Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Féminisme

Non, Alix Girod de l’Ain, nous ne sommes pas des princesses

Et hop, ça y est, le débat Madame/Mademoiselle a été relancé ! Ça s’est passé sur Elle.fr, via l’édito d’Alix Girod de l’Ain, intitulé « Après vous Mademoiselle ? ». Ah bah non, Madame Girod de l’Ain, pas du tout…

Et finalement, c’est un tout autre débat qui s’est créé. Cet édito se termine sur deux phrases qui ont fait bondir bon nombre de lectrices :

« A la limite, si on doit changer quelque chose sur les formulaires administratifs, il faudrait rajouter une case : « Pcsse ». Mariées ou pas, jeunes ou vieilles, ce qu’il faut revendiquer, c’est notre droit inaliénable à être des princesses. »

… Alors voilà, mesdemoiselles/mesdames, réjouissez-vous : en 2011, on nous demande encore et toujours d’être des princesses.

Nous passerons :

  • Sur les arguments bancals contre la suppression de la case « mademoiselle » dans les formulaires administratifs – j’aimerais répondre à une militante anti-mademoiselle « non mais attends, Mademoiselle Catherine Deneuve quoi ! » et voir ce qu’elle a à répondre à ça.
  • Sur ces paradoxes entre « nous sommes des femmes libres et indépendantes » et « j’suis bien contente qu’on me siffle en m’appelant mademoiselle et en matant mon cul, et qu’on m’offre du basilic gratos pour mes beaux yeux ».
  • Sur l’incompréhension totale du débat, pour le réduire à un vague « madame = femme mariée, donc pour être femme il faut être mariée, et quand on est mariée on est pas libre ».

En revanche, on s’arrêterait bien un peu sur ces deux foutues phrases de fin. « Ce qu’il faut revendiquer ». « Notre droit inaliénable à être des princesses« . Rappelez-moi vite fait dans quel siècle on vit ? Qu’une femme encourage d’autre femmes à se revendiquer comme des princesses, à notre époque, dans l’ambiance actuelle, après tous ces combats, ça me dépasse complètement.

Nous ne sommes pas des princesses. Nous ne sommes pas des demoiselles en détresse. Nous ne sommes pas enfermées dans un donjon, à attendre la venue d’un prince charmant pour nous délivrer de notre terrible sort. Nous n’avons pas besoin d’attendre cette rencontre magique pour commencer à vivre. Nous ne passons pas des bras de nos pères à ceux d’un homme. Nous ne nous évanouissons pas au moindre choc, en espérant que des bras forts et musclés soient là pour nous rattraper. Nous n’attendons pas que qui que ce soit mènent nos batailles à notre place.

Nous ne sommes pas (toutes) des petites précieuses fragiles et désinvoltes. Une princesse est soumise à l’autorité de son père, puis de son mari. Une princesse est enfermée toute sa vie, coupée du monde, séquestrée. Une princesse n’a pas son mot à dire, pas d’opinion à exprimer, pas d’arguments à avancer. Une princesse ne se bat pas – elle attend dans la tour du château en poussant des soupirs. Les princesses sont passives, seules, servies, isolées.

Les princesses font des conneries (comme aller toucher un fuseau empoisonné du bout du doigt) et attendent sagement qu’on vienne les réparer. Elles servent des hommes (ou des nains) et attendent qu’on vienne les sortir de là pour qu’elles aillent en servir d’autres (des princes). Les princesses sacrifient tout pour être vues, remarquées, aimées par des hommes. Elles prétendent être quelqu’un d’autre pour éviter que leur prince ne découvre qu’elles ne sont que des souillons. Les princesses n’ont qu’un but : plaire à leur prince, se faire aimer de lui, et vivre heureux et avoir beaucoup d’enfants.

Nous ne sommes pas des princesses. Nous sommes des femmes, toutes plus différentes les unes que les autres, différences que nous n’hésitons plus à revendiquer. Il n’y a pas qu’une façon d’être femme. C’est parce qu’on a voulu nous faire croire aux princesses qu’on en est à flipper quand quelqu’un voit notre « vraie » nature. C’est parce qu’on nous a dit qu’il ne fallait pas faire de vagues, être belles, être souriantes, sinon ton prince ne te remarquera jamais, qu’on a peur de finir seules et moches. C’est parce qu’on attend de nous qu’on adopte un comportement irréprochable, « féminin » et anti-féministe au possible, qu’on est aussi paumées aujourd’hui.

Non, Alix Girod de l’Ain, on vit au XXIème siècle, on n’est pas des princesses et c’est tant mieux.

Edit : Inutile de crier votre indignation dans les commentaires de l’edito, puisqu’entre temps, les nombreuses réactions indignées ont été supprimées… Des problèmes de digestion peut-être ?

Les Commentaires
99

Avatar de Superbrocolis
25 janvier 2014 à 19h49
Superbrocolis
Je n'ai rien contre le fait qu'on nous appelle "mademoiselle". A condition que l'on appelle les garçons de notre âge "damoiseaux". A condition que l'on puisse, nous aussi, s'adosser aux murs de la ville et leur lancer : "Oh damoiseau, j'kiffe trop ton boule, t'as pas un 06 la?".
Mais personne ne songe à appeler un garçon damoiseau. Pourquoi?
Parce que c'est stupide.
Donc, si nous n'appliquons pas cette absurdité aux hommes, ne l'appliquons pas aux femmes.
0
Voir les 99 commentaires

Plus de contenus Féminisme

femme-nue
Chère Daronne

Je suis victime de revenge porn, mais c’est moi qui « ne me respecte pas » selon les potes de ma meuf

Chère Daronne

18 jan 2023

21
Monique_Wittig_ph._Colette_Geoffrey
Féminisme

Pourquoi les féministes d’aujourd’hui doivent redécouvrir l’oeuvre radicale de Monique Wittig

Maëlle Le Corre

08 jan 2023

2
Miss France
Féminisme

Le concours Miss France contrevient-il au droit du travail ? La justice a tranché

Maëlle Le Corre

06 jan 2023

sex workers rights
Féminisme

Pourquoi lutter contre les violences faites aux travailleuses du sexe est un enjeu féministe

Maëlle Le Corre

17 déc 2022

39
disabled_people_for_future
Société

« Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Aïda Djoupa

03 déc 2022

14
assemblee nationale IVG premiere lecture
Féminisme

IVG : les députés votent l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

2
pexels-mart-production-violences conjugales
Féminisme

Mon copain m’a frappée : comment réagir, que faire quand on est victime de violences dans son couple ?

Chloé P.

23 nov 2022

44
nous toutes 2021
Féminisme

Où manifester ce samedi 19 novembre contre les violences faites aux femmes avec Nous Toutes ?

Maëlle Le Corre

18 nov 2022

Megan Fox dans Jennifer's Body
Cinéma

Bimbo non grata : comment la carrière de Megan Fox illustre l’avant-après #MeToo

Anthony Vincent

31 oct 2022

13
Une femme portant une couronne de fleurs au milieu d’un champ d’herbe, Oleg Gekman via Canva
Féminisme

Non, la tendance incitant à se « reconnecter à son féminin sacré » n’a rien de féministe

La société s'écrit au féminin