Live now
Live now
Masquer
liza-monet-clip-plan-cul-180×124
Musique

Liza Monet raconte son meilleur plan cul en chanson

Liza Monet, une jeune rappeuse, chante les qualités du pénis de son plan cul dans un clip cheap qui fait déjà beaucoup parler de lui.

Ce week-end, une jeune rappeuse a allègrement fait parler d’elle sur les réseaux sociaux. Elle s’appelle Liza Monet et elle a une vingtaine d’années. Son pseudo, elle l’a choisi en hommage à la Mona Lisa de la Joconde et à Monet rapport à son côté « femme un peu trop maquillée qui ressemble à une peinture », comme elle l’explique à la fin du teaser du clip de Pure Money :

[dailymotion]https://www.dailymotion.com/video/xpw75t_liza-monet-purple-money-teaser_music?search_algo=2[/dailymotion]

Récemment, la jeune rappeuse a décidé de faire une chanson sur le meilleur plan cul de sa vie : un homme qui sait la prendre lentement, qui a un appareil génital de 20cm et par qui elle aime se faire prendre brutalement. Un homme qu’elle estime parfait, avec son mètre 90 et ses 100kgs de muscle, le nez orné d’un charmant piercing. En voici le clip, avec du regard vif et pétillant et beaucoup de bon goût :

Dans les bureaux de madmoiZelle, nous sommes particulièrement touchées par le combat de Liza : elle réussit à enfin mettre les femmes au même niveau que les hommes dans le R’n’b rappeux en traitant le sexe opposé avec respect, déférence et culotte mouillée. Elle se met ainsi au même niveau que Sofiane qui chante sa Nabi-Nabila, la femme qui le rend fou, celle dont le corps l’enthousiasme si fort qu’il en est « monté comme un piston ». On ressent aussi les influences de Kanye West dans le doux phrasé de la jeune rappeuse et il est tout aussi évident que Liza puise son influence du côté de Nicki Minaj (cambrure surréaliste, seins remontés jusqu’aux oreilles, affection pour le rose et pour les choses du sexe).

C’est clair, c’est cru, c’est concis. Avec Liza Monet, pas de sous-entendus, pas de métaphores. On tourne pas autour du pot, on passe pas par quatre chemins en suivant un itinéraire Google Maps : on parle de « 20cm de bite », de « j’aime lécher son gland et le long de sa bite » ou de « courbatures causées par la baise entre tes reins ». J’imagine sans mal que si la chanson avait été écrite pour Lara Fabian, on aurait droit à du « s’abandonner à l’autre au rythme de nos désirs », de « corps lascifs et de coeur léger » et de « sabre viril ».

Alors au premier abord, quand on arrive à faire fi de nos sensibilités musicales, on se dit que finalement, c’est peut-être pas si mal dans la démarche : après tout, Liza Monet est une jeune femme qui n’hésite pas à utiliser un langage cru pour parler de sexe et qui se moque bien de savoir qu’elle s’en prend plein les dents sur Twitter. Sur les réseaux sociaux, deux écoles se distinguent :

  • les pour, qui ne comprennent pas pourquoi ce genre de paroles choquent alors que Nicki Minaj ou Lil Kim ne font pas davantage dans la dentelle et qui louent sa liberté d’expression,
  • les contre, qui, choqués, n’hésitent pas à l’insulter (sur le hashtag #LizaMonet sur Twitter, ça va de « salope » à « vieille meuf » en passant par « elle est sale » ou « depuis quand on félicite une p*** d’être une p*** ? ») ou à ressortir des photos trouvées dans les tréfonds d’Internet la montrant en train de pratiquer des fellations.

Pourtant, quand on prête un peu plus attention aux paroles, on réalise qu’elles ne sont pas si féministes que ça : The Best Plan raconte l’histoire d’une femme qui a trouvé un très bon plan cul et qui essaie indirectement de le convaincre de la prendre pour copine officielle. Dans les termes, donc, c’est l’homme en question qui est l’objet, mais c’est finalement lui qui décide.

Et la chanson de passer de « morceau indigeste mais novateur » à « morceau indigeste avec des gros mots alors c’est rigolo ».


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

50
Avatar de marnie_aka_tcheshu
23 novembre 2012 à 13h11
marnie_aka_tcheshu
J'ai lu les premières réactions et je suis perplexe de savoir que certaines osent parler de féminisme...
Non, mais attendez, elle a juste voulu créer du buzz avec des chansons aux paroles pas très distinguées. Le seul truc qui fait le buzz, c'est qu'on les comprend. Comme ça a été dit, tout ce qui est 50cts, Nicki Minaj, tout ça, ils en ont fait de ça, c'était juste moins choquant parce qu'on comprenait pas tout.

Laissez-la faire ce qu'elle veut, si elle est contente de raconter ses baises, qu'elle le fasse, elle ne fera que du buzz mais rien d'autre.
0
Voir les 50 commentaires

Plus de contenus Musique

Source : RapidEye / Getty Images Signature
Culture

Concert de Taylor Swift : il y a un gros problème avec cette photo de bébé endormi sur le sol

51
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Disney+
Musique

Un show de 3h15, des paillettes et des bracelets… On était au concert de Taylor Swift

1
Angus & Julia Stone // Source : Presse
Musique

Angus & Julia Stone : « Évidemment que toute notre musique parle d’amour »

Source : Midjourney et Instagram
Musique

Vous allez au Eras Tour de Taylor Swift ? Voici tout ce que vous devez savoir

2
Les Flammes // Source : Les Flammes
Culture

Les Flammes : les 5 meilleurs moments d’une cérémonie plus importante qu’il n’y parait

18
Billie Eilish s'insurge contre des fans qui jugent son style trop féminin désormais // Source : Capture d'écran Instagram
Lifestyle

L’ôde de Billie Eilish à la masturbation est la meilleure chose que vous lirez cette semaine

Source : @davidbeckham / Instagram
Musique

David Beckham filme la reformation éphémère des Spice Girls (et on veut en voir plus)

LDR being amazing // Source : capture d'écran Instagram
Culture

Les trois révélations que j’ai eues pendant un concert de Lana Del Rey

Aya Nakamura nous donne envie de zouker avec son nouvel album, DNK
Culture

Fan de rap, de RnB, d’afro (et d’Aya Nakamura) : Les Flammes est votre rendez-vous en avril

Jack Antonoff & Margaret Qualley dans le clip de Tiny Moves, issu du quatrième album du groupe Bleachers // Source : Capture d'écran YouTube
Musique

« Dieu est une femme » : rencontre avec Jack Antonoff, chanteur de Bleachers, et producteur de Taylor Swift, Lana Del Rey…

La pop culture s'écrit au féminin