Live now
Live now
Masquer
nikon-me-too-une-de-plus
Culture

« Je suis une de plus » : elles tombent le masque de la honte et du tabou grâce à #MeToo

« Je suis une de plus » met en scène des victimes d’agressions sexuelles et de viols, qui rappellent qui elles sont, à travers le masque de la honte et du tabou : ta soeur, ta femme, ta fille, ton amie.

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec le Nikon Film Festival. Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

« Un viol, c’est pas très long : une demi-heure, mais ça dure toute la vie. »

Des gros plans sur leurs mains, posées, aux ongles vernis, aux doigts entrelacés. De leurs visages, on ne voit que les yeux, à travers un masque blanc, sur lequel on peut lire qui elles sont.

Qui elles sont pour leur agresseur, ou plutôt, qui elles devraient être : ta soeur, ta fille, ton amie, ta femme… devenues ta victime.

Je suis une de plus : elles tombent le masque de la honte

Je suis une de plus est un court-métrage soumis à la compétition du Nikon Film Festival. Il est réalisé par Macha Orlova, qui se présente ainsi dans sa biographie :

« Comédienne, j’ai été touchée par les témoignages de centaines de femmes suite au déferlement #MeToo. Et ca m’a donné envie de faire un film sur leur témoignage. »

Et le film, né de cette envie, s’appelle Je suis une de plus. Le voici.

nikon-me-too-une-de-plus-video

Clique sur l’image pour suivre le lien et visionner le film !

Quel est le rapport avec « Je suis un cadeau » ?

Le thème de cette 8ème édition du Nikon Film Festival est « Je suis un cadeau ». Alors quel est le rapport entre Je suis une de plus

et le sujet ?

Je ne manquerai pas de poser la question à la réalisatrice, dont je voulais partager le film sans attendre, mais j’ai ma petite idée sur le sujet.

Pour moi, ces témoignages de Survivantes sont un cadeau qu’elles nous font à tou·tes, un cadeau précieux. C’est grâce à elles, grâce à leur courage que le sujet des violences sexistes et sexuelles est à la Une de l’actualité depuis le mois d’octobre.

C’est en l’essence la raison pour laquelle le magazine TIME a désigné toutes celles et ceux qui ont brisé le silence comme étant la Person of the Year 2017.

Pour moi, Je suis une de plus conforte cette idée : que toutes celles qui prennent la parole contribuent à faire changer le monde, dans le bon sens.

Le masque tombe, enfin

J’ai trouvé la chute du film particulièrement émouvante, inspirante. Oui, elles tombent le masque. Le tabou et la honte sont en train de se dissoudre dans le formidable élan de courage, de force et de solidarité que m’inspirent ce mouvement.

C’est aussi ce qu’explique la réalisatrice et comédienne Macha Orlova dans sa brève note d’intention :

« Offrir un masque derrière lequel, la parole peut être libérée, sans gêne, sans la peur du jugement.

Oser raconter son histoire puis ôter le masque pour dire : Je n’ai plus peur, je n’ai plus honte.

Avec le mouvement #metoo et #balancetonporc, la parole s’est libérée, et c’est une nouvelle tribune, un droit à la parole qui s’offre aux femmes aujourd’hui.

Parce que savoir que nous sommes plusieurs, des centaines, des milliers, ne fait pas disparaître le poids qui pèse sur nous, mais l’allège un peu. »

Par ici pour soutenir Je suis une de plus !

je-suis-une-de-plus

Tu participes au Nikon Film Festival 2018 ? Envoie-nous ton court-métrage à jaifaitca[at]madmoizelle.com avec pour objet « Nikon Film Festival 2018 » !

À lire aussi : Le rap de Vin’s sur #MeToo, sans pincettes et sans patience pour les relou


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

2
Avatar de marie3009
13 décembre 2017 à 14h12
marie3009
Poignant et fort ! Bravo à cette réalisatrice et à toutes celles qui ont témoigné.
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin