Live now
Live now
Masquer
« evanescence-bring-me-to-life-sexisme »
Musique

Comment « Bring Me To Life » d’Evanescence illustre le sexisme

09 mai 2020
Le savais-tu ? Derrière le hit Bring Me To Life d’Evanescence se cache une histoire empreinte de sexisme et marquée au sceau du patriarcat.

Quand j’étais au collège, il y avait plusieurs teams bien distinctes au niveau des goûts musicaux : celles et ceux qui écoutaient du rap, celles et ceux qui écoutaient NRJ, et celles et ceux qui écoutaient du rock.

Une catégorie très, très vaste qui englobait tout autant Tryo que Linkin Park en allant jusqu’à du métal symphonique façon Nightwish, et bien sûr Evanescence !

Mais si je viens de parler de ce groupe aujourd’hui, ce n’est pas pour te confesser mes émois d’adolescente…

Bring Me To Life d’Evanescence, histoire d’un hit musical

C’est le 22 avril 2003 que le monde a découvert Evanescence avec le tube Bring Me To Life, inclus dans la bande-originale du film Daredevil (avec Ben Affleck, tu sais ?) (c’était pas très bien).

Amy Lee, la chanteuse du groupe, y était accompagnée par le rappeur Paul McCoy (12 Stones), et le clip engrange à l’heure où je tape ces lignes pas moins de 733 millions de vues sur YouTube…

Sans compter toutes les fois où il est passé sur M6 Music ou MTV !

Evanescence - Bring Me To Life (Official Music Video)

Amy Lee expliquait en 2018 à Louder l’origine de la chanson :

Cette chanson a été écrite à propos de celui qui est à présent mon mari [Josh Hartzler, NDLR].

Je sortais d’une relation toxique qui m’avait fait du mal pendant longtemps. Je pensais réussir à faire semblant d’aller bien, mais Josh, ce mec que je ne connaissais pas tant mais que j’aimais beaucoup […] m’a regardé dans les yeux et m’a dit : « Tu es heureuse ? ».

Ça m’a prise de court. Je me suis sentie à nu, mais d’une bonne façon — comme s’il pouvait lire en moi.

Mais derrière cette histoire de femme qui se remet d’un ex abusif, il y a un autre récit, moins positif.

Bring Me To Life d’Evanescence et le sexisme

L’info n’est pas neuve puisqu’elle a été racontée sur Fader en 2017, à l’occasion de la sortie de l’album Synthesis par Evanescence, mais je viens de tomber dessus.

Dans cet opus, Bring Me To Life est inclus avec une nouvelle version, sans la voix de Paul McCoy. Seule Amy Lee porte la chanson. Et c’est en réalité ce qu’elle voulait depuis le début.

C’est la maison de disques qui l’a forcée à inclure une voix masculine dans son titre, estimant qu’un single porté seulement par une femme ne marcherait pas !

Je me souviens de nombreuses discussions avec les boss m’expliquant que [ma féminité] était un point négatif.

Wind-Up Records, le label d’Evanescence, aurait carrément menacé de ne pas sortir l’album Fallen (dont Bring Me To Life faisait partie) sans un homme pour rendre le single plus « radio-friendly ».

Pas étonnant quand on sait qu’Ed Vetri, le patron de Wind-Up Records, décrivait le titre comme « une meuf et un piano ». Super vendeur.

Comme le note très justement Fader :

Ce qui rendait Fallen si unique, c’est justement qu’il n’y avait rien de similaire en radio à ce moment-là.

Ça n’aurait pas marché sans la voix mélodique, perçante d’Amy Lee, sans ses paroles à la franchise désarmante parlant de survivre à une relation toxique et rejetant l’obsession sociétale autour de la beauté.

Mais en plus de s’être battue pour Bring Me To Life, Amy Lee a aussi dû affronter des pressions extérieures venant de la presse, les dirigeants de radio et le public, la visant injustement parce qu’elle était une femme dans un genre musical, le rock, très masculin.

Elle se souvient avoir dû gérer des rumeurs attribuant son succès au fait qu’elle aurait couché avec Untel ou Untel.

Des années plus tard, Amy Lee est la seule membre originelle d’Evanescence à être toujours là, et à enchaîner les succès. De quoi faire mentir les hommes qui la jugeaient incapable de cartonner par elle-même.

C’est une histoire tristement banale, celle d’une femme réduite à son genre malgré son talent, qui a dû se contorsionner dans les carcans du patriarcat avant de faire ses preuves et de conquérir sa liberté artistique.

Mais pour une Amy Lee qui a fini par accepter un homme sur Bring Me To Life, combien ont tenu bon et vu leurs œuvres enterrées sans autre forme de procès ? Beaucoup, beaucoup trop, je pense…

Je trouve ça toujours intéressant d’apprendre l’histoire derrière des éléments culturels, et de me rendre compte qu’il a fallu plus de 10 ans à Amy Lee pour raconter ce qu’elle a vécu sans craindre les retours de bâton.

Un rappel de plus qu’il est important de soutenir la liberté artistique, les femmes à des postes décisionnaires et les œuvres créées par des femmes, car le patriarcat continue à leur mettre des bâtons dans les roues !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Plus de contenus Musique

Thérèse raconte sa polykystose hépatorénale héréditaire, sa Mala Diva
Musique

Chanteuse en attente d’une greffe de foie, Thérèse nous raconte sa « Mala Diva »

Anthony Vincent

16 nov 2022

1
Lifestyle
Sponsorisé

J’ai découvert trois films féministes géniaux grâce à un VPN

Humanoid Native
Renaissance, le nouvel album de Beyoncé, vient de paraître le 22 juillet 2022
Pop culture

La prestigieuse École Normale Supérieure donne des cours sur Beyoncé

Anthony Vincent

14 nov 2022

Le documentaire Selena Gomez : My Mind & Me
Pop culture

Bipolarité, greffe de rein, et désir d’enfant : ce docu suit Selena Gomez sur 6 ans et fait scandale

Anthony Vincent

08 nov 2022

10
Alanis Morissette O2280622_
Musique

Alanis Morissette n’a plus le temps de subir le sexisme de l’industrie musicale et l’a fait savoir

Maëlle Le Corre

08 nov 2022

brassens capture d’écran yt
Musique

Faut-il faire entrer les biens de Georges Brassens dans le patrimoine français ?

Maya Boukella

21 oct 2022

mikaben 2
Musique

Mikaben : le chanteur haïtien est mort sur scène à 41 ans

Maya Boukella

17 oct 2022

eddy de pretto
Actu en France

Eddy de Pretto victime de cyberharcèlement : son procès s’est ouvert à Paris

Maya Boukella

04 oct 2022

5
coolio
Pop culture

Le rappeur Coolio, célèbre pour le tube planétaire « Gangsta’s paradise » est mort

Maya Boukella

29 sep 2022

Megan Thee Stallion a ouvert un site pour la prise en charge de la santé mentale
Psychologie

Megan Thee Stallion crée un site pour une meilleure prise en charge de la santé mentale

Anthony Vincent

27 sep 2022

La pop culture s'écrit au féminin