Les prophéties autoréalisatrices, ou comment nos croyances deviennent réalité

Par  |  | 5 Commentaires

Les prophéties autoréalisatrices peuvent avoir un impact positif comme négatif. Justine décrypte cette notion à travers plusieurs recherches.

Les prophéties autoréalisatrices, ou comment nos croyances deviennent réalité

En mars 1979, il s’est passé une drôle d’histoire : en Californie, des journaux locaux ont écrit plusieurs articles sur une diminution de la livraison de carburant, qui entraînerait une pénurie d’essence imminente…

En réponse, les détenteurs de voitures se sont rués sur les pompes à essence afin de remplir leurs réservoirs au maximum.

Il n’aura fallu que quelques heures pour que la pénurie annoncée devienne bien réelle et qu’on réalise qu’en fait, la livraison de carburant en Californie avait à peine diminué…

Pour le psychologue Paul Watzlawick, qui relate l’anecdote dans son ouvrage Invention de la réalité, l’évènement suggère l’idée qu’une croyance (en l’occurrence le fait de croire en une prochaine pénurie d’essence) peut contribuer à construire une réalité (adapter des comportements, ici la ruée vers le carburant et créer une pénurie réelle)…

En d’autres termes, l’histoire californienne pourrait bien illustrer ce que l’on appelle une « prophétie autoréalisatrice ».

Les prophéties autoréalisatrices, ou comment inventer le turfu

Le terme vous est peut-être déjà familier — en 1948, le sociologue Robert King Merton conceptualise la notion et la caractérise comme « une définition d’abord fausse d’une situation » qui, en suscitant un nouveau comportement, rendrait cette définition vraie.

Plusieurs chercheurs et chercheuses ont actualisé cette définition en mettant de côté la notion de vrai et de faux

Ce qui est important, c’est surtout que la prophétie autoréalisatrice pousse un individu à adopter de nouveaux comportements ou à renforcer des attitudes existantes, qui peuvent contribuer à valider ensuite cette même prophétie…

Sans pour autant qu’on réalise bien la part de responsabilité de ces comportements adaptés dans la validation de la prophétie autoréalisatrice…

Les prophéties autoréalisatrices en politique

Ainsi, par exemple, admettons que ce matin, vous entendiez à la radio que cette nuit sera une nuit de pleine lune et que vous aurez certainement des difficultés à dormir.

Il est possible que cette petite phrase vous trotte dans la tête et que cette croyance vous empêche en effet de tomber dans les bras de Morphée… Ce qui pourra ensuite vous amener à penser que la prophétie s’est réalisée, et que c’est bien la faute de la pleine lune !

C’est bien le fonctionnement de la prophétie autoréalisatrice : nos attentes, de façon inconsciente, nous amènent à provoquer les situations auxquelles nous croyons… Ce qui renforce un petit coup nos attentes initiales.

Souvent, la notion de prophétie autoréalisatrice a pu être utilisée pour expliquer des phénomènes politiques.

Daniel Schneidermann a notamment évoqué la prophétie autoréalisatrice pour qualifier la désignation de Ségolène Royal en tant que candidate à l’élection présidentielle de 2007.

Selon lui, les journaux ont commencé par parler de cette femme politique (« et si c’était elle ? ») — et c’est, pour simplifier, cette attente qui aurait permis à la candidate d’émerger !

Les prophéties autoréalisatrices et l’effet Pygmalion

Si l’on sort de l’univers politique, dans une expérience célèbre, liée au fameux « effet Pygmalion », les résultats sont encore plus marquants : le chercheur Robert Rosenthal, appuyé par Lénore Jacobson, la directrice d’une école, fait passer à des élèves des tests de QI.

Ensuite, il désigne aux enseignant•es les élèves qui seraient les plus susceptibles de progresser (sans en faire part aux élèves eux-mêmes) — c’est là que se trouve le twist : le chercheur désigne les élèves de manière aléatoire, sans prendre en compte leurs résultats aux tests…

L’équipe de recherche revient dans les classes un an, puis deux ans plus tard, et mesure à nouveau les QI des mêmes élèves : badaboum, au bout d’un an, les élèves désigné•es ont gagné 15 points supplémentaires au test… et, après deux ans, certain•es gagnent à nouveau 6 points supplémentaires.

Pour Rosenthal et Jacobson, en « croyant » que certain•es élèves étaient particulièrement doué•es, les enseignant•es auraient modifié leurs comportements, par quatre facteurs :

  • Le climat créé,
  • Le temps et l’attention accordés à l’élève,
  • Les opportunités offertes à l’élève pour s’exprimer,
  • Les punitions/récompenses administrées à l’élève.

Ainsi, dans cette expérience, la prophétie selon laquelle certains élèves allaient faire des progrès serait bien autoréalisatrice !

À lire aussi : Les notes à l’école et l’effet Pygmalion

Si ces prophéties peuvent avoir une issue « heureuse » (donner un coup de pouce à nos performances), le cas inverse existe également : certain•es parlent alors « d’effet Golem » (des attentes moins élevées conduiraient à une moins bonne performance).

Que faire pour s’extirper de la prophétie autoréalisatrice ?

D’un point de vue personnel, la prophétie autoréalisatrice peut être un sacré boulet.

Pouvez-vous compter le nombre de fois où vous vous êtes vous-mêmes mis des bâtons dans les roues ? Où vous avez pensé très fort que vous n’étiez pas capable de ceci, pas assez compétent•e pour cela ? Où vous n’avez pas pris la parole parce que quelqu’un d’autre saurait mieux le faire ?

À lire aussi : J’ai testé pour vous… le syndrome de l’imposteur

Un psychologue, Matthew Smith, utilise une expression que je trouve drôlement chouette : « GO LUCK YOURSELF ».

Interrompons le cercle vicieux, laissons de côté nos propres attentes négatives vis-à-vis de nous, faisons un petit pas en avant et essayons de voir les choses autrement : pour Matthew Smith, nous aurions tout à gagner à favoriser notre sentiment de chance, à cultiver un peu notre optimisme.

Pour cela, le psychologue propose un exercice quotidien : noter chaque soir trois choses de notre journée pour lesquelles nous sommes reconnaissants.

En pensant que nous sommes chanceux, et que nous pouvons contrôler au moins une petite partie de nos vies, nous pourrions voir les choses un peu différemment et nous extirper des prophéties autoréalisatrices

Pour aller plus loin :

À lire aussi : Résolution : prendre soin de soi et cultiver le bonheur

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum Facebook
  • Justine_
    Justine_, Le 24 mai 2017 à 12h47

    @Tante Clara :jv::fleur::cupidon: - du love sur toi et plein de mercis...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!