Le coup de foudre existe, mais mieux vaut s’en méfier

Se kiffer au premier regard, c'est possible mais pour Queen Camille, cela ne garantit pas que l'histoire d'amour sera belle...

Le coup de foudre existe, mais mieux vaut s’en méfier

La passion, c’est ma passion.

Je pourrais parler d’amour des heures. Du coup, j’en ai fait mon métier, comme ça je suis payée pour ça. Pas folle, l’aztèque.

Le coup de foudre divise

Pour fêter l’anniversaire de ma chaîne YouTube, j’avais choisi d’inaugurer un nouveau format de vidéo dans lequel je pourrais parler encore et toujours d’amour, de relations et de sentchiments en répondant à vos questions « cœur » avec Kalindi.

Pour la première fois de notre histoire, ma fâme et moi-même ne sont pas tombées d’accord : le coup de foudre existe-t-il ou non ?

Afin de trancher ce débat millénaire, j’en ai appelé à ma ptite commu chérie pour donner son opinion dans les commentaires, et leur lecture m’a foudroyée d’un éclair de génie !

Oui, le coup de foudre existe…

Oui, le coup de foudre existe. Oui, il est possible d’être attiré par quelqu’un que l’on connaît à peine, voire à qui l’on a jamais parlé, comme ça, en un coup d’œil.

Mais le coup de foudre n’a pas à voir avec l’amour qui, lui, a besoin d’intimité et de temps pour grandir !

Le coup de foudre a à voir avec l’attraction.

C’est un sentiment d’attirance fort envers une personne, basée sur le physique mais aussi, je le crois, sur l’attitude.

Quiconque a déjà swipé sur Tinder connait ce phénomène incontrôlable : certains visages accrochent le regard, d’autres laissent indifférents et, heureusement, tous les goûts sont dans la nature.

Pour moi, il s’agit du même mécanisme invisible et inexplicable qui fait que l’on aime tel aliment et que l’on déteste en un autre.

Je serais bien incapable de trouver les mots pour vous expliquer pourquoi j’adore le caviar d’aubergine, et vous me verriez bien embêtée si je devais donner les raisons précises de ma haine pour les endives cuites !

(Par contre, pour la coriandre, c’est scientifique.)

Certaines choses et certaines personnes nous attirent, de manière inexplicable et aléatoire. D’autres nous horripilent, et pas toujours pour des motifs rationnels. C’est ainsi.

Bref, le coup de foudre, c’est du désir, très fort, déclenché sur un temps très court.

Mais une fois qu’on a dit ça, on n’est guère plus avancées…

…mais le coup de foudre ne fait pas tout

Je nous connais, nous les p’tits humains : on a un coup de cœur pour quelqu’un, qui se confirme au fil des conversations et du temps, qui s’avère être partagé, et qui donne l’envie irrépressible de passer davantage de temps avec cette personne.

Alors on fait quoi ? On s’attache (et on s’empoisonne).

Tout semble si simple. « We just clicked ! », disent les anglophones pour traduire cet alignement des planètes qui paraît presque magique.

Cette affinité semble si rare, si précieuse qu’elle est portée aux nues pour devenir le motif de la relation, la justifier, la légitimer. C’est un signe !

Parce que l’on a vraiment envie que ça marche et que ces hasards providentiels nous rassurent, on se raccroche à ce sentiment d’évidence, de fluidité.

Au fil du temps, l’histoire de la rencontre et du coup de foudre est polie, améliorée, pour devenir la genèse légendaire de cet amour que l’on souhaite extraordinaire.

Mais voici poindre la grosse arnaque cachée derrière le concept de coup de foudre : le coup de foudre, s’il existe, ne dit rien de la relation qui suivra peut-être.

D’ailleurs, encore faut-il qu’il soit réciproque…

Bien sûr, je connais des couples sains (donc solides) qui sont tombés amoureux au premier regard et sont toujours ensemble des années plus tard.

Mais je connais aussi — très personnellement même, ahem — des exemples de duos qui se sont attachés plus vite que l’éclair… avant d’exploser en vol.

Le piège du coup de foudre

Une relation ne se bâtit pas sur le long terme (ou même sur le court terme) en s’appuyant uniquement sur l’idée que deux personnes « sont faites l’une pour l’autre ». 

De la poudre de love plein les yeux, on peut vite tomber dans le piège du coup de foudre : penser que ce lien magique « suffit ».

Souvent, plus le lien s’est créé vite, mieux c’est !

Ce genre de connexion, que l’on pense toujours rare, extraordinaire (je l’ai vécue environ 110 fois, mais c’est à chaque fois « pas comme les autres, j’te juuuure ! »), nous pousse parfois à nous engouffrer en deux semaines dans des relations fusionnelles

Sans évaluer au préalable la stabilité et les aspirations de leur binôme, sans se demander si ce dernier pourvoit vraiment à leurs besoins.

Par peur de perdre ce lien que je pensais unique, il m’est souvent arriver d’accepter des comportements aberrants, au nom du coup de foudre, de l’évidence, des signes qui disaient « c’est le bon ».

J’ignorais alors royalement ce qui fait vraiment une relation.

Valoriser les actions plutôt que la connexion

Telle a été mon erreur : survaloriser la connexion, au détriment des actions. Or, si cette connexion est une condition nécessaire pour se mettre en couple, elle n’est pas suffisante pour construire une relation de qualité.

En misant tout sur ce « lien magique », on en oublie de donner et de demander les bases indispensables à une relation saine que sont le respect, la communication et la bienveillance.

Pour ces bases, le coup de foudre initial, et la sensation de connexion en général, ne sont d’aucune utilité !

Le niveau d’engagement des partenaires, leur inclinaison à trouver des solutions en discutant, à partager leurs ressentis, à écouter, donner d’eux-mêmes…

Sont bien plus déterminants que le fait de s’être rencontrés dans une conférence ultra-pointue sur le retour des talons compensés et d’aimer tous les deux la glace rhum-raisin, l’anti-folk, manger ses cheveux et les files d’attente.

Je crois qu’il est possible de vivre cette connexion très particulière avec de nombreuses personnes sur cette planète au cours de sa vie (heureusement !), mais cela n’en fait pas automatiquement de bons partenaires.

Oui, le coup de foudre est quelque chose de magnifique et de puissant. Mais pour être heureux ensemble, il s’agirait de pas s’en contenter.

Et toi, qu’est-ce que tu penses du coup de foudre ? Tu t’es déjà laissée aveugler par les éclairs de l’amuuuur ? 

À lire aussi : Lettre à celles qui ne tombent que sur des connards

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Madame escargot

Moi j'ai eu deux copains:
Le 1er avec qui j'ai passé 10 ans. C'est le gars le plus gentil de la terre, on rigole bien ensemble, le sexe est cool. Je suis sortie avec lui à 18 ans plus parce que l'occasion s'est présentée que par amour ou attirance particulière.
Et puis au bout de 10 ans j'ai commencé à avoir envie de nouveauté, besoin de voir comment ça pouvait être avec quelqu'un d'autre.

Et la, PAF! Coup de foudre de malade pour un mec la première fois que je le rencontre. Début d'histoire passionnelle, les papillons dans le ventre, l'amour avec un grand A.
Et au final 6 mois après, rupture brutale, violente, agressive et on s'est bloqués sur tous les réseaux sociaux et autres moyens de communication.

Alors que je suis toujours en contact avec mon premier copain qui est toujours aussi gentil et adorable.

Donc pour l'instant je suis un peu vaccinée des coups de foudre...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!