Live now
Live now
Masquer
ben-mazue-festival-avignon-3
Arts & Expos

Ben Mazué au Festival d’Avignon 2015 — Billet d’humeur #3

C’est l’heure du bilan sur le Festival d’Avignon 2015 pour Ben Mazué qui vous livre son troisième et dernier billet d’humeur !

Avignon, dernière semaine.

Il en reste trois. Trois marches de l’hôtel à la salle. Trois Cocas juste avant. Trois installations éclairs. Trois tracs à une minute du coup d’envoi. Trois débuts, trois fins, trois remerciements. Trois désinstallations. Trois cafés frappés juste après. Trois retours à l’hôtel. Et puis trois jours aussi pour voir ce ou ceux qu’on a pas encore eu l’occasion de voir, pour finir cette fameuse chanson qui traîne dans ma tête depuis trois semaines (et qui parlera de l’amour à distance évidemment), trois jours aussi enfin pour faire au moins UN footing.

Je suis cet étudiant Erasmus qui, à une semaine du terme de son année parisienne, réalise qu’il a à peine quitté la cité universitaire, et s’enquiert de visiter le Louvre à pas de course avant d’enchaîner avec la Tour Eiffel.

À lire aussi : Ben Mazué au Festival D’Avignon 2015 — Billet d’humeur #1

Avignon, festival de théâtre, festival féérique, enclavant comme tes remparts, oppressant et réjouissant comme tes parades, ça y est, je t’ai « fait » comme disent les touristes qui reviennent d’un pays lointain.

Je me dis que finalement, il n’est pas impossible que je ne revienne jamais — c’est quand même très rare d’y participer quand on est chanteur — du coup j’essaie de profiter encore, au mieux, de tout.

ben-avignon-tgv

Mais je ne sais pas faire ça, profiter parce que demain ça s’arrête, non, moi je ne sais que profiter du moment qui s’allonge, du projet qui existe, du potentiel à venir. Le simple fait de savoir que c’est la fin, ça me donne le bourdon, ça me désole.

Je me souviens à l’école, dès le mois de mai-juin j’étais déjà ravi à l’idée que les vacances soient proches, je les vantais à mon esprit quand il s’ennuyait de la journée trop longue, je me les projetais en inventant des rencontres, des moments, des retrouvailles. Et à l’inverse, quand le 15 août était passé, j’étais déjà un peu de retour, un peu dans l’automne, un peu concentré, un peu froncé.

En fait je vis une existence projetée, le centre de gravité de mon bonheur est juste un mètre devant le présent. C’est comme ça. Le seul endroit où je suis en adéquation avec le temps qui passe, c’est sur scène. Ici finalement, je vis deux heures de présent par jour.

ben-theatre-avignon

Le théâtre Jacque Cœur

Il en reste trois, ce n’est pas encore le temps des bilans, mais comme il est peu probable que je fasse un billet la semaine prochaine, puisqu’a priori madmoiZelle n’a que faire du contenu de mes vacances, on peut d’ores et déjà essayer de regarder en arrière (l’expérience étant globalement largement positive, je finirai par ce que j’ai aimé).

— NDLR : on adorerait lire tes vacances, Ben. Promis.

Je ne vais pas regretter la chaleur écrasante, le trac qui ne s’en va jamais, les quatre t-shirts sur lesquels je tourne depuis un mois, les acteurs qui vous crient dans l’oreille alors que vous êtes posé peinard en terrasse. Le manque, animal, de mes enfants, de leur odeur, de leur regard, de leurs histoires. Et je n’ai pas aimé être aussi loin d’elle, aussi longtemps.

Mais j’ai aimé la routine inouïe. J’ai aimé dire « aujourd’hui c’était bien » puisqu’il y a eu un hier et qu’il y aura un demain. J’ai aimé les fleurs dans ma loge envoyées par ma famille pour ma première. J’ai aimé qu’on vive dans une chanson de Vincent Delerm, j’ai aimé me sentir un peu acteur, j’ai aimé qu’on s’améliore, et qu’on arrive au bout. J’ai aimé aussi sortir des remparts pour aller humer l’air de l’océan Atlantique, chanter pour les Francos, voir Johnny et rentrer. J’ai aimé à chaque fois que Baptiste m’a dit « viens, on va…. » (voir le spectacle de Florence Foresti, dîner au restau, voir Nos Futurs au cinéma etc.) parce que c’était toujours pourvoyeur d’une soirée exceptionnelle. J’ai aimé faire parler ma mère tous les jours devant vous, comme un hommage quotidien. La meilleure thérapie.

ben-avignon-scene

À ceux qui m’ont vu, à ceux qui m’ont lu, à ceux qui m’ont soutenu, qui m’ont accompagné, qui m’ont vécu, merci.

Vivons heureux, vivons projetés : J-129 avant la Cigale.

Réservez vos places pour voir Ben Mazué à la Cigale le 20 novembre 2015  !

À lire aussi : Ben Mazué, 33 ans, un spectacle très « Vivant »

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Arts & Expos

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani // Source : Inès Pollon
Arts & Expos

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-11-07T175113.664
Culture

Bollywood Superstars : une exposition passionnante sur l’histoire du cinéma indien  

1
Morphine Blaze se confie sur son drag auprès de Madmoizelle lors d'une interview ChitChat Makeup // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

Morphine Blaze, drag queen : « J’ai été débookée de plein de shows parce que je suis une femme »

5
Jean-Baptiste Carhaix, Sister Sadie the Rabbi Lady. La première messe inter-églises « gay » en souvenir des malades du sida décédés depuis 1981, octobre 1983.
Arts & Expos

Pourquoi l’expo « Over the Rainbow » va vous mettre des arcs-en-ciel plein la vue et le cœur

1

La pop culture s'écrit au féminin