Cette recette végane toute simple va conquérir ta cuisine

Baptisée #TheStew, cette recette végane de ragoût de pois chiches épicé à la noix de coco et au curcuma connaît un succès sans précédent sur Instagram !

Cette recette végane toute simple va conquérir ta cuisine

L’inspiration en cuisine n’est pas facile à trouver pour les petits budgets et les flemmardes (j’en suis).

Mais cette recette végane connue sous le nom #TheStew pourrait bien te changer de ton classique gratin de fond de pâtes au ketchup !

#The Stew, le délicieux ragoût vegan de pois chiches

Cette recette végane a été publiée sur le site Cooking du New York Times en novembre 2018. Depuis sa diffusion, elle est devenue très populaire sur Instagram.

Il s’agit d’un ragoût de pois chiches épicés à la noix de coco et au curcuma. Comme tu le sais peut-être, ce type de plat est très courant en Inde, au Bangladesh ou encore au Pakistan !

View this post on Instagram

Looking for a hearty dish to cook? Look no further than @alisoneroman’s spiced #chickpea #stew with coconut and turmeric. The chickpeas are crisped in olive oil, then simmered in a garlicky coconut milk for an insanely creamy, basically-good-for-you stew. While the #chickpeas would be good as a side dish, they are further simmered with stock, bolstered with dark, leafy greens of your choosing and finished with a handful of fresh mint. When shopping, be sure to avoid low-fat coconut milk, coconut milk meant for drinking or cream of coconut: All are very different and would not be suitable here. @nikoleherriott and @graydonpictures shot this photo for @nytcooking and @kalen_k_ was the prop stylist. Visit the link in our profile to get the #recipe. #thestew #🍲

A post shared by The New York Times (@nytimes) on

C’est la critique culinaire Alison Roman qui a donné de la visibilité à cette recette un peu adaptée par rapport à ce qu’on peut trouver dans les pays sus-cités, rapporte le Huffington Post.

#TheStew, la recette vegan la plus populaire d’Instagram

Le hashtag #TheStew comptabilise plus de 4000 publications à l’heure où j’écris ces lignes.

Sous ce hashtag s’enchaînent les clichés de ce plat végane économique et très facile à préparer.

Le ragoût de pois chiches d’Alise Roman doit sûrement son succès à sa simplicité.

En plus d’être facile et peu coûteux, ce plat est clairement joli une fois dressé et possède un vrai potentiel Instagram-friendly ! Pas étonnant que #TheStew ait autant la cote…

À lire aussi : Le « lundi vert » sans viande ni poisson, pourquoi ça braque autant ?

#TheStew, le ragoût de pois chiches épicé à la noix de coco et au curcuma

La recette est en anglais mais j’ai tenté de la traduire. Voici les ingrédients et les étapes à suivre pour réussir ce plat végane chez toi.

Ingrédients du ragoût vegan aux pois chiches

  • 60 mL d’huile d’olive, et une goutte pour le service
  • 4 gousses d’ail épluchées
  • 1 gros oignon épluché
  • Un morceau de gingembre finement tranché (2 à 4 cm)
  • Sel, poivre
  • 1 c. à café ½ de curcuma (et un petit peu pour le plat une fois servi)
  • 1 c. à café de piment rouge (et un supplément pour le plat une fois une fois servi)
  • 425 g de pois chiches lavés et séchés
  • 45 cL de lait de coco
  • 50 cL de bouillon de légumes
  • 1 poignée de blette, de chou frisé ou de chou cavalier sans les tiges, découpé en petits morceaux
  • Un peu de menthe (pour la présentation)
  • 1 c. à café de yaourt (pour la présentation)
  • 1 pita ou autre pain plat pour déguster tout ça

La recette de #TheStew, le ragoût vegan aux pois chiches

  1. Faire chauffer l’huile d’olive à feu moyen. Ajouter l’ail, l’oignon et le gingembre émincés. Assaisonner de sel et de poivre et laisser cuire jusqu’à ce que les oignons deviennent translucide et que les côtés brunissent, pendant 3 à 5 minutes.
  2. Ajouter le curcuma, le piment, les pois chiches, et assaisonner avec du poivre et du sel.
  3. Pendant 8 à 10 minutes, laisser cuire en remuant régulièrement, jusqu’à ce que les pois chiches soient frits dans les épices et l’huile. Au fur et à mesure, ils vont s’effriter et brunir légèrement pour devenir croustillants.
  4. Mettre de côté une petite partie de ces pois chiches croquants pour le dressage.
  5. Avec une spatule en bois, écraser le reste des pois chiches afin d’en tirer la fécule (ça va permettre d’épaissir le ragoût).
  6. Ajouter le lait de coco, du poivre et du sel (bon moi perso j’aurais arrêté de saler mais bon je donne la recette telle quelle hein).
  7. Faire mijoter pour faire décoller les morceaux de pois chiches qui sont restés au fond de la casserole.
  8. Laisser cuire en remuant souvent pendant 30 à 35 minutes, jusqu’à ce que le ragoût devient consistant et que les saveurs se soient mélangées.
  9. Ne pas hésiter à goûter un ou deux pois chiches, pas juste le liquide, afin d’être certains qu’ils aient mijoté assez longtemps et que ce soit le plus délicieux possible.
  10. Si après 30 à 35 minutes, le ragoût n’est pas assez épais, laisser encore mijoter jusqu’à votre convenance.
  11. Ajouter les légumes et remuer, en s’assurant qu’ils s’imprègnent bien du liquide. Laisser cuire quelques minutes jusqu’à ce qu’ils flétrissent, pendant 3 à 7 minutes.
  12. Assaisonner (ENCORE ?) de sel et de poivre.
  13. Servir dans des bols et dresser avec un peu de menthe, le reste des pois chiches, saupoudrer de piment et arroser d’un filet d’huile d’olive.
  14. Ajouter un peu de yaourt et servir avec du pain ou de la pita, de préférence toasté. Saupoudrer le yaourt de curcuma si souhaité.

Et voilà comment accomplir cette recette franchement facile.

Bon moi je n’aime pas le curcuma alors j’essaierai peut-être avec du curry. Après, je n’aime pas non plus cuisiner. Heureusement qu’il y a Mymy pour ça :

Toi aussi, essaye #TheStew et utilise le hashtag #madmoiZelleArmy sur Instagram pour partager ton expérience culinaire avec la rédaction !

À lire aussi : Kit de transition pour devenir végane tout en douceur

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Amerin
    Amerin, Le 26 février 2019 à 18h30

    @Dragonfena je pense que ça dépend aussi de beaucoup de choses, notamment des discussions environnantes et des habitudes de chacun, du degré d'intimité etc. J'ai une amie qui a des origines vietnamiennes et elle n'est pas blessée par le fait que je demande ce qu'elle a dans son assiette quand je ne connais pas parce que je lui demande aussi sa recette de quiche lorraine et qu'on est littéralement devenues potes à force de parler de bouffe (notre première discussion a tourné autour de la nullité culinaire d'un autre pote :cretin:, on est un peu obsédées). Mais d'un autre côté je ne me serais jamais permise de lui demander d'où elle venait comme ça, même dans le sens "où en france", soit je lui ai demandé après qu'elle me l'ai demandé soit dans une conversation plus globale sur notre vie passée. Parce que même si j'aurais aimé simplement savoir de quelle coin en France elle venait je savais que cela pourrait être aussi ressentie comme une remise en question et donc une agression raciste et que entre m'assoir sur ma curiosité ou blesser même inintentionnellement une personne bah le choix est vite fait :dunno: C'est pas aux victimes de deviner nos intentions de privilégiés mais à nous de faire en sorte de ne pas en rajouter dans une société oppressive et où elles s'en prennent déjà plein la gueule. :fleur:
    Et si t'as vraiment envie de savoir ce que c'est tu peux peut-être faire une remarque neutre style "ça sent vraiment bon" comme ça tu laisses le choix à la personne d'engager la conversation ou de simplement te remercier et en rester là.:highfive:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!