Marion et Lou parlent de la honte — Sister Sister

Par  |  | 11 Commentaires

Marion et Lou sont de retour dans Sister Sister pour parler cette semaine de leur rapport à la honte. Qui décide de ce dont on devrait avoir honte, et pourquoi ?

Lou et Marion sont de retour un an après le lancement de la série Sister Sister, pour de nouvelles discussions sur des sujets intimes. Cette semaine, elles abordent leur rapport à la honte.

Ça parle mycoses vaginales, IST, MST, Walk of shame, et autres joyeusetés !

À lire aussi : La relation abusive : comment la reconnaître et la combattre ?

Retrouve-nous sur YouTube

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • Lala Piriou
    Lala Piriou, Le 28 septembre 2018 à 19h59

    Par rapport à l'anecdote de Marion comme quoi les gens la jugent sur le fait que sa/son partenaire n'est pas forcément la personne la plus importante du monde à ses yeux :
    Quand j'étais encore avec mon ex, j'ai un jour dit à deux ami.e.s que j'espérais qu'on ne serait plus ensemble à 40 ans parce qu'il serait sûrement en train de mourir d'un cancer à ce moment-là vu ses habitudes de vie, et que ça me rendrait trop triste de vivre ça. C'était de l'humour noir, je ne pensais pas un mot de ce que je disais. Je comprends qu'on n'y adhère pas forcément mais mes deux ami.e.s m'ont totalement mis la honte : visiblement ils ne comprenaient pas que je ne songeais pas à passer ma vie avec ce mec, ils m'ont même demandé pourquoi j'étais avec lui si je pensais comme ça. J'étais assez sidérée de leur réaction : déjà merci le jugement de valeur. Puis en quoi c'est intelligent de s'empêcher de sortir avec quelqu'un.e qu'on aime juste parce qu'on ne le/la considère pas non plus comme l'amour de sa vie ?