Retour au collège (Riad Sattouf)

Cicatrices d’acné… A 27 ans, le héros de Retour au Collège est encore traumatisé par ses années collège. La preuve : il lui arrive assez souvent de se réveiller en pleine nuit, après avoir rêvé d’une énième interro surprise impossible à maîtriser. Sur les conseils d’un ami, il décide alors de prendre le taureau par les […]

Cicatrices d’acné…

A 27 ans, le héros de Retour au Collège est encore traumatisé par ses années collège. La preuve : il lui arrive assez souvent de se réveiller en pleine nuit, après avoir rêvé d’une énième interro surprise impossible à maîtriser. Sur les conseils d’un ami, il décide alors de prendre le taureau par les cornes et d’affronter sa phobie. Crayon en main, il débarque dans un collège huppé pour y croquer ce monde dont il n’est pas sorti totalement indemne. Est-ce que, comme on le lui a suggéré, c’est beaucoup mieux dans un collège "de riches" ? Les choses auront-elles changé ? Aura-t-il toujours aussi peur du grand méchant loup ?

… Et tronches de biactol

En ouvrant Retour au collège, je ne m’attendais pas à ce que j’y ai trouvé. Je m’attendais à sourire, d’accord, à replonger dans les couloirs de l’adolescence, oui, mais pas à pénétrer dans la quatrième dimension. L’établissement que décrit Riad Sattouf, malgré sa particularité (un collège "de riches"), c’est bien le collège tout craché. Avec ses clans, ses exclus, ses populaires, ses attentats hormonaux, ses dictatures, ses rites barbares et son ambiance d’aquarium. On y retrouve comme les personnages-types qui hantent toute classe de collège de la 6ème à la 3ème : l’obsédé emmerdeur, le beau gosse, le psychopathe, le timide maladif, les mous et les super-actifs, les profs tyranniques et les profs copain-copain, les dépassés et les déconnectés etc.

Du pur jus de collège, donc. Sauf qu’il a un goût plutôt amer. Voire acide. Est-ce que c’est le fait de revoir en face cette période où rien n’est vraiment à sa place ni à la bonne taille, ou est-ce que ce sont les spécimens dits "huppés" décrits dans le roman qui font un peu peur ? Toujours est-il qu’en refermant la BD, on a comme l’impression d’avoir passé quelques temps dans un épisode de la quatrième dimension. Ou traversé le Village des Damnés. Ce collège-là fait peur, tu sais. Très peur. Même que la dernière page arrivée, on est rassuré d’en être sorti depuis longtemps avec … Et de ne pas avoir fait partie de ce collège-là.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 29 juillet 2008 à 18h35

    Charlotte;747067
    Moi aussi j'ai beaucoup aimé. C'est de la BD très abordable. J'ai encore plus aimé La vie secrètes des jeunes (le recueil des ses planches pour Charlie, il me semble).
    Je l'ai aussi, j'adore !

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)