Live now
Live now
Masquer
verres qui trinquent
Santé

Mes années de « fête étudiante » ? C’était une vie d’alcoolique, et je le suis encore

Si chez les étudiants, la consommation d’alcool peut avoir une image insouciante et fêtarde, elle peut cacher une tout autre réalité : celle d’un alcoolisme qui ne dit pas son nom. Fanny* raconte ces années qui l’ont menée à la dépendance.

*Le prénom a été modifié

Le 5 janvier 2021

Dès l’entrée à l’université, on nous encourage à consommer de l’alcool pour s’intégrer. On nous dit qu’il faut profiter de sa jeunesse et de la vie à la fac, dont on se souviendra certainement comme de nos « plus belles années ».

Mais derrière une image fêtarde ou bon enfant, cette consommation a un impact non négligeable sur les étudiants, et peut les conduire à l’alcoolisme. J’en ai fait l’expérience, particulièrement durant mes années de master.

Une consommation excessive, portée par l’anxiété étudiante

Au début de mes études, j’évitais les soirées de fac : je n’ai pas vraiment suivi le parcours classique des week-ends d’intégration et des fêtes post-partiels, où le mot d’ordre est de boire, toujours plus, pour se désinhiber. Après les cours, je tentais plutôt de m’échapper de ce milieu étudiant, que je trouvais trop étriqué.

Mais entre les rendus, les partiels, et un avenir professionnel incertain, la vie universitaire porte son lot d’angoisses. Quoi de mieux, pour décompresser après une semaine fastidieuse, qu’une tournée des bars et une soirée en club ?

Au début, ces sorties étaient occasionnelles. Et puis j’ai commencé à sortir la semaine, de plus en plus souvent, et tout le week-end…

« L’addiction à l’alcool des étudiants est difficile à cerner »

Du fait de leur jeunesse, d’une estime de soi plus basse que la moyenne, et du stress généré par leurs notes, les étudiants sont un groupe social particulièrement touché par la dépression et l’anxiété. Contre ces angoisses, il leur est alors fréquent d’utiliser l’alcool comme remède à court terme, malgré ses conséquences dangereuses. 

C’est ce qu’explique le Dr Bernard Basset, président de l’Association Addiction France. Selon lui, l’alcool est un moyen « acceptable socialement, peu cher, et accessible de calmer son stress ». La fête, sous le prétexte de bons moments entre amis, peut alors devenir une porte d’entrée vers l’addiction aux effets « relaxants » de l’alcool.

Le problème, c’est que la vie étudiante ne correspond pas au tableau qu’on peut se faire de l’alcoolisme.  C’est le constat de Fanny Sarkissian, chargée de mission pour la Fédération des Associations Générales Étudiantes (FAGE). 

« Le cliché de la personne alcoolique qui boit seule, tous les jours, est très présent dans l’imaginaire collectif. Les étudiants qui boivent beaucoup, en groupe, plusieurs fois par semaine, ne vont pas s’y identifier malgré les quantités dangereuses qu’ils peuvent consommer, ce qui rend la sensibilisation plus difficile. »

Précarité financière et alcoolisme étudiant

Étudiante précaire, je vivais dans un logement du Crous et percevais 325€ par mois pour subvenir à tous mes besoins. Après avoir payé mon loyer, mes factures et mes courses, il ne me restait plus grand-chose pour assumer les soirées régulières.

Quand mon rythme de sorties et de consommation a commencé à s’accélérer, mon budget ne suivait plus. Alors j’ai développé des petites techniques…

J’achetais des canettes de bières bon marché que je buvais avant de rejoindre mes camarades au bar pour être déjà assez éméchée en arrivant, et ne consommer qu’un seul verre sur place, par exemple. Au supermarché, c’était la course aux économies. Mon alimentation ces deux dernières années s’est résumée à des pâtes, des œufs ou des conserves… afin de garder assez d’argent pour faire la fête. Je sautais régulièrement le repas du soir : c’était encore plus pratique de ne pas manger avant de sortir. On est ivre plus vite, et l’alcool est plus rentable.

Quand j’ai commencé à me priver de repas pour avoir assez d’argent à dépenser en soirée ou dans les bars, j’ai commencé à m’interroger sur ma consommation d’alcool et mon éventuelle dépendance.

pexels-isabella-mendes-1304475
Isabella Mendes / Pexels

L’alcoolisme étudiant, une banalité peu questionnée

En tant qu’étudiante, le sujet est tellement banalisé qu’on ne se pose aucune question sur cette consommation. On ne se rend pas compte des addictions que ces comportements créent.

Mais aujourd’hui, diplôme en poche, ma consommation est restée la même. Cet alcoolisme étudiant ne disparaît pas comme par enchantement en entrant sur le marché du travail. Je ne peux pas m’empêcher de boire de manière excessive, plusieurs fois dans la semaine.

Il m’a fallu du temps pour commencer à me poser des questions, jusqu’à ce qu’un tweet sur l’alcoolisme étudiant fasse écho à mon vécu.

https://twitter.com/Kalytis_/status/1340796388813266950?s=20

Le problème majeur, c’est que ces soirées ne m’ont pas seulement permis de m’intégrer à ma promotion et de m’entourer : elles ont aussi été le moyen que j’ai trouvé pour gérer l’anxiété générée par les cours et ma situation financière.

Ce monde étudiant que tout le monde décrit comme heureux et insouciant est un monde rempli de solitude, de stress, et pour certains, de précarité. Face à ces problématiques, nombreux sont celles et ceux qui utilisent l’alcool pour s’aider, sans réaliser qu’ils développent un alcoolisme étudiant.

Derrière toute cette belle étiquette de « fun » et de « jeunesse » se cache une misère étudiante que la société peine à assumer.

Une situation aggravée par la crise sanitaire

Les chiffres l’ont prouvé, les étudiants et étudiantes, population déjà relativement précaire avant la crise sanitaire, ont vu leur situation s’aggraver.

Pour Fanny Sarkissian, le contexte de l’épidémie a accentué les risques de conduites addictives, chez les étudiants comme pour la population globale : entre les pertes de revenus salariés, la rupture numérique qui entraîne des risques de décrochage, et l’isolement social lié aux confinements et aux couvre-feux, les situations de stress s’accentuent, et avec elles la propension à consommer de l’alcool pour se calmer.

Interroger et réguler sa consommation

Selon le Dr Basset, tester ses limites, notamment vis-à-vis de l’alcool, constitue une partie de l’apprentissage propre à la jeunesse. Il faut cependant pouvoir faire en sorte que cette conduite aie le moins de conséquences négatives possibles à long terme, et éviter le développement d’une addiction. Pour cela, il est capital d’être lucide sur sa consommation. 

L’expert recommande d’utiliser les repères donnés par l’agence de Santé Publique France pour jauger son rapport à l’alcool. Si l’on dépasse dix verres par semaine, deux verres par jour, et que les jours où l’on ne boit pas d’alcool du tout se font rares, on s’expose à une perte de contrôle de sa consommation.

« Quand on s’interroge sur notre consommation d’alcool, la première étape peut être d’essayer de faire une pause, et d’être à l’écoute de nos réactions : à quel moment surviennent le manque ou l’envie de boire ? Cela permet de savoir où on en est, et d’aller chercher de l’aide. »

Si l’on constate sa dépendance, il est alors capital de se faire aider. En effet, le Dr Basset souligne qu’il est très difficile de sortir seul de la dépendance.

« De nombreux professionnels sont à l’écoute, et il ne faut pas hésiter à les contacter dès les premières interrogations. Si on a une relation de confiance avec son médecin généraliste, on peut lui en parler. Vous pouvez aussi consulter un addictologue, dans le centre hospitalier le plus proche.

Il existe également un réseau de Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en addictologie où vous pourrez être pris en charge. Sur les campus universitaires, enfin, de nombreuses associations peuvent proposer de l’aide. »

Si vous interrogez votre consommation d’alcool ou celle d’une personne proche, vous pouvez aussi contacter la ligne Alcool Info Service au 098 098 930, ou le Fil Santé Jeune au 0 800 235 236.

À lire aussi : Je le sais maintenant : à 41 ans, je suis alcoolique (mais je me soigne)

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

35
Avatar de Nine-V
27 février 2021 à 19h02
Nine-V
@MaryJAnna : Ah oui, merci, ce sera sans doute plus adapté Je viendrai pour le bilan de mars!
0
Voir les 35 commentaires

Plus de contenus Santé

pique-nique-herbe
Santé

Ces aliments à ne surtout PAS emporter à un pique-nique (gare aux intoxications alimentaires)

1
Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Source : npdesignde / Getty Images
Santé

Bed rotting : pourquoi glander au lit toute la journée est une mauvaise idée

3
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
C'est l'appareil électroménager-star de nos cuisines ces dernières années : on veut bien évidemment parler de la friteuse à air chaud ! Louée pour sa praticité et sa rapidité, il se murmure néanmoins qu'elle serait cancérigène et dangereuse pour la santé. On démêle le vrai du faux.
Santé

Mal utilisées, les friteuses Airfryer peuvent-elles vraiment être toxiques pour la santé (comme l’affirme une étude coréenne) ?

Source : @Photo de Mikhail Nilov
Beauté

Un mouvement anti crème solaire sévit sur les réseaux sociaux et voici pourquoi c’est inquiétant

54
bethany-beck-unsplash mere sociale enfants d’arc en ciel
Daronne

Mère et atteinte de TDAH : « J’ai longtemps tenté de masquer mes difficultés quotidiennes »

14
Source : URL
Santé

Selon une nouvelle étude, il n’existe pas d’augmentation du risque de cancer pour les enfants nés d’une PMA

La société s'écrit au féminin