Live now
Live now
Masquer
evan-rachel-wood-marilyn-manson-viol-procès
Féminisme

« C’est re-traumatisant » : Evan Rachel Wood parle de la vie après la plainte pour violences sexistes

Dans le nouvel épisode du podcast I Weigh, Evan Rachel Wood détaille à Jameela Jamil le processus « re-traumatisant » d’être impliquée dans une enquête sur les abus sexuels.

« Après avoir été impliquée dans une grande enquête comme celle dans laquelle je suis impliquée maintenant, j’ai vraiment commencé à comprendre pourquoi les gens se retirent des enquêtes, pourquoi les victimes reviennent sur leurs déclarations, pourquoi elles avancent puis reculent. »

C’est ce qu’a confié Evan Rachel Wood au micro de la comédienne engagée Jameela Jamil, dans le podcast féministe I Weigh, paru ce 8 février. 

La courageuse prise de parole d’Evan Rachel Wood

De 2006 à 2010, Evan Rachel Wood et Brian Hugh Warner alias Marilyn Manson, de 18 ans son aîné, étaient en couple. Mais en février 2021, l’actrice fait des révélations fracassantes. Elle accuse le musicien de violences sexuelles et notamment de l’avoir violée lors du tournage du clip de sa chanson Heart-Shaped Glasses en 2007. 

Peu de temps après que l’actrice et activiste a dénoncé son agresseur présumé, le département de police de Los Angeles a annoncé que Warner faisait l’objet d’une enquête pour violence conjugale. Plusieurs voix ont rejoint celles de Evan Rachel Wood… Marilyn Manson est aujourd’hui accusée d’une douzaine de viols, de violences conjugales et d’agressions sexuelles. 

À l’occasion du deuxième anniversaire du podcast de Jameela Jamil, sur lequel se sont succédé des invitées de qualité telle Gloria Steinem, Roxane Gay ou encore Jane Fonda, Evan Rachel Wood a fait le choix courageux de partager son expérience de plaignante dans une enquête judiciaire pour violences sexuelles. 

Les difficultés d’être témoin dans une enquête pour violences sexuelles

Face aux enquêteurs, la présumée victime réalise que « ce n’est pas une blague » de se remémorer les évènements avec des « détails atroces » et des questions jamais posées auparavant. « Et devoir y retourner encore et encore, être manipulée publiquement, à grande échelle ou même à petite échelle, c’est très, très re-traumatisant », constate-t-elle, entre désolation et amertume. 

Evan Rachel Wood a continué son plaidoyer, assurant qu’elle est « assise ici » en sachant qu’elle dit « la vérité ». Mais à chaque audition, les questions de la part des forces de l’ordre sont nombreuses, insistantes et redondantes. 

« Les gens vous font vous sentir folle, je dois donc m’asseoir là et méditer et passer en revue les choses qui me sont arrivées et dire : “Est-ce que cela vous est arrivé ? Oui ! Est-ce arrivé ? Oui.” Et je passe en revue les détails et je les rejoue dans ma tête juste pour que personne ne puisse m’enlever ma vérité, parce qu’ils essaient, ils essaient vraiment de te briser ! »

Intenter une action en justice pour aller de l’avant

Dans le podcast I weight, Evan Rachel Wood a également partagé longuement son soulagement d’être enfin libérée de ces auditions judiciaires. Enfin, surtout de cette relation destructrice ! 

« J’étais si heureuse d’être sortie que j’ai tout lâché, et je voulais oublier que c’était même arrivé. Parce que la dernière chose que vous voulez faire quand vous êtes enfin sorti d’un cauchemar, c’est de vous asseoir et de l’étudier, de le revivre pendant des années. Je veux juste sortir avec mes amis, je veux aller à Disneyland, je veux danser, je veux à nouveau connaître la joie ! »

Evan Rachel Wood a aussi révélé qu’initialement, elle n’avait pas l’intention d’intenter une action en justice contre Manson mais sa relation suivante l’a fait changer d’avis. Elle a compris qu’elle devait sortir du silence pour protéger sa propre santé mentale et physique. Et pour aller de l’avant… 

« Je pensais que je me dirigeais vers ma tombe avec tout ce qui s’était passé… Et je n’étais pas non plus sortie depuis longtemps pour éviter d’être encore manipulée publiquement, éviter le lynchage qui s’était déjà produit. J’ai vraiment intériorisé les choses que les gens avaient projetées sur moi comme : “Elle est putain de folle, qu’est-ce qu’elle fait, qu’est-ce qui ne va pas avec elle ?” … Je pensais que je le méritais. »

evan-rachel-wood-marilyn-manson
© Metropolitan FilmExport

Le gaslighting, cette manipulation mentale dangereuse

L’actrice explique s’être rendu compte aujourd’hui qu’elle était alors victime de « gaslighting ». Pour faire simple, il s’agit d’une forme d’abus mental dans lequel l’information est déformée, présentée sous un autre jour, parfois même omise sélectivement afin de favoriser l’abuseur, ou de faire simplement douter la victime de sa mémoire, de sa perception et santé mentale. 

Par exemple : c’est quand votre agresseur (ou tout autre interlocuteur) vous fait douter activement d’un drame que vous avez vécu, à un tel point que la victime finit par réellement remettre en cause la véracité de ce qu’elle a pourtant éprouvé.

« Dans ma relation suivante, je me sentais complètement indigne. J’ai eu la chance de rencontrer quelqu’un qui m’a aidée après que j’ai été si mal. Je n’avais pas réalisé que j’avais autant de travail à faire jusqu’à ce que j’essaie d’avoir une autre relation. J’ai réalisé que l’intimité était vraiment difficile, je fermais juste les yeux et je me déconnectais… Des douleurs chroniques dans tout mon corps, j’avais l’impression d’avoir 80 ans. Je me réveillais en hurlant, j’avais ces terreurs nocturnes folles, je ne pouvais pas dormir… »

Le 7 mars dernier, Evan Rachel Wood a dévoilé son documentaire sur HBO, Phoenix Rising, retraçant son combat pour faire adopter, au Sénat de Californie, le Phoenix Act — un projet de loi qui revendique l’extension du délai de prescription en matière de violence conjugale. 

Brian Warner nie avec véhémence toutes les allégations d’agressions et d’abus sexuels dont il fait l’objet. En mars dernier, il a même intenté une action en diffamation contre Evan Rachel Wood et sa compagne IIIma Gore affirmant qu’elles l’avaient « publiquement affiché » comme un « violeur et agresseur, un mensonge malveillant » qui aurait fait « dérailler » sa carrière.

À lire aussi : Pourquoi Evan Rachel Wood (Westworld) parle de ses viols au Congrès américain

Image en Une : © Wild Bunch

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Actualités mondiales

Aux États-Unis, la Cour suprême annule l’interdiction de la pilule abortive

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Wikimedia Commons
Féminisme

Lady Gaga « enceinte » ? Taylor Swift a quelque chose à dire à propos de ces rumeurs « invasives » et « irresponsables »

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

La société s'écrit au féminin