Kalindi Ramphul

29 nov 2021

10
Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

La pop culture s'écrit au féminin