Live now
Live now
Masquer
Homme derrière une caméra pendant un tournage
Actu en France

La 3e partie de l’enquête du Monde accable le porno « amateur », qui n’en a que le nom

Dans la troisième partie de son enquête qui épingle les techniques de certains producteurs de porno français, Le Monde met en lumière l’immense machinerie qui se cache derrière les vidéos prétendument amateur.

Les supplices de l’internationale du porno le troisième épisode de la grosse enquête du Monde sur l’industrie du porno français, met en point d’honneur à montrer l’hypocrisie de certaines pontes du milieu, qui sous couvert de vidéos amatrices broient en masse de la chair à canon.

L’épisode de la série d’enquête commence par décrire le rôle de Vincent, un opticien de 31 ans qui vit à Paris, assiste des tournages de porno hardcore et a été mis en examen pour viol, traite d’êtres humains et proxénétisme aggravés. 

D’après Le Monde, l’homme aurait fait l’intermédiaire entre Krystofer Lorens, dit Le Russe, un producteur basé en République tchèque, et Pascal OP, le producteur de la plateforme French Bukkake largement mis en cause dans les deux premiers volets de l’enquête.

Après avoir montré du doigt les immondes techniques de recrutement de certaines plateformes X ainsi que les viols en réunion perpétrés sur les victimes enrôlées contre leur gré, Le Monde, qui s’appuie entre autres sur les révélations du Parisien, tacle les grosses plateformes de streaming de porno motivées par l’appât du gain et les mafieuseries.

Porno « amateur », mon cul

Quand on vous parle de porno amateur, vous imaginez sûrement un couple amoureux dans son salon faisant tendrement l’amour devant sa caméra de fortune. Malgré les mises en scène parfois cosy, c’est rarement le cas… Le Monde révèle :

« Avec le haut débit et le streaming, le porno se démocratise, mais surtout se précarise. Les sociétés de production s’agrègent pour survivre.

Les budgets de tournage se dégradent et, dans leur sillage, les conditions de travail des femmes, contraintes à des scènes de plus en plus violentes, afin d’appâter l’internaute et sa carte bancaire, pour des cachets de plus en plus faibles. »

Les plateformes ont besoin de thunes, donc. C’est notamment le cas de gros sites comme Jacquie et Michel, le géant du porno prétendument amateur qui enregistrait « un chiffre d’affaires de 25 millions d’euros en 2017 ». La plateforme est tellement énorme qu’elle ne produit pas toute seule ses contenus et achète des vidéos auprès d’organisations semblables à celles de Mat Hadix, le producteur véreux mis en cause dans l’épisode 2 de l’enquête, qui aurait également travaillé pour le magazine Union et pour Dorcel Vision — cette dernière déclare ne pas avoir eu « connaissance des suspicions de recours à de telles pratiques ».

Détenue par la société Ares, « le groupe leader de la pornographie en France » amasse les clients. On est bien loin de l’image qu’on se fait du porno amateur… Derrière les scénarios faussement improvisés, des trentaines de sites gérés par des businessmen.

Des businessmen qui sont, eux aussi, loin d’être épargnés par la justice puisque, selon Le Monde, une enquête préliminaire serait ouverte au parquet de Paris contre Jacquie et Michel, pour des faits similaires à ceux imputés à French Bukkake.

Pascal OP, le roi du bukkake français mis en examen pour viol et traite d’êtres humains aurait confié, à propos des violences sexuelles et des manipulations pour recruter les victimes :

« Tous les hardeurs professionnels étaient au courant, et même toutes les productions françaises étaient au courant. »

Des tortionnaires mafieux et exigeants

Selon les révélations de l’enquête du Monde, pour répondre à une clientèle toujours plus nombreuse et à un milieu toujours plus concurrent, les producteurs des plateformes incriminées seraient d’une exigence inhumaine.

Krystofer Lorens, sous la menace, réclamerait par exemple aux exécutants la présence d’au moins 40 hommes lors des tournages de bukkake.

D’où viennent tous ces types prêts à participer à de tels tournages et à des actes non consentis ? « Des consommateurs de porno qu’ils invitent à franchir le pas dans des boucles WhatsApp », « 500 individus, de tous les profils sociaux, ayant pris part à de telles séances d’éjaculation collective sur des femmes qui n’avaient souvent pas consenti à cette pratique », explique l’investigation. La gerbe.

Pour se faire toujours plus d’argent et faire toujours plus d’économies, les producteurs font l’impasse sur la santé de certaines actrices piégées. Des dépistages d’IST ? Beaucoup trop complexe, mieux vaut falsifier les résultats de tests pour montrer pattes blanches… 

Le Monde dénonce des organisations dignes des plus grands mafieux, alimentés par « circuits opaques » et des transactions louches.

Tournage vidéo

2 500 euros pour supprimer les vidéos des victimes

Les vidéos prétendument privées et anonymes finissent inévitablement sur toutes les grosses plateformes de streaming de porno, diffusées en masse. Il est bientôt trop tard pour arrêter la machine.

Les victimes des producteurs mis en examen se retrouvent harcelées, virées de leurs boulots, insultées et supplient les plateformes de supprimer les vidéos où elles sont visibles. À toutes, on répond qu’il faudra déverser des montants allant de 2000 euros à plus de 4000 euros pour voir les contenu disparaitre.

Des sommes bien plus élevées que ce que les actrices victimes ont gagné pour les tournages et qui ne garantissent même pas la paix puisque les contenus sont récupérés à la pelle et tournent sur des dizaines de plateformes en ligne.

Le Monde conclut, amer :

« Les jeunes femmes, qui ont accepté les tournages pour gagner un peu d’argent, s’endettent pour racheter leurs vidéos et enrichir un peu plus « Pascal OP » et son réseau, qui couvrent ainsi leurs frais de tournage. Humiliation suprême pour les victimes : elles financent de fait leur propre supplice filmé. »

Découvrez le premier volet dans son intégralité sur le site du Monde et notre résumé du deuxième épisode, La mécanique des larmes et de la violence. Le quatrième et dernier épisode paraît samedi 18 décembre sur Le Monde.

À lire aussi : Le CSA menace 5 sites porno de blocage s’ils n’agissent pas pour empêcher les mineurs d’accéder à leur contenu

Crédits photos :

Les Commentaires
7

Avatar de hellopapimequepasa
26 décembre 2021 à 16h52
hellopapimequepasa
" C'est pour cette raison que je me suis toujours tenue à l'écart du mouvement sex positive." @Neverland90 mais amen
A qui profite le plus le crime l'encouragement des pratiques sexuelles plus ou moins """débridées""" , des relations sans lendemain et la normalisation du porno? aux hommes. Certainement pas aux femmes. Vu déjà le double-standard qui persiste (don juan vs sal*pe, etc) ou les affaires aussi glauques que ça.
merci.J'ai vu un tik tok parlant de prostitution et dans les comm c'était "oh oui!normalisons ça!"au secours
1
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Actualité mode
Deux femmes en train de déplier des vêtements pexels-polina-tankilevitch-5585849

Le gouvernement français envisage 5 mesures pour des vêtements plus durables et contre le gaspillage

Anthony Vincent

30 sep 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Actu en France
Charles Deluvio / Unsplash

Le premier rapport parlementaire sur le porno en France s’appelle l’enfer du décor, et ses constats sont glaçants

Aïda Djoupa

30 sep 2022

14
Actu en France
[Site web] Visuel horizontal Édito (28)

Dominique Boutonnat, patron du cinéma français, sera jugé pour agression sexuelle sur son filleul

Maya Boukella

30 sep 2022

Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

24
Actu en France
Affaire PPDA, des plaintes s’ajoutent, mais l’impunité continue

Affaire PPDA  : les plaintes pour violences sexuelles s’accumulent, mais l’impunité persiste

Anthony Vincent

21 sep 2022

Actu en France
Corinne Masiero s’exprime sur l’inceste, au micro de France Inter

Corinne Masiero sur l’inceste : « C’est sous couvert d’amour qu’on t’agresse »

Anthony Vincent

20 sep 2022

1
Actu en France
Capture d'écran de « L'Œil du 20h » France 2.

Vous souffrez d’un cancer ? « Arrêtez votre chimio », rétorque la naturopathe controversée Irène Grosjean

Anthony Vincent

14 sep 2022

13
Actu en France
adrien quatennens

Le député LFI Adrien Quatennens visé par une main courante pour violences contre son épouse

Daronne
education-sexuelle-ecole

Parler de sexualité à l’école, c’est une obligation, n’en déplaise à Eric Zemmour

Chloé Genovesi

13 sep 2022

2

La société s'écrit au féminin