Prendre du temps pour moi n’en enlève pas aux autres #62jours

Par  |  | 174 Commentaires

Trouver du temps pour soi au quotidien n'est pas forcément évident, mais c'est nécessaire pour pouvoir en donner aux autres. Un lien que Clémence n'avait pas fait, jusqu'à cet été.

Prendre du temps pour moi n’en enlève pas aux autres #62jours
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Mémo pour ne plus oublier les petits bonheurs

Il m’aura fallu du temps, pour prendre conscience de cette leçon, qui va, sans nul doute, révolutionner ma vie.

Je me la répète, histoire de la laisser s’ancrer bien profondément dans ma petite tête de mule : prendre du temps pour moi n’en enlève pas aux autres.

C’est fou, cette propension au sacrifice que j’ai toujours eu. Besoin d’aide ? Je suis là. Besoin d’une oreille ? Je t’écoute. Une question ? Je te cherche la réponse.

Ce faisant, je vivais à travers les trous d’emploi du temps que me laissaient les autres.

Le phénomène est devenu intenable lorsque je suis devenue manager : soudain, c’était mon job, d’aider les autres. De m’occuper d’eux. De veiller à ce que tout le monde ait ce dont il a besoin pour avancer sereinement.

Conséquence ? Je n’avais plus une minute à moi. Toutes mes journées étaient dédiées aux autres. Mais si je leur demandais de me les raconter de leur point de vue, je suis prête à parier ma main droite qu’ils me trouvaient « pas disponible ».

Forcément. Tout ce temps, c’était MON temps, alors je ne le donnais pas, je le cédais dans la douleur, comme un sacrifice.

Or : pas du tout. Mais je ne l’avais pas compris.

Le temps n’est pas une monnaie

Dans ma tête, le temps est une ressource. Sa difficulté, c’est qu’elle est impossible à thésauriser. Je ne peux pas enfermer du temps libre dans un coffre fort, en attendant de pouvoir encaisser les liquidités quand ça m’arrangera.

Donc il faut grapiller des minutes par-ci par-là, et les dépenser comme de la petite monnaie : celle qui a de la valeur quand c’est pile les 10 centimes qu’il te manque pour te payer un coca, mais qui encombrent tes fonds de poches quand tu les oublies là.

Alors forcément, mon temps libre, j’essaie de le préserver par billets de 10. Sauf que lorsque chacun a fini de se servir 10 min par-ci, 3 minutes par-là, il ne me reste plus que des centimes dont je ne sais que faire.

Résultat ? Je suis frustrée. Pas de temps pour moi, et des piécettes de temps pour les autres. J’ai faux sur toute la longueur.

Le temps qu’on prend n’est pas du temps qu’on perd

Mon raisonnement était faux depuis le début, parce que le temps n’est pas une ressource finie, comme un gâteau qu’il faut partager entre toutes les convives. Le temps est une ressource infinie. Il y en a aujourd’hui, il y en aura demain. Il y en a tous les jours.

Ce n’est pas en quantité, mais en perspective que je devrais raisonner. D’autant plus que je ne peux pas saucissonner le temps comme si je rendais de la monnaie.

Chouette, 10 minutes d’économisées ! Mais à quoi bon si je n’en ai pas un usage immédiat ?

J’ai fini par comprendre que prendre du temps pour MOI n’était pas un égoïsme déplacé. C’était la base.

Je ne peux pas donner du temps aux autres si je n’en prends pas pour moi. Et ça, c’est une véritable révélation de cet été. J’aurais rarement pris autant de temps pour moi, et j’aurais rarement été autant disponible pour les autres.

Pas forcément en quantité, bien sûr : mes journées ne sont pas extensibles. Mais en qualité.

J’ai appris à refuser des rendez-vous quand je ne suis pas disponible. J’ai appris à dire non, non pas tout de suite, non pas cette semaine, non ce n’est pas urgent, non car j’ai plus urgent à faire, et aucune de ces réponses n’était insultante ou méprisante.

J’ai appris à prendre du temps pour moi, pour mieux en donner aux autres. Encore une évidence, qui m’aura fallu 52 jours pour pouvoir comprendre et formuler.

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (174) Facebook ()
  • Agathe_5doigts
    Agathe_5doigts, Le 7 septembre 2017 à 14h45

    Bonjour, ton article "Te repose pas sur tes acquis, cours après les progrès " est très inspirant ! Si le minimaliste t'intéresse davantage n'hésite pas à aller faire un tour sur notre boutique https://5doigts.fr/ ! Tu trouveras une multitude de chaussures minimalistes pour débuter ta transition ! Si tu as des questions tu peux nous contacter via les réseaux sociaux (pseudonyme : 5doigts) ! En espérant suivre tes prochaines aventures minimalistes !
    Le Team 5doigts :taquin:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!