Ce mec et moi, nous nous aimons, mais nous ne serons jamais ensemble

Après un premier rendez-vous riche en émotions, cette madmoiZelle raconte son idylle indéfinissable avec Gabriel. Entre amour, amitié, désir et spontanéité.

Ce mec et moi, nous nous aimons, mais nous ne serons jamais ensemble©Cassie Lopez/Unsplash
Avant de lire ce témoignage...

Cette histoire d’amour et d’amitié a un début !

Si tu ne l’as pas encore lu, rendez-vous dans l’article Ce rendez-vous inattendu qui m’a réconciliée avec le romantisme, pour apprécier le récit dans son entièreté.

Il y a des moments de vie dont les souvenirs sont si vivants qu’ils font battre le cœur, chauffer le bas ventre et papillonner l’estomac. Parmi eux : mon histoire avec Gabriel.

Il y a un peu plus d’un an, je racontais sur madmoiZelle ce rendez-vous inattendu qui m’avait réconciliée avec le romantisme. Un rendez-vous d’une simplicité, spontanéité et authenticité rares dans mon historique de dating.

Un rendez-vous qui m’a fait du bien sur le moment, m’a fait nager dans une bulle d’innocence pendant des semaines puis m’a transportée dans une relation qui reste encore aujourd’hui, très chère à mon cœur.

Avant de continuer cet article, je te conseille d’aller en lire la première partie.

Car même si le récit de cette relation est une histoire à part entière, tu perdrais beaucoup de sa saveur sans en avoir dégusté le commencement !

Ma romance naissante avec Gabriel

Au mois d’avril 2019, donc, un beau matin, je partais au boulot, transformée en petite fille émerveillée et vivant l’instant présent, Gabriel près de moi après notre premier rendez-vous.

Mon naturel si terre-à-terre, si calculateur, si anxieux s’était évaporé — pour mon plus grand plaisir.

La malice et le romantisme qui émanaient de ce garçon que je connaissais à peine s’étaient emparés de moi, et j’observais mon état, en espérant qu’il ne me quitte jamais.

Nous nous étions embrassés, avions fait l’amour, puis nous étions endormis et réveillés côte à côte. Et même si nos ébats de ce soir-là étaient plus que satisfaisants, ce n’était pas ça qui m’avait le plus marquée.

En quittant Gabriel, je ne savais pas si j’allais le revoir et je ne voulais pas me poser la question. Je n’avais pas envie qu’il soit mon amoureux, mon copain, ni même mon ami.

Je voulais que lui et moi restions une entité évoluant et se définissant par elle-même, un OVNI traversant le temps et l’espace, niché dans une bulle fragile et parfaite.

Je ne sais plus si c’est Gabriel ou moi qui ai relancé la conversation quelques heures après nos « au revoir », mais en deux temps trois mouvements c’était fixé : nous nous revoyions le jour même, dès ma sortie du boulot.

De cette façon, pendant deux ou trois jours, nous avons passé beaucoup de temps ensemble. Sur des quais parisiens, une bouteille de vin dans une main, ses cheveux dans l’autre, des baisers langoureux entre deux gorgées.

Nos conversations étaient toujours aussi riches, animées, profondes, vivantes.

Nous parlions de nos amours, nos passions, nos blessures, notre famille, la vie, et j’avais l’impression que chaque jour un peu plus, je touchais du bout du doigt la jolie essence de cette personne que j’avais en face de moi.

Puis il a fallu reprendre un rythme et une vie sociale normale, alors les rencontres se sont espacées, jusqu’à ce jour où il m’a invitée chez lui. Ce jour que j’aurai du mal à oublier.

Un nouveau rendez-vous romantique et une nuit marquante

C’était un jour de mai, il faisait chaud, Gabriel m’avait conviée à passer une après-midi et une nuit dans son appartement parisien.

C’était la première fois que nous pouvions redormir ensemble. J’étais heureuse, détendue et j’avais hâte de découvrir quel lot d’émotions me réserverait ce rendez-vous.

C’était il y a plus d’un an, mais je me souviens comme si c’était hier du début d’après-midi que nous avons passé à discuter sur son canapé en cuir. Moi assise, lui allongé la tête sur mes genoux, mes doigts emmêlés dans ses cheveux longs et mouillés de sa douche.

Il me parlait de cette fille qu’il avait aimée et aimait toujours au creux de son cœur.

Ses mots étaient teintés de beaucoup d’amour ; je me souviens avoir trouvé beau qu’il se sente assez à l’aise pour me parler d’une autre femme, pour se confier.

Après quelques minutes ou quelques heures, quand le soleil s’est décidé à se coucher, nous sommes sortis nous balader et observer Paris illuminée d’un joli coucher de soleil. Les rues, les quais, la Tour Eiffel, les immeubles se teintaient de nuances rosées et orangées.

Il faisait encore chaud et notre démarche légère me faisait me sentir comme dans un remake petit budget de Call me by your name. D’ailleurs, maintenant que j’y pense, Gabriel ferait un très bon Timothée Chalamet français !

Nous sommes rentrés, avons mangé, pris notre douche. Quelques bougies allumées plus tard et mon album préféré branché sur les enceintes, nous nous sommes retrouvés dans son lit.

Si je n’avais pas été particulièrement marquée par notre première fois, ce soir-là nos corps se sont trouvés, ils semblaient se connecter et communiquer à merveille.

Le moment était beau, Gabriel était beau, tout était beau, nos ébats étaient lents et sensuels. J’ai pris énormément de plaisir dans cette connexion charnelle, à l’image de notre relation.

Quand la lumière du jour a transpercé les stores, nous sommes restés au lit, jouant avec le reflet du soleil sur nos mains et nos peaux encore endormies. Puis je suis partie, un grand sourire collé dans le fond du cœur.

Je ne le savais pas encore, mais cette nuit allait être la dernière que nous passions ensemble.

De l’éloignement entre Gabriel et moi

Dans les semaines qui ont suivi, je me suis éclipsée 10 jours à l’étranger, et pendant mon voyage nous nous sommes beaucoup écrit. Sans arrêt, même, je dirais.

Quand je suis rentrée, nous avons mis un peu de temps avant de trouver un moment pour nous voir, et il est arrivé une période où les SMS se faisaient rare.

Pour autant il n’y avait toujours aucune lourdeur, aucune crainte, ni aucune demande, ni de son côté, ni du mien.

Je ne voulais toujours pas qu’il soit mon amoureux, ni mon petit copain, ni mon meilleur ami. Gabriel, je le voyais, je le prenais juste comme il était, et il faisait de même pour moi.

Nous étions toujours deux électrons libres, célibataires et indépendants qui vivions notre vie, en pensant de temps en temps à l’un et à l’autre, et c’était une première pour moi.

Pour une fois dans ma vie, je n’avais pas envie de plus, je ne me posais pas 36 000 questions et je n’avais pas peur. Pour une fois dans ma vie j’acceptais de ne rien contrôler et de me laisser aller.

Pour une fois dans ma vie, j’aimais quelqu’un de tout mon cœur sans avoir peur qu’il s’échappe, et c’est peut-être ça, finalement, qui a fait que ça a si bien fonctionné.

Mes retrouvailles romantiques avec Gabriel

Puis est arrivé le mois de juin. Cela faisait environ 1 mois et demi que Gabriel et moi ne nous étions pas vus, et j’ai passé une nuit bouleversante pendant laquelle j’ai rencontré quelqu’un.

L’homme que j’aime et avec lequel je suis depuis plus d’un an aujourd’hui.

Dans la foulée, sans que je ne lui raconte rien, Gabriel et moi nous sommes donnés rendez-vous un soir, après le boulot, comme nous avions l’habitude de le faire.

Il est venu me chercher, nous avons fait les courses et marché jusqu’aux quais, bouteille de vin à la main avec le soleil couchant qui nous accompagnait.

Je l’ai trouvé beau, fidèle à lui-même, toujours aussi romantique et malicieux.

Il m’a parlé de ses dernières conquêtes, et sans aucun souci ni malaise je lui ai raconté la nuit incroyable que j’avais passée, mon amour naissant pour ce mec que j’avais rencontré.

Avec ce dernier, rien n’était encore officiel, notre rencontre était toute récente, nous n’avions pas encore posé de mots sur notre relation, nous connaissions à peine…

Mais je sentais du plus profond de mon être que j’allais passer un très très long moment en couple avec ce nouveau garçon. J’étais si heureuse et enthousiaste que j’ai tout raconté à Gabriel, en long, en large et en travers, et il était très heureux pour moi.

Puis nous avons changé de sujet, avons entamé la deuxième bouteille de vin. Il a posé sa tête sur mes genoux, j’ai mis ma main dans ses cheveux, c’était simple, authentique.

À la fois innocent et rempli de désir et d’amour, à l’image de tous nos moments passés à deux.

Quelques peu imbibés d’alcool, nous avons marché, nous sommes arrêtés sur un pont, et j’ai embrassé Gabriel. Comme ça, spontanément, sans stress, sans gêne, juste parce que j’en avais envie et que je sentais que lui aussi.

Mes lèvres sur les siennes n’avaient rien d’un engagement, rien d’une faute, rien de sérieux, rien de grave. C’était juste une envie de lui montrer que je l’aime et que je le désire.

Tout en étant certaine de ne rien vouloir de plus et en ayant tellement confiance en nous que je savais qu’il allait comprendre.

Puis nous avons atterris dans un bar, fait une partie de fléchettes, puis de nouveau fini sur un pont, toujours imbibés d’alcool. Nous nous sommes embrassés une nouvelle fois sur le chemin du métro, et Gabriel m’a dit :

Allez, cette fois-ci c’est terminé, je te laisse au véritable homme de ta vie.

Je suis rentrée chez moi, il est rentré chez lui, j’ai continué mon histoire d’amour et lui sa vie.

Une relation d’amour et d’amitié atypique

Dans un monde où tout le monde cherche à faire rentrer les gens et les relations dans des cases, j’ai toujours beaucoup de mal à raconter ma relation avec Gabriel.

Je ne voulais pas qu’il soit mon amoureux, ni mon ami et aujourd’hui il est à la fois un amour et un ami.

Depuis cette soirée sur le pont, nous nous sommes revus plusieurs fois, dehors, au restau, à un concert, toujours en tête-à-tête, mais jamais nous ne nous sommes embrassés à nouveau.

Je lui raconte mes problèmes de couple, mes galères, mes bonheurs, ma vie. Il me parle de ses idylles, sa famille, ses peurs, ses projets, ses envies.

Plusieurs fois au cours de notre relation, ses amies l’ont mis en garde :

Attention, elle va s’attacher à toi, sois honnête avec elle, fais attention.

Mais lui et moi avons toujours su que malgré le fait que notre relation soit indéfinissable, elle a toujours été très claire pour nous.

En écrivant cet article, j’ai demandé à Gabriel de me dire comment il voyait notre relation, et voici ce qu’il m’a répondu :

Je mentirais si je disais qu’il n’y a plus de désir quand nos regards se croisent après quelques verres, mais c’est un désir sain qui n’amène aucune frustration, et dont nous sommes capables de parler librement.

Depuis quelques mois, Gabriel a quitté la région parisienne pour rejoindre sa région natale et il me manque beaucoup parfois. Mais je sais que dès que l’occasion se présentera, je repasserai un moment précieux et complice en sa compagnie.

Finalement, la promesse de ce premier rendez-vous a été tenue, et je souhaite à chacun et chacune d’entre vous de connaître une relation aussi simple, douce, pleine de sourires de baisers mouillés et d’amitié.

À lire aussi : J’ai vécu une romance digne d’un film – Témoignage

Une madmoiZelle

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires

Farfeluue

Ce témoignage est très cool et bien écrit. C'est vrai qu'on sent la tendresse dans la relation et ça fait du bien.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!