Live now
Live now
Masquer
chansons-feministes
Culture

5 chansons qui réveillent la meuf indépendante et combative en moi

Parfois, Sophie a besoin de se remettre les idées en place. Pour ces moments là, elle a une playlist qui titille ses envies d’indépendance. En voici cinq extraits.

Comme je suis plongée dans la lecture d’essais féministes, y a un sujet qui me parle aujourd’hui plus qu’à n’importe quel moment de ma vie : la notion d’indépendance. À tous les niveaux.

À lire aussi : J’ai 16 ans et je suis (quasiment) indépendante… deux ans plus tard !

Y a pas meilleur moyen de prendre le pouvoir de sa vie et de pratiquer, donc, l’empouvoirement, que d’être indépendante. Bon, y a un juste milieu, hein, s’agirait pas que je confonde l’indépendance et l’autarcie.

Je ne veux plus jamais être accro à qui que ce soit, ou quoique ce soit. Je ne veux plus dépendre de rien d’autre que moi-même, parce que ça veut dire que mes attachements, futurs et actuels, amoureux ou amicaux, ne seront que du bonus.

Et on profite avec bien plus de bonheur des bonus que des besoins vitaux. Je trouve.

Ma situation actuelle fait que je centre tout autour de ces deux notions-là : l’indépendance, affective et financière, et l’empouvoirement, parce que je bosse beaucoup pour pouvoir regarder mon boulot et être fière comme un paon.

Voici cinq chansons qui titillent mon love pour l’indépendance et mes envies d’empouvoirement. Et comme d’hab, je fais tourner, parce que quelque chose me dit que je suis loin d’être la seule dans ce cas.

Torn, de Natalie Imbruglia

Parfois j’oublie que cette chanson existe, et l’état dans lequel elle me met.

Pourtant, Torn, qui raconte l’histoire d’une femme qui se rend compte que le mec qu’elle aimait est en réalité un bon boloss, me rend ouf. Dingue. Depuis la toute première fois que je l’ai entendue.

À lire aussi : Le fuckboy, menace omniprésente de l’ère moderne

Les paroles me parlent pas des masses actuellement (bien qu’elles aient pu retentir avec la force d’un bon gros piment oiseau il y a quelques années), mais y a un truc, putain.

Y a un truc qui fait que je sens tout le monde autour de moi se redresser et ouvrir un peu plus grand les yeux chaque fois que cette chanson passe, moi la première.

Torn me fout une énergie monstrueuse, elle me fait beugler si l’occasion s’y prête et reprendre ma vie mieux qu’avant. Et de bien meilleure humeur, pour ne rien gâcher !

Pourtant les paroles de Torn sont d’une tristesse infinie…

Alors peut-être que cette énergie, c’est parce que Nataloche touche le fond pour nous, ou parce qu’elle fait sa petite danse mignonne de « J’VAIS PAS M’LAISSER ABATTRE OK ? »…

Je sais pas mais en tout cas ça marche à tous les coups sur moi.

Man! I feel like a woman, de Shania Twain

Qu’est-ce qui fait que les années 90 nous ont apporté autant de chansons motivantes qui donnent envie d’être une femme épanouie, à la carrière florissante, l’âme ancrée dans le réel et dans la badasserie ? Je sais pas.

À lire aussi : Je suis pas badass, mais c’est pas bien grave — La leçon de la semaine

Je sais pas, mais j’apprécie. Et Man! I feel like a woman fait partie de ces petits bijoux.

Dans les moments où je crois plus trop en moi, où j’ai besoin de quelqu’un pour m’aider, je me la balance dans les oreilles, et ça va vachement mieux.

Le clip, je le trouve un peu chiant, blabla l’homme objet blabla. Mais la chanson, mazette, elle me fait célébrer la joie de mes orteils à mon cuir chevelu en passant par mes ovaires !

À lire aussi : La country, une musique (parfois) féministe

Material Girl, de Madonna

On part dans le vintage un peu plus vintage, puisque Material Girl est une chanson des années 80.

J’ai jamais été une grande fan de Madonna (une question de goût et de génération, j’imagine), mais ce titre m’attire, au niveau du rythme.

https://www.youtube.com/watch?v=e3wYIjI8WcI

Material Girl parle d’une femme qui aspire à l’indépendance financière — voire, n’ayons pas peur des mots, à gagner plein de thune.

Elle en a rien à péter des mecs qui veulent la couvrir de cadeaux chers comme tout, parce qu’elle, son kif, c’est de se les offrir toute seule.

Nickel.

UnstoppableSia

Qu’est-ce qui peut donner plus envie d’empouvoirement que ce refrain, sérieux ?

« I’m unstoppable I’m a Porsche with no brakes I’m invincible Yeah, I win every single game I’m so powerful I don’t need batteries to play I’m so confident I’m unstoppable today »

Soit (faut bien que ma licence d’anglais serve à quelque chose) :

« Rien ne peut m’arrêter Je suis une Porsche sans freins Je suis invincible Je gagne à tous les jeux Je suis si forte Je n’ai besoin d’aucune pile pour jouer J’ai tellement confiance en moi Rien ne peut m’arrêter aujourd’hui. »

C’est tellement frontal, tellement limpide ! Je ne m’en remets pas.

All these things that I’ve done, de The Killers

Un de mes titres préférés quand j’ai besoin d’un second souffle quand je suis en train de courir (ou mieux, pour accompagner le sprint final quand je décide de me faire mal sur les dernières minutes de mon footing).

Incroyable qu’une chanson dans laquelle Brandon Flowers passe son temps à chanter « I’ve got soul but I’m not a soldier » (« J’ai du courage mais je ne suis pas un soldat ») me donne autant l’impression d’être une guerrière.

C’est un morceau qui semble parler d’un mec qui a plein d’envies, mais s’éparpille et galère un peu à atteindre ses buts. Soit.

Honnêtement, Brandon Flowers pourrait y raconter qu’hier, il a mangé du pâté, qu’All these things that I’ve done me ferait toujours autant d’effet.

C’est dans les arrangements, dans l’interprétation que vient l’envie d’accomplir tout ce qu’on désire. Et les choeurs de gospel viennent achever de me motiver !

D’autres chansons qui m’inspirent

You don’t own me

de Lesley Gore, Feeling Good de Nina Simone, Survivor et Independent Women des Destiny’s Child, Roar de Katy Perry, Respect d’Aretha Franklin, I Will Survive de Gloria Gaynor, Stronger de Britney Spears, Dancing Barefoot de Patti Smith… et tant d’autres.

Tiens d’ailleurs, à ton tour : c’est quoi, les tiennes ? Viens nous le dire en commentaires !

À lire aussi : Playlist pour se préparer de bonne humeur le matin

L’empouvoirement, l’indépendance et tutti quanti, ça te parle ? Alors la box madmoiZelle d’août, à thème GIRL POWER, est faite pour toi ! Commande-la vite (et sans engagement) pour 18,90€ + 4€ de livraison !

Commande la box GIRL POWER !


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

5
Avatar de Guillemette64
29 juillet 2017 à 16h07
Guillemette64
Bitch-meredith brooks

Of course
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Culture

Bridgerton // Source : Netflix
Culture

Ce détail dans la scène de sexe de Bridgerton fait fondre les abonnés, et il était improvisé

amber heard interview today show
Société

Amber Heard élue personnalité la plus détestée du monde, ou quand la haine des femmes fleurit en ligne

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-22T103209.737
Culture

Derrière Bridgerton, cette nouvelle série coréenne est le carton inattendu sur Netflix cette semaine

Bridgerton // Source : Netflix
Culture

Sur Netflix, 5 films et séries aussi torrides que Bridgerton, à regarder cette semaine

2
Source : Unsplash
Culture

Ces célébrités qui ont été bannies des applications de rencontre

Source : Eva Longoria/Instagram
Culture

« Desperate Housewives » bientôt de retour pour les 20 ans ? Eva Longoria fait une annonce

Bridgerton. (L to R) Luke Newton as Colin Bridgerton, Nicola Coughlan as Penelope Featherington in episode 302 of Bridgerton. Cr. Liam Daniel/Netflix © 2023
Séries

« Penelope n’est jamais réduite à son corps », pourquoi la saison 3 de Bridgerton fait du bien à la représentation féminine dans les romances 

11
Source : NBC
Séries

« Il me rend souvent visite » : Courtney Cox se confie sur Matthew Perry

netflix-selection-films-feministes
Cinéma

Les 7 meilleurs films et séries féministes à voir sur Netflix

3
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Cinéma

Cinéma : ce qui pourrait bientôt changer dans les tournages où il y a des enfants

La pop culture s'écrit au féminin