Live now
Live now
Masquer
sage-femme-pas-chere-manifestation-sages-femmes-7-octobre-2021-Maelle-LeCorr
Actu en France

La colère des sages-femmes sera-t-elle apaisée par les 500€ promis par le gouvernement ?

23 nov 2021
Après des semaines de mobilisations, les sages-femmes ont obtenu des engagements de la part du gouvernement. Les propositions faites sont-elles convaincantes ? Ce qui est certain, c’est que la mobilisation n’est pas près de s’arrêter.

Une victoire pour les sages-femmes qui il y a quelques semaines manifestaient à Paris sous les fenêtres du ministère de la Santé, le spéculum au vent ?

Cela y ressemble à première vue… mais il ne faudrait pas se laisser avoir.

Le gouvernement vient d’annoncer une « revalorisation nette de 500 euros par mois » pour les sages-femmes des hôpitaux publics. Le protocole d’accord a été signé ce lundi 22 novembre, après une longue concertation avec trois ministères — celui de la Santé, du Travail et de la Fonction publique — autour de la table des négociations.

Une annonce qui ne convainc pas tout le monde

Si l’on entre dans le détail, cela donne une prime d’exercice médical de 240 euros net dès février 2022, une augmentation salariale de 78 euros net dès mars, qui s’ajoutent à la prime de 183 euros net mensuels de revalorisation salariale décrétée lors du Ségur de la Santé.

Voilà pour le calcul.

Les sages-femmes des collectivités territoriales bénéficieront d’une revalorisation de 78 euros net.

Sera aussi prévu un allongement d’un an de la durée d’études des sages-femmes, qui passent donc de cinq à six ans à compter de la rentrée prochaine. Au total, 100 millions d’euros seront mis sur la table.

« On va signer parce qu’il y a quand même des avancées, même si on reste sur notre faim », a reconnu Jean-Claude Stutz, secrétaire national de l’Unsa-Santé.

Preuve que le dispositif de revalorisation salariale est loin d’avoir complètement convaincu les principales intéressées, un nouveau week-end « code noir » est prévu du 26 au 29 novembre, le troisième depuis la rentrée, et la preuve que d’un ras-le-bol qui n’a pas faibli.

Le communiqué de l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes est sans ambiguïtés :

« Notre détermination reste intacte, nous ne rendrons pas les armes ! Notre exigence depuis longtemps : une juste reconnaissance du travail que nous accomplissons quotidiennement. »

manifestation-sages-femmes-maelle-le-corre-salaire-minable
Pancarte d’une manifestante lors de la manifestation des sages-femmes du 7 octobre 2021 – Maëlle Le Corre

Selon le syndicat, les mesures présentées à l’issue de la négociation ne seront pas suffisantes pour donner un coup de fouet à l’attractivité du métier de sages-femmes. Et la profession n’est pas seulement délaissée : en formation, la souffrance des futures sages-femmes est palpable.

D’où la nécessité pour l’ONSSF, aux côtés de la CGT et de la CFCT de ne pas relâcher la pression.

Une profession qui peine à recruter et des étudiantes en souffrance

Dans Le Monde, l’Association nationale des étudiants sages-femmes déplore une situation catastrophique :

« Les étudiants sont traumatisés par les conditions de travail à l’hôpital et fuient. Pendant l’été 2021, certaines maternités ont dû fermer leurs portes en raison du manque de jeunes diplômés qui remplacent généralement les sages-femmes pendant leurs congés »

L’Anesf a dernièrement pris la température et les résultats ont de quoi inquiéter : en études de maïeutique, sept personnes sur dix présentent des symptômes dépressifs, huit sur dix se sentent plus stressées depuis qu’elles ont commencé la formation.

Un tiers des étudiantes et étudiants ne se sentent pas ou peu accompagnées par l’équipe enseignante. Autre constant inquiétant, un tiers expriment un sentiment de maltraitance de la part de l’équipe pédagogique.

Pour assurer un avenir plus radieux aux futures sages-femmes, nul doute que la mobilisation ne faiblira pas tout de suite.

À lire aussi : 5 bonnes et moins bonnes surprises de l’accouchement à connaître avant de « POUSSEZ MADAME ! »

Crédit photo : Maëlle Le Corre

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Actu en France

consequence-ivg-avortement-etude
Actu en France

Le 29 Novembre 1974, l’Assemblée nationale adoptait le droit à l’IVG

Camille Lamblaut

29 nov 2022

Sexo
Sponsorisé

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
antifa
Actu en France

Le jeu Antifa affole l’extrême droite, la Fnac le retire de la vente

Maya Boukella

28 nov 2022

6
amandiers
Pop culture

Au nom de la présomption d’innocence, Valeria Bruni-Tedeschi a protégé Sofiane Bennacer malgré les plaintes pour viol

Maya Boukella

25 nov 2022

6
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Société

Violences psychologiques : de quoi parle-t-on vraiment ?

WhatsApp Image 2022-11-24 at 18.06.52
Société

Isabelle Rome : des objectifs ambitieux, mais toujours plus de violences faites aux femmes en 2022

Psychologue-gratuit-cheque-psy-etudiant
Actu en France

Pédopsychiatrie : les professionnels de la Seine-Saint-Denis sonnent l’alarme 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

1
Sophie Ardenot devient la 2e femme française astronaute de l’Histoire
Actu en France

Sophie Adenot devient la 2e femme française astronaute de l’Histoire 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

8
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

sofiane
Actu en France

L’acteur Sofiane Bennacer est accusé de viols et de violences sur des ex-compagnes

Maya Boukella

23 nov 2022

1
le consentement
Actu en France

Le Consentement : le livre de Vanessa Springora adapté dans une pièce de théâtre puissante

Maya Boukella

23 nov 2022

1

La société s'écrit au féminin