Les avantages de vivre seule

Parfois, on est bien obligées de vivre seules sans personne pour nous accueillir chaque soir avec la fanfare et la joie dans le coeur. Qu'importe : voici les avantages de dire oui à la vie en solo.

Les avantages de vivre seule

Avant, dans une époque éloignée où on prenait les photos en noir et blanc, c’était simple (et pas forcément mieux) : on passait du domicile familial à la vie de couple en ne passant presque jamais par la case « J’habite un studio toute seule ». Des fois, c’est un peu triste de rentrer chez soi et de n’y trouver personne. Personnellement, dans ces cas-là, je laisse tomber mon sac nonchalamment en exagérant mon soupir. J’aime bien, j’ai l’impression que je suis l’héroïne d’un film américain avec des gens qui se font des bisous sans la langue à la fin.

Mais vivre seule peut également se révéler une expérience tout à fait agréable. Voici quelques bons (et un peu de mauvais) arguments pour refuser colocation et vie de couple. Et surtout, pour relativiser lors des soirées qui paraissent longues et tristes, ces soirées pendant lesquelles on se sent comme Bridget Jones quand elle enchaîne les clopes en chantant All by myself. Parce que de toute façon, entre les études, les incompatibilités de caractère pour supporter la colocation et la mobilité géographique souvent requise pour trouver un travail, on n’a pas forcément le choix.

Manger ce qu’on veut

C’est quand même l’avantage numéro 1 : partir de chez les parents et s’installer seule dans sa chambre d’étudiante, c’est quand même l’occasion – on ne le répètera jamais assez  – de manger absolument ce qu’on veut, à l’heure qu’on veut, sans jamais avoir à se demander si le menu convient à la personne avec qui on vit, si personne n’est allergique à l’huile de colza ou au Chocapic à la sauce soja.

Bon je vais pas te mentir, y a quand même un inconvénient qui découle indirectement de cette argument : manger seule, c’est bien, mais ça peut être dangereux. Je m’en suis rendue compte un soir alors que je m’enfilais des cacahuètes (rien de sexuel) depuis une heure. J’ai soudain réalisé que la cacahuète était l’aliment le plus traître qui puisse exister tant il est facile de l’avaler de travers. Et si une telle chose m’arrive, personne ne pourra m’aider à l’évacuer, personne. Du coup, je m’entraîne à faire la technique de Liz Lemon : je me laisse lourdement tomber sur le dossier d’une chaise de manière stratégique. En attendant de la maîtriser, j’ai mal et mon torse est un ciel bleu au plexus solaire malmené. Je te conseillerai donc de te contenter de faire attention en mangeant des cacahuètes.

Rester autant de temps qu’on veut dans la salle de bain

J’aimerais vivre dans un monde où chacun a sa salle de bain. En attendant d’avoir les moyens d’investir dans un appartement à baignoires multiples, j’ai décidé de refuser la vie à deux. Parce que qu’y a-t-il de plus insupportable que d’entendre des coups contre la porte pendant qu’on s’attarde un peu sous la douche parce que c’est le matin et que « Eh je commence à 9h fais pas ta relou, tant que tu sens pas le fromage, personne ne t’en voudra. Au pire tu serres les jambes épicétou ».

Et c’est ainsi que de nombreuses personnes ont cédé aux pressions de leur colocataire ou charmante moitié, ont bâclé leurs ablutions et se sont retrouvées à mousser du cuir chevelu sous la pluie pour rinçage avorté. Sérieusement, si j’avais envie d’avoir de l’écume sur le crâne je demanderai un bukkake, ça irait plus vite – ouh lala pardon faites comme si j’avais rien dit.

On peut regarder ce qu’on veut à la télé

Je sais pas toi mais mes émissions de télé de prédilection durent à peu près 4 jours par épisode. Je veux dire, quand je me décide à regarder Top Chef, j’ai l’impression de passer la semaine avec Cyril Lignac. Ça dure tellement longtemps que t’as le temps de faire quatre repas et cinq siestes avant de savoir si oui ou non Jean-François Piège a décidé que le plat de Jean-Phi était assez « ludique » et si Florent a enfin présenté un plat qui ne ressemblait pas à une ligne de cocaïne en forme de champignons de Paris.

Le lundi, moi, je passe ma soirée avec Cyril. On s’étale des trucs sur les cheveux et tout.

Mais voilà, en « prenant le parti gourmand » de payer son loyer toute seule, tu peux décider de faire un siège sur ton canapé, de balancer pop-corn et soda, cornichons et fromage fondu sur ta table basse et de t’installer pour des heures de glande à regarder une émission ponctuée de 12 896 coupures pub sans que personne, PERSONNE ne te demande si c’est bientôt fini parce qu’il y a un Mots Croisés spécial inflation.

Pas d’attente aux toilettes

Je vois pas bien ce qu’il y a de plus intime que d’aller aux toilettes. Personnellement, c’est mon havre de paix, mon placard sous l’escalier, mon refuge contre l’adversité. C’est là où je vais pour me cacher, pour me soulager après de trop longues minutes à me dandiner comme une quadra forcée à danser sur du K-Maro au mariage de sa fille. Quand tu vis seule, tu peux y passer des heures, tu peux même t’installer à la cool les pieds contre le mur d’en face, le dos contre la lunette relevée, un livre dans une main et un sandwich dans l’autre. Pour moi, c’est une pièce comme les autres, quoiqu’un peu plus exiguë. Tu sais, un temps, j’ai presque envisagé d’installer une télé et un chauffage d’appoint alors j’en connais un rayon.

Quand tu vis avec quelqu’un ou plusieurs personnes, agir de la sorte revient à se rendre vulnérable au fameux et grossier « T’as bientôt fini ? ». L’enfer.

Et pour toi, quels sont les avantages de vivre seule ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 44 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lueure
    Lueure, Le 29 avril 2013 à 14h56

    Je vis seule dans mon studio depuis 1 an maintenant après avoir testé la coloc à 4 pendant plusieurs mois..

    et je ne ferais plus jamais de coloc mais je pense que c'est aussi pour ça que j'aime autant vivre seule. la coloc a été un tel cauchemar.. 3 nanas au caractère opposé au mien, qui faisait tout le temps la fête, qui faisait énormément de bruit.. plus jamais

    là je suis chez moi et même si mon voisin est un peu bruyant je suis au paradis.

Lire l'intégralité des 44 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)