#TheAfricaTheMediaNeverShowsYou, un hashtag pour donner une meilleure image de l’Afrique

Des Africain•e•s participent au hashtag #TheAfricaTheMediaNeverShowsYou sur Twitter, pour montrer que l'Afrique n'est pas une terre de guerre et de pauvreté, contrairement à ce que les médias veulent bien nous montrer.

Interrogée par le magazine Fusion, Diana Salha, étudiante américaine, a accusé les médias de ne dépeindre qu’une mauvaise image des pays africains. La plupart du temps, les reportages, les journaux télévisées et les publicités ne parlent de l’Afrique que comme d’un continent pauvre, où la famine règne, où les enfants meurent dans le sable et où on ne voit que le désert à perte de vue.

Même si certains pays sont encore victimes de la guerre qui fait rage ou du manque de nourriture, l’Afrique est aussi un continent où il fait bon vivre et travailler. Ce traitement médiatique a fait que, petite, la jeune femme avait honte de la Somalie, son pays natal…

À 22 ans, Diana a décidé de remédier à cela en participant au lancement du hashtag #TheAfricaTheMediaNeverShowsYou (l’Afrique que les médias ne vous montrent jamais) afin de dévoiler les paysages extraordinaires que recèle ce continent, ainsi que les grandes villes, les universités, les monuments, les immeubles, les stades et les acteurs africains qui participent au développement des divers pays !

african style

théâtre sénégal

Loin des guerres, des déserts et des famines qui font les gros titres des journaux, ces lieux sont le carburant d’un tourisme international et font de l’Afrique un continent plein de richesses. À bon entendeur…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Loulalilou
    Loulalilou, Le 7 juillet 2015 à 10h54

    Ahaha, c'est clair, j'ai vécu et bossé en Afrique sub-saharienne, et les clichés qui existent dessus sont tellement loin de la réalité... Il y a une croissance démente, une classe moyenne qui s'est développée à la vitesse de l'éclair... Par exemple, dans le pays où j'ai vécu, le taux d'alphabétisation a atteint les 90%, et les enfants sont souvent tri-lingue avec une autre langue apprise en plus (les deux langues officielles du pays, plus le dialecte de leur ethnie, plus une 2e langue étrangère apprise à l'école, voire deux au lycée). C'est vrai que tout le pays n'est pas encore complètement relié au réseau d'eau potable et d'électricité, mais il faut aller dans des zones reculées... et même dans les coin perdus sans élec, les gens ont très souvent des portables (qu'ils rechargent au premier bled où l'élec arrive). Ils font d'ailleurs leurs transactions bancaires par téléphone, c'est l'un des premiers pays où un tel système a existé... Les grandes villes disposent de grands centres commerciaux, cinémas etc... le tourisme se développe aussi pour les habitants du pays, et pas seulement pour les étrangers. Le domaine de la musique, des shows télé se porte bien aussi. J'ai un pote là-bas qui est danseur dans les clips d'une chanteuse à succès qui est devenue richissime grâce à ses tubes...
    Une fois, j'ai fait un road trip dans un coin vraiment perdu, il fallait faire plusieurs jours de piste en 4x4 pour y aller... au retour, trois jeunes voulaient monter avec nous car les camions d'approvisionnement ou bus sur lesquels ils peuvent faire le trajet ne passent que tous les 3 jours, et ils voulaient revenir à la capitale. Ces trois jeunes qui venaient de ce village vraiment paumé étaient respectivement en école d'ingénieur, en master de droit et en médecine à la capitale.
    Il y a aussi d'énormes projets de développement d'énergies durables et notamment d'éolien.
    Après, il y a quand même de la pauvreté, des bidonvilles, des réfugiés des pays voisins, de l'insécurité et tout ça. Mais c'est clair que beaucoup de gens ont une vision stéréotypée à 10000 lieues de la réalité.

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)