À quand un vrai débat sur les contraceptions féminines et masculines ?


Parce qu'elles en ont marre de souffrir, des femmes réclament une concertation nationale pour des solutions contraceptives sans effets indésirables et plus égalitaires.

À quand un vrai débat sur les contraceptions féminines et masculines ?

Faire l’amour en ayant le choix de procréer ou non est un combat gagné par nos aînées, pour notre plus grand bonheur.

Mais cela ne veut pas dire que les solutions contraceptives actuelles sont parfaites, comme le dénonce une tribune publiée sur Libération.

Marre de souffrir pour notre contraception

Cette tribune intitulée Marre de souffrir pour notre contraception est l’œuvre de la militante féministe Marie-Hélène Lahaye, de Sabrina Debusquat, journaliste, de l’illustratrice Maureen Wingrove alias Diglee.

Elles sont soutenues par une dizaine de premières signataires.

Accompagné du hashtag #PayeTaContraception et repris dans un livre-manifeste Marre de souffrir pour ma contraception (Les Liens qui libèrent), le texte dénonce les options contraceptives insuffisantes :

« De plus en plus de femmes prennent conscience des effets indésirables des méthodes contraceptives et refusent de les subir.

Face à l’urgence de cette nouvelle demande, nous en appelons à une prise de conscience collective pour que la situation évolue vers une contraception plus sereine, sans effets indésirables et partagée. »

Sans remettre en cause le caractère acquis (mais néanmoins fragile) des droits sexuels et reproductifs ni l’efficacité des contraceptions existantes, les autrices pointent la nécessité de réduire les effets indésirables et les risques pour la santé liés à la pilule ou au DIU (stérilet) notamment.

Une grande concertation pour une meilleure contraception

Pour les signataires du texte, l’offre contraceptive demeure insuffisante, notamment pour les femmes qui refusent de s’exposer aux risques et ne trouvent aucune solution qui leur conviennent.

La déresponsabilisation des hommes dans cette question de la contraception est également soulignée et la tribune en appelle :

« Aux femmes, hommes, chercheurs·es, médecins et société civile pour développer et promouvoir des contraceptions sans effets indésirables mais également des contraceptions masculines. »

Les autrices proposent une grande concertation nationale qui aborderait différent points, de l’information des patientes au partage égalitaire de la contraception en passant par le financement d’études scientifiques indépendantes pour améliorer et créer des contraceptions satisfaisantes.

Pour lire la tribune dans son intégralité, rendez-vous sur le site de Libé.

Et toi, que penses-tu des solutions de contraception qui s’offrent à toi ? 

À lire aussi : Comprends ENFIN comment ta contraception fonctionne

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Leyli

Je comprends les 2 points de vu et le fait est que je pense que le développement d'une pilule contraceptive pour homme ne serait pas rentable financièrement.
Par contre, d'autre alternative existe, sur du plus long terme ce qui éviterait ce problème de l'oubli ! Pourquoi plutôt ne pas chercher du coté d'un implant contraceptif ou encore, donner plus de moyen à cette recherche qui existe déjà sur un gel, injecter dans le scrotum, qui empêcherai le spermatogenèse ?
Il n'y a pas que la pilule dans la vie.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!