Live now
Live now
Masquer
Capture d’écran 2022-05-20 à 16.14.45
Livres

Dans sa nouvelle BD « Ça se met où », Emma s’en prend aux hommes qui fuient les tâches ménagères

Emma persiste et signe avec une nouvelle bande dessinée en ligne sur la charge mentale et l’inégale répartition des taches ménagères dans le couple !

La dessinatrice Emma, avec son franc-parler, ses analyses très documentées, et son coup de pinceau efficace, a popularisé la notion de charge mentale, dont la maternité reviendrait à Monique Haicault dans son article « La Gestion ordinaire de la vie en deux » en 1984. Elle décrit comment une femme en couple hétérosexuel est sans cesse préoccupée par les tâches ménagères et l’organisation du foyer, alors même qu’elle est au travail. C’est une tâche de fond qui occupe le cerveau, même pendant les moments de détente.

En 2017, Emma place le sujet au cœur des foyers et dans l’espace médiatique avec sa BD sur le sujet : Fallait demander ! Elle y décrit dans les largeurs les tenants et les aboutissants de la charge mentale : inégalité insupportable de la répartition des tâches ménagères et de la gestion du foyer dans les couples hétérosexuels. Au détriment des femmes, bien entendu !

La charge mentale, toujours répartie de façon inégalitaire

Encore aujourd’hui, les femmes s’occupent à 70% des taches domestiques et parentales. Il était donc temps pour Emma de revenir sur le devant de la scène et dans rajouter une couche dans sa nouvelle bande dessinée en ligne : Ça se met où ? Quelle femme en couple hétérosexuel n’a jamais entendu cette phrase ? Comme si elle seule devait connaître tous les rangements de la maison.

Emma détaille certaines stratégies souvent inconscientes des hommes, pour échapper aux taches domestiques. Et on se dit, bon sang, mais c’est bien sûr !

Comme l’autrice le dit, elle n’a pas de solution miracle, elle ne peut pas régler un problème de société avec des trucs et astuces ou bien du coaching mais elle apporte tout de même quelques pistes.

Capture d’écran 2022-05-20 à 15.59.14
Capture d’écran 2022-05-20 à 15.59.29
Capture d’écran 2022-05-20 à 16.02.44

« Ça se met où »

La suite de la bande dessinée d’Emma est à lire sur son site Emmaclit.

À lire aussi : Besoin de rigoler ? Cette illustratrice raconte son quotidien un peu fou avec des jumeaux

Image en une : © Emmaclit

Les Commentaires
19

Avatar de Olive°
20 juin 2022 à 15h31
Olive°
Je me demande quel phénomène fait qu'on a besoin de trouver des excuses aux mecs qui n'en branlent pas une, comme si c'était impensable que ce soit totalement arrangeant pour eux de ne pas en branler une.
Peut-être que c'est trop douloureux d'accepter qu'une personne qu'on aime fait clairement des choses qui nous font du mal et qu'il doit forcément y avoir une explication logique, et pas son manque de respect ou sa flemme.
(Sachant qu'il y a quand même une case dans la BD qui dit que 29% des hommes se sont dits capables de se cacher pour échapper à une tâche ménagère" ... donc probablement plus qui n'osent pas l'avouer).
Genre c'est parce que quelqu'un a toujours fait pour eux, personne ne leur a expliqué, les femmes sont trop exigeantes/maniaques/contrôlantes, les mamans les ont trop maternés, ils n'ont jamais vécu seuls, blablablablablablabla.
N'oublions pas que les hommes occupent majoritairement les postes à responsabilité. Ils prennent 439 décisions par jour dans leur travail hautement mieux payé que le nôtre. Honnêtement je vois mal comment ils seraient incapables de décider ce qu'on va manger, de quand il est temps de passer le balai ou de s'il faut emmener l'enfant chez le médecin.
Ou bien de développer cette compétence comme toutes celles qu'ils ont développées au travail avec leurs aptitudes d'adaptabilité et flexibilité
J'ai grandi avec un père très macho à l'ancienne. Il passait du canapé à la table où il se faisait servir, puis retournait s'allonger sur le canap alors qu'on débarrassait et faisait la vaisselle.
Bref un jour il n'a plus eu sa femme pour faire à sa place et étrangement il a tout à fait su se faire à manger, passer le balai, laver par terre, faire sa lessive etc. (Il m'arrive même parfois d'être un peu fière qu'il ait réussi à faire tout ça seul à 50ans. Puis je me rappelle qu'il a passé 50ans de sa vie à ne pas le faire et se faire servir, et que moi j'ai appris à peu près autant à 14ans. Donc vraiment c'était pas des compétences de haute voltige )
J'ai vu ce post insta que j'ai beaucoup aimé: https://www.instagram.com/p/Ceah18aAAMo/
J'aimerais beaucoup pouvoir tenir un discours comme ça si un jour je me remets en couple avec un homme.
Ou bien ne plus jamais revivre à deux
17
Voir les 19 commentaires

Plus de contenus Livres

[Site web] Visuel horizontal Édito (22)
Société

PPDA : pourquoi la publication du livre « Le Prince noir » pose problème

Lifestyle

5 conseils pour une Saint-Valentin sous le signe de l’amour de soi

Humanoid Native
[Site web] Visuel horizontal Édito (21)
Livres

Andréa Bescond : « c’est toujours aux victimes de faire tout le travail »

Pauline Leduc

05 fév 2023

pexels-pixabay-159711 (1)
Livres

Rentrée littéraire d’hiver : 3 romans à lire absolument

Pauline Leduc

02 fév 2023

murakami
Pop culture

Murakami, l’auteur de Kafka sur le Rivage et 1Q84 va sortir un nouveau roman le 13 avril

Maya Boukella

01 fév 2023

1
[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

[Site web] Visuel horizontal Édito (20)
Livres

Dans « Nos absentes », la journaliste Laurène Daycard redonne une voix aux victimes de féminicides

bitch-planet
Livres

6 dystopies féministes dans la lignée de The Handmaid’s Tale à découvrir d’urgence

patatouille
Livres

Patatouille, le livre jeunesse sur l’éducation des garçons loin des normes de la masculinité toxique

Maya Boukella

15 jan 2023

1
LeBookClub_ImageUne_V
Pop culture

Madmoizelle lance son BookClub !

[Site web] Visuel horizontal Édito (19)
Actu en France

Florence Porcel se débat toujours dans l’affaire PPDA et signe un essai sur la honte

Camille Lamblaut

06 jan 2023

La pop culture s'écrit au féminin