Les Nouvelles Aventures de Sabrina partie 2, une croisade contre le sexisme

Les Nouvelles Aventures de Sabrina ont repris le 5 avril sur Netflix, dans une 2ème partie aussi sombre que drôle, avec un objectif limpide : lutter contre le sexisme. Louiselle t’explique pourquoi elle a adoré le show et le message fort qu’il transmet.

Les Nouvelles Aventures de Sabrina partie 2, une croisade contre le sexisme
Spoiler
Si tu n’as pas encore regardé la 2ème partie des Nouvelles Aventures de Sabrina je te conseille de passer ton chemin, parce que cet article va spoiler à tout va !

Dans cette 2ème partie des Nouvelles Aventures de Sabrina, la jeune fille se concentre sur son apprentissage de la magie, passant maintenant la majorité de son temps à l’Académie des arts invisibles, tenue par Faustus Blackwood.

L’intrigue et les personnages de ces nouveaux épisodes sont l’occasion pour la série de dénoncer le sexisme tout en célébrant l’émancipation des femmes.

Si le traitement manque parfois de subtilité, il faut tout de même en reconnaître l’efficacité, ou a minima applaudir la démarche.

Les Nouvelles Aventures de Sabrina partie 2 : un 1er épisode qui donne le ton

Dès le premier épisode, intitulé L’épiphanie, Sabrina vient titiller l’ordre établi, se portant volontaire comme Top Boy à l’école de magie, l’équivalent d’un préfet dans Harry Potter ou d’un délégué chez les moldus.

SAUF QUE, comme son nom l’indique, ce poste était jusqu’à présent réservé à, je te le donne dans le mille, un homme.

Sabrina interrompt la nomination du ténébreux Nicholas Scratch, le sorcier BG qui venait déjà faire de l’ombre à Harvey dans la première partie du show, en demandant si tout le monde peut participer.

Une question fort peu appréciée du Grand Prêtre de l’Église de la Nuit (téma le titre pompeux), qui rétorque :

Le Top Boy est traditionnellement de sexe masculin.

Et Sabrina d’interroger :

C’est écrit dans le règlement, ou…?

À court d’arguments, le Père Blackwood est obligé de laisser la jeune sorcière participer, et met en place 3 épreuves pour départager les 2 candidats.

À lire aussi : Le secret du nouveau look badass de Sabrina dans la série Netflix

Il faut savoir que Blackwood, c’est un peu le Trump, le Yann Moix… bref, le vrai méchant de cette 2ème partie de saison. Il représente le sexisme, la misogynie et la montée en puissance d’une masculinité ultra toxique chez les sorciers.

À lui tout seul, oui oui.

Sans grande surprise, Faustus va donc tout faire pour mettre des bâtons dans les roues de Sabrina.

La première consiste à interroger les deux candidats sur leurs connaissances en magie. Là où Nick a droit à une question du style « Est-ce que l’eau ça mouille ? », sa camarade s’en ramasse une si compliquée que sa tante Zelda souffle : « Même moi je ne sais pas ».

Le message est clair : les femmes doivent se battre deux fois plus pour avoir le droit à des choses qui sont offertes sur un plateau aux hommes.

Quand elle réussit ce test, Blackwood accuse automatiquement Sabrina de tricher.

Alors. Même si elle a bel et bien triché, la réaction du Grand Prêtre montre surtout qu’il n’est pas prêt à accepter la réussite de la jeune sorcière.

Cette dernière ne se laisse pas démonter et lui rétorque :

Donc vous m’accusez de tricher et me menacez de me faire fouetter, Père Blackwood ? C’est exactement pour cette raison que j’ai l’intention d’en finir avec ces traditions sexistes d’un autre âge quand je serai Grande Prêtresse de l’Église de la Nuit.

Entre deux syncopes, Blackwood n’en finit plus avec les remarques déplacées et grinçantes.

Dans la deuxième épreuve, Sabrina et Nicholas doivent montrer leur maîtrise de l’art des potions. Une pratique féminine, selon Faustus.

Bah oui, parce que faire des potions, c’est un peu comme faire à manger après tout, c’est un truc de femmes ohlalala…

Pour un mec avec des ongles aussi soigneusement taillés, je le trouve bien fragile dans sa masculinité le Père Blackwood.

Au final ni Sabrina, ni Nicholas ne sont nommés Top Boy, mais l’épisode donne le ton et met en lumière une question centrale de cette 2ème partie de saison : Quelle place est faite aux sorcières dans l’Église de la Nuit ?

Et donc, plus largement : Quelle place est faite aux femmes dans la société ?

Tout au long du show, Sabrina challenge ce qu’on lui dit qu’elle peut ou ne peut pas faire, rejette le fatalisme en cherchant à prendre en main son destin.

Dans cette quête d’émancipation la sorcière peut compter sur d’autres représentations de femmes fortes.

Des modèles de femmes ambitieuses dans Les Nouvelles Aventures de Sabrina

Lilith, Helda, Prudence, Zelda, Rosie… Ce sont autant de modèles de femmes intelligentes, déterminées, ambitieuses et indépendantes mis en avant dans Les Nouvelles Aventures de Sabrina.

Ce qui est intéressant, c’est aussi l’évolution de ces personnages au fil de la saison : de la prise de conscience des chaînes qu’elles portent et à leur combat pour récupérer leur liberté.

Lilith (aka Miss Wardwell), Prudence et Zelda, présentent notamment des profils plutôt similaires.

Les deux premières jouent des antagonistes, tentant de s’en prendre à Sabrina d’une façon ou d’une autre.

Lilith, Miss Wardwell, Madame Satan… Plusieurs noms pour parler d’une seule et même personne : la première sorcière. Dangereuse, stratégique, puissante… Aucun doute qu’il s’agit d’une femme forte.

Miss Wardwell on her way to botter des culs

Pourtant, tu verras dans les derniers épisodes qu’il s’agit aussi d’une femme blessée, trahie et manipulée par Satan, tout comme Prudence l’est par Faustus Blackwood, son père qui ne veut pas la reconnaître.

Là encore le message est limpide, à défaut d’être subtil : si ces sorcières sont aussi détestables avec les autres personnages, c’est avant tout parce qu’elles sont contrôlées par des hommes peu scrupuleux.

L’exemple ultime de ce contrôle tient dans le mariage entre Zelda et Faustus.

Après leur union, la tante de Sabrina, réputée pour son franc parlé et sa détermination, devient une femme objet. Soumise à un sort jeté par le Grand Prêtre, elle est à la merci de son mari, privée de sa liberté.

À lire aussi : Comment dire à une amie qu’elle est dans une relation toxique ?

Ce qui me plaît avec Les Nouvelles Aventures de Sabrina, c’est que ces situations malsaines ne sont pas là pour durer, mais pour illustrer un problème, auquel le show apporte une solution.

Parce que comme je te le disais, Lilith, Prudence et Zelda évoluent tout au long de la saison, passant de dominées à dominantes.

Dans le dernier épisode, Madame Satan, après s’être débarrassée de Monsieur Satan, devient la Reine des Enfers.

Prudence, deux épées attachées dans le dos, part à la recherche de son père, Faustus Blackwood, après que celui-ci a fui. Snip Snip.

Et puisqu’il n’y a plus de Blackwood dans le coin, Zelda s’auto-proclame Grande Prêtresse de l’Église, non plus de la Nuit, mais de Lilith !

Honnêtement, je suis trop prête à les voir casser des culs et régner dans la 3ème partie des Nouvelles Aventures de Sabrina.

Les Nouvelles Aventures de Sabrina dénonce le sexisme et la masculinité toxique

En plus des cas dont je viens de te parler, la 2ème partie des Nouvelles Aventures de Sabrina regroupe toute une compilation de comportements masculins flippants et déplacés.

Dès le premier épisode, le boy’s band de Faustus Blackwood est introduit : un groupe exclusivement réservé aux sorciers. Le Grand Prêtre invite ses étudiants préférés pour une réunion durant laquelle il annonce :

Ce soir nous ne sommes que des hommes… et à cet effet je vous ai préparé un petit divertissement.

Il tape dans ses mains et apparaît alors une danseuse peu vêtue. Blackwood ajoute :

Essayez de garder vos mains pour vous… si vous y arrivez.

Faustus Blackwood, poète et sorcier de goût.

Ce qui pourrait passer pour une petit groupe de beaufs pas dangereux prend de plus en plus d’importance au cours des épisodes, jusqu’à devenir le troupeau de chiens de garde de Faustus, attaquant ceux qui ont eu le malheur de se trouver sur son chemin.

Dans Blackwood, l’épisode 5 de la partie 2, le Grand Prêtre initie ses boys à l’Église de Judas, tout nouveau concept créé par ses soins, une Église de la Nuit 2.0 dont les commandements se listent ainsi :

1 : Les fils de Satan sont les héritiers de la Terre. Prend ce que tu veux car c’est ton droit, par le feu, par le sang, ou la duperie.
2 : Les mortels sont les pourceaux de la Terre. Pas de rapports avec eux.
3 : Les Fils de Satan sont les porchers de l’Homme.
4 : Comme Lilith servait Satan, les sorcières doivent servir les sorciers.
5 : Les sorciers règneront en maîtres sur l’Église de la Nuit au même titre que leur Père règne sur les Enfers.

…..

……..

Déjà méga obvious dans sa volonté de montrer pour mieux dénoncer, Les Nouvelles Aventures de Sabrina enfonce le clou (et le sexisme) dans l’épisode 8.

Consciente du risque encouru par toutes les sorcières et sorciers si Blackwood étend plus encore son contrôle sur l’Église, Hilda prévient un conseil, LE conseil, des sorciers.

Après lui avoir rit au nez, Mathusalem, l’un des membres, se rend chez la tante de Sabrina, lui assurant qu’il peut l’aider à plaider sa cause. Cette soudaine gentillesse cache forcément quelque chose de bien plus dérangeant.

Tout en posant sa main sur la cuisse de la sorcière, il murmure :

Mais avant ça vous devez me montrer la passion avec laquelle vous souhaitez la chute du père Blackwood.

Ce moment #balancetonporc aurait pu bien mal se finir, mais c’était sans compter sur l’incroyable Hilda, personnage connu pour sa douceur, mais qui peut se montrer tout aussi féroce au besoin.

Spoiler alert : ça se finit mal pour Mathusalem.

Adam, Harvey, Nicholas : les mecs bien des Nouvelles Aventures de Sabrina

Aux côtés de ces hommes absolument détestables (et, c’est vrai, caricaturaux), Les Nouvelles Aventures de Sabrina comporte AUSSI de très bons contre-exemples de cette masculinité toxique, à travers des personnages respectueux et à l’écoute.

Je pense par exemple à Adam, le fiancé de Miss Wardwell avant qu’elle ne soit possédée par Lilith. C’est en partie grâce à lui que la sorcière reprend confiance en les hommes.

Dans un épisode Lilith/Wardwell et Adam échangent sur leur mariage, une notion qui révulse la servante de Satan. Dans une tirade pleine d’émotions, elle répond à Adam qui voit cette union comme une bénédiction :

Pour l’homme, peut-être, mais si c’était une véritable bénédiction, serait-ce nécessaire de la dissimuler sous la dentelle, la soie et les frous-frous ? De semer des pétales de rose devant la mariée ?

Non, mais nous le faisons, car le mariage est un chemin trompeur vers la destruction de la femme. Ce n’est rien d’autre que l’oblitération du statut de personne de la femme.

On lui prend tout. Son corps, son indépendance, et même son âme. Sans rien donner en retour. Rien qu’elle ne voudrait en tout cas.

Ce discours est celui d’une femme qui a souffert à cause d’un homme en qui elle a placé toute sa confiance et ses espoirs, et qui l’a trahie.

D’ailleurs, dans une scène où Sabrina et Nick rejouent la rencontre entre Lucifer et Lilith, le masque d’indifférence de la sorcière se fissure, et elle se trouve débordée par ses émotions, qu’elle avait mis tant d’efforts à mettre en bouteille.

À cette longue tirade, Adam répond qu’il ne lui fera jamais de mal et Lilith, au bord des larmes, soupire : « Il a été cruel avec moi. Il n’a jamais été que cruel. »

Des hommes aimants et à l’écoute, Les Nouvelles Aventures de Sabrina en comptent d’autres : Harvey et Nicholas soutiennent sans réserve leurs copines respectives, et n’hésitent pas à montrer leurs sentiments.

L’un comme l’autre, ils font le premier pas, prononçant en premier puis à de multiples reprises qu’ils aiment Rosie et Sabrina.

Le show ne lésine pas non plus sur l’importance du consentement, comme lorsque Harvey s’arrête pour s’assurer qu’il n’y a pas de problème avant d’embrasser Rosie, ou que Nick assure à Sabrina qu’elle n’a aucune pression à avoir concernant sa participation aux Lupercales (la fête du slip des sorciers).

N’est-ce pas rafraîchissant d’avoir des personnages masculins imparfaits mais sains, communicatifs, et qui, sans être les personnages principaux, ne sont pas non plus relégués au rang de simple love interest ?

Les Nouvelles Aventures de Sabrina : une ode au pouvoir féminin

Même si certaines scènes sont d’un cliché à se taper la tête contre le mur, même si la performance de Kiernan Shirpa manque encore de profondeur, même si je viens de te spoiler comme jaja…

Je ne peux que te conseiller de regarder Les Nouvelles Aventures de Sabrina et de te faire ton avis par toi-même.

Engagée et féministe, la série a le mérite d’aborder des sujets sans faire de détour ou prendre des pincettes. Au-delà de dénoncer le sexisme, Les Nouvelles Aventures de Sabrina est une ode au pouvoir féminin.

Je laisse la parole à Miss Wardwell pour clore cet article :

Maintenant ma chère tu détiens le pouvoir et la liberté. N’abandonne plus jamais aucun des deux.

À lire aussi : The Bold Type, la série féministe et positive, est enfin dispo en France !

LouiselleD

LouiselleD


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!