Live now
Live now
Masquer
pexels-cliff-booth-regles-abondantes
Santé

À Lyon, un hôpital assure une consultation dédiée aux personnes ayant des règles abondantes. Il était temps !

05 jan 2022

Depuis décembre 2021, les Hospices Civils de Lyon proposent une prise en charge dédiée aux personnes ayant des règles abondantes. Car oui, ça peut être bénin, mais cela vaut la peine d’en parler à des spécialistes pour trouver des solutions.

Avoir des règles très abondantes et sur un temps prolongé, cela peut être sans danger – même si très pénible au quotidien. Mais dans d’autres cas, il peut s’agir d’un vrai problème, voire peut-être d’un symptôme d’une maladie utérine, comme un fibrome, ou bien d’une adénomyose.

Et avouons-le, on ne pense pas forcément à en parler à son médecin. Un article de Slate affirme que « 20 à 30% des femmes souffrent de règles anormalement abondantes » — on est donc loin d’un fait rare… et pourtant encore un peu tabou.

À Lyon, un hôpital assure une consultation dédiée aux personnes ayant des règles abondantes. Il était temps !

Des consultations dédiées aux règles abondantes

À Lyon, le service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital de la Croix-Rousse s’est doté d’une unité dédiée pour accueillir des personnes qui souffrent de règles très abondantes et leur permettre d’avoir un vrai suivi médical. Une seconde devrait voir le jour à l’Hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron selon Le Progrès.

C’est la docteure spécialiste des troubles de la coagulation sanguine Lucia Rugeri qui en est à l’origine, constatant un manque d’informations sur le sujet, à l’instar de plusieurs pathologies gynécologiques, qui ne suscitent que trop peu l’intérêt des professionnels de santé :

« L’objectif de cette prise en charge rapide est d’éviter les complications hémorragiques qui constituent un enjeu de santé publique.

En plus des conséquences sur la santé et sur la qualité de vie des patientes, les règles abondantes ont également des impacts mentaux, physiques et socio-économiques comme l’absentéisme, le coût des protections, etc. »

Une consultation de trois heures permettra d’accéder à « une expertise multidisciplinaire pour déterminer son diagnostic et sa prise en charge », d’après Gil Dubernard, chef de service de gynécologie-obstétrique à l’hôpital de la Croix-Rousse.

Au programme, « une consultation avec la gynécologue, une échographie pelvienne, une consultation d’hémostase et un bilan sanguin », détaille France Inter.

Le score de Higham, un bon moyen de savoir si l’on est concernée

Comment savoir si l’on est soi-même considérée comme ayant des règles abondantes ? Quels sont les critères ? Sachez qu’il est possible de les mesurer en se référant au score de Higham, du nom de la gynécologue et professeure britannique Jenny M. Higham.

Il s’agit d’un tableau qui permet de calculer soi-même si on est dans le rouge.

Cette fiche très simple conçue par les services des pathologies gynécologiques rares de l’hôpital Necker et de Toulouse permet de faire soi-même le compte. Elle est aussi disponible sur le site Règles Abondantes, qui fait aussi le point sur les différentes solutions pour ne plus subir des menstruations hors normes.

À lire aussi : Vaccin contre le Covid et endométriose : « encore une fois, on ne nous prend pas au sérieux »

Crédit photo : Cliff Booth via Pexels

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Santé

Témoignages
verres qui trinquent

Mes années de « fête étudiante » ? C’était une vie d’alcoolique, et je le suis encore

Aïda Djoupa

27 jan 2022

35
Culture Web
Feliccia

L’influenceuse Feliccia recadrée par des diététiciens pour ses dangereux « conseils minceur »

Eva Levy

27 jan 2022

9
Féminisme
Main touchant une mangue

S’ausculter la chatte pendant des ateliers d’auto-examen, un acte aussi militant que rassurant

Santé
dondemoelle

Jeunes hommes, donnez votre moelle osseuse : c’est de la vôtre que tant de personnes ont besoin

Camille Abbey

25 jan 2022

Conseils sexe
Une femme dans un lit prenant du CBD.

Le CBD a-t-il révolutionné ma sexualité ? J’ai testé pour vous l’alliance chanvre et galipettes

Pauline Ferrari

24 jan 2022

4
Féminisme
my-body-my-rules-vert

« J’ai dû voir 4 ou 5 gynécos » : être une femme qui veut se faire stériliser reste une galère

Maëlle Benisty

17 jan 2022

7
Actu sexe
Personne tenant des préservatifs dans sa main

La pénurie de capotes est réelle, mais pas pour les raisons que vous imaginez

Beauté
complements-alimentaires-beaute

Les compléments alimentaires beauté : vraie efficacité ou mensonge marketing ?

Maylis Casse

17 jan 2022

Amour
Homme triste sur une table

Les ruptures sont mauvaises pour la santé… des hommes, plus que des femmes

La vie s'écrit au féminin