Live now
Live now
Masquer
piscine jean bron action alliance citoyenne juillet 2021 photo en une
Féminisme

À Grenoble, des féministes militent pour le droit de se baigner en maillot couvrant comme en bikini

Déterminées, des militantes de l’Alliance Citoyenne nous ont raconté l’action qu’elles ont mené à la piscine Jean Bron pour réclamer le droit de pouvoir barboter en paix, quelle que soit leur tenue.

« C’est quand même une victoire, car on a pu se baigner. »

C’est ce que conclut Léa, l’une des participantes à l’action de désobéissance civile qui a eu lieu ce mercredi 21 juillet dans l’après-midi à la piscine Jean Bron de Grenoble.

Une action pour réclamer le droit de se baigner dans la tenue de son choix et un changement dans le règlement des piscines publiques grenobloises afin de permettre à celles qui le souhaitent de porter un maillot de bain couvrant, plus communément appelé burkini.

La police au bord de la piscine

Elles étaient une trentaine à participer à cette action, venues avec leur maillot de bain couvrant ou leur deux-pièces.

« On avait prévu de rentrer en petits groupes de quatre ou cinq personnes afin que personne n’ait de soupçons à l’entrée », raconte Bilkis, qui était dans le premier à pénétrer dans la piscine Jean Bron.

Elles sont deux dans son groupe à porter le foulard. D’après Bilkis, à peine sont-elles rentrées, que les vigiles commencent à faire des allers-retours. Quand elles sortent des vestiaires, ils sont là à attendre les jeunes femmes.

Et autour des bassins, c’est carrément la police qui les attend.

« En gros, parce qu’on avait le foulard à l’entrée, ils se sont dit qu’on allait forcément essayer d’entrer avec nos maillots couvrants et ils ont appelé la police. »

« Au moment de sortir des vestiaires, les vigiles nous ont agrippé physiquement », affirme Bilkis qui se dit choquée par ce comportement à leur égard. « On s’est débattues et on a réussi à se faufiler pour rejoindre les bassins. »

Après avoir échangé avec les policiers présents, auxquels elles font état des comportements inappropriés des vigiles, elles sont quelques-unes à avoir pu entrer dans le bassin.

« Certains ont parlé d’une “prise d’otages” »

Ne pouvant les faire sortir, la piscine a opté pour la solution la plus radicale : l’évacuation. De tout le monde.

Autour d’elles, les réactions sont plutôt à la stupeur :

« Les trois-quarts étaient des enfants ou des jeunes qui passaient l’après-midi à la piscine et qui se demandaient pourquoi tout ce grabuge. Certains nous ont soutenu en voyant que les vigiles étaient violents avec nous »

À l’extérieur de la piscine, Bilkis a constaté que l’ambiance est bien moins solidaire : « Des adultes nous ont montré du doigt en disant “On est bloqués à cause d’elles” alors que c’est la piscine qui a sorti tout le monde. Certains ont parlé d’une “prise d’otages” ».

« C’était dur de se faire violenter, de se faire interdire quelque chose comme la piscine », insiste la jeune femme, dont c’était la première action de désobéissance civile. « Mais ça faisait du bien d’êtrs soutenues. » 

piscine jean bron – alliance citoyenne 3
Les membres d’Alliance Citoyenne devant la piscine Jean Bron de Grenoble le mercredi 21 juillet 2021. / Photo : Alliance Citoyenne.

Après la piscine, direction la mairie de Grenoble

Par la suite, le petit groupe d’activistes a décidé de ne pas s’arrêter en si bon chemin pour faire entendre ses revendications et a rejoint en chantant la mairie pour demander à être reçu.

Léa fait partie du petit groupe qui a pu rencontrer une adjointe du maire écologiste Eric Piolle, Annabelle Bretton. Les militantes ont pu expliquer ce qu’il s’est passé à la piscine Jean Bron et les raisons de leur action, avant de faire part de leurs revendications :

« D’abord, nous voulons des excuses pour les entraves physiques que certaines ont subi à la piscine Jean Bron. Nous demandons aussi à rencontrer le maire. Et enfin, nous souhaitons rencontrer tous les élus pour présenter notre demande. »

Les militantes ont appris d’Annabelle Bretton que le règlement ne changera pas cet été, mais sont déterminées à maintenir la pression pour se faire entendre de la mairie de Grenoble.

Léa tient à le rappeler, l’opposition au port du maillot couvrant ne repose sur aucune raison liée à l’hygiène, ses tenues étant conçues dans la même matière que les maillots de bain classiques, ce qu’a d’ailleurs rappelé Eric Piolle dans un courrier adressé à Jean Castex en juin dernier : « Seules l’hygiène et la sécurité justifient l’interdiction d’une tenue de piscine ».

Malgré cela, la mairie de Grenoble ne semble pas prompte à faire évoluer son règlement des piscines publiques.

Ce n’était pas la première fois que ces militantes menaient une action dans les bassins grenoblois. En 2019, elles avaient déjà mené des actions pour défendre le libre accès à toutes les femmes aux piscines publiques quel que soit leur maillot.

Car leur refuser le droit d’accès à la baignade sous prétexte qu’elle porte un maillot de bain couvrant, cela revient aussi à continuer à exclure les femmes qui portent le voile de certains lieux, de certaines activités, c’est les stigmatiser et alimenter une islamophobie rampante.

Elles veulent, comme à Rennes par exemple, pouvoir se baigner dans leur maillot couvrant si elles le souhaitent. Et n’ont pas l’intention d’abandonner avant d’avoir obtenu gain de cause.

À lire aussi : En 2021, il est toujours aussi compliqué de faire du seins nus sur la plage (et aussi partout ailleurs)

Les Commentaires
7

Avatar de Jonkille
23 juillet 2021 à 22h46
Jonkille
Je trouve les règles de tenu dans les piscines absolument ridicule. De toute façon tout est bon prétexte pour critiquer se que porte les femmes qui finalement n'est jamais validé par la société... Personnellement en Allemagne pour plonger je mets un soutient gorge de sport pour plonger et nager ; je suis certaine que se ne serai pas autoriser en France... Alors que j'ai juste pas envie de me retrouver avec un sein à l'air... Bref absurde...
0
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Féminisme
safer plage marseille

Marseille expérimente une appli anti-harcèlement à la plage

Maëlle Le Corre

08 août 2022

2
Lifestyle
Sponsorisé

Comment rencontrer l’amour tout en respectant sa spiritualité ? J’ai posé la question à deux femmes

Humanoid Native
Féminisme
Femmes-à-chat-conservateurs-politique-société-

Le mythe des « femmes à chats » récupéré politiquement par les conservateurs

Marie Chéreau

08 août 2022

23
Féminisme
avocat-diable-vert

Décryptage : pourquoi tant de gens se font « l’avocat du diable »

Maëlle Le Corre

24 juil 2022

32
Féminisme
manifestation nous toutes – les victimes denoncent – jeanne menjoulet flickr

Aucun parti politique ne récolte la confiance des Français en matière de lutte contre les violences faites aux femmes

Maëlle Le Corre

15 juil 2022

1
Féminisme
metoo-théâtre-droit-des-femmes-feminisme-cinema-

Une comédienne exige la parité au théâtre, quitte à mener une « guérilla » pour y parvenir

Marie Chéreau

07 juil 2022

1
Société
IVG-droit-constitution-france-

81% des Français sont favorables à l’inscription de l’IVG dans la constitution, même les électeurs d’extrême droite

Marie Chéreau

06 juil 2022

30
Féminisme
Judith-chemla-YohannMonca-violences-conjugales-

Sur Instagram, Judith Chemla révèle son visage tuméfié et accuse son ex-compagnon de violences et de harcèlement

Marie Chéreau

05 juil 2022

2
Féminisme
Own work aminata touré

Qui est Aminata Touré, première femme noire nommée ministre régionale en Allemagne ?

Maya Boukella

01 juil 2022

1
Féminisme
[Site web] Visuel horizontal Édito (5)

L’émergence difficile d’un #Metoo des mers

Maya Boukella

01 juil 2022

1

La société s'écrit au féminin