Odezenne, le groupe qui fait vibrer mon côté obscur

Odezenne, c'est un duo de voix graves, de la poésie noire et des rythmes qui font frémir Mymy. Présentation d'un OMNI, un Objet Musical Non Identifié.

Odezenne, le groupe qui fait vibrer mon côté obscur

Ça fait un petit moment que j’entends parler d’Odezenne. Mes potes connaissant mon amour adolescent pour le rap dépressif et alternatif (big up à la moi de 14 ans qui écoutait le Klub des Loosers en boucle) m’ont chaudement conseillé ce groupe qui monte de plus en plus vite.

Je ne m’y étais pas penchée plus que ça jusqu’à avoir l’opportunité d’assister au concert secret d’Odezenne, ce samedi au Nouveau Casino. Et là, boum.

La claque.

Odezenne, poésie sombre sur voix graves

Odezenne, c’est trois mecs aux jolis prénoms : Alix, Jacques et Mattia (alias Al, Jaco et Merlin), récemment rejoints par Romain Winkler. Selon Wikipédia, ils ont piqué le blaze de leur CPE du collège pour monter leur formation, et ont commencé il y a dix ans.

Après un détour par Berlin, les voici de retour en France où ils enchaînent les scènes — notamment un Olympia, excusez du peu !

Odezenne, à écouter, c’est un duo de graves, avec des rimes inattendues.

Odezenne, à écouter, c’est un duo de voix profondes et graves qui n’ont rien à envier à un Patrick Baud. C’est pas du rap comme on l’imagine, mais ça y ressemble, avec cette rythmique si précise et ces rimes inattendues.

Odezenne, c’est noir, ça colle au cerveau, ça dérange, ça gratte. Et pourtant c’est si beau cette poésie nihiliste, cette litanie obsessionnelle aux multiples niveaux de lecture.

Ai-je pris une arme à mains nues ?
Un ange, c’est des larmes, c’est des cris
Ô dieu, de l’hiver à la nuit, c’est désordre
Mais t’es belle dans ma vie

Je veux te baiser (avec amour) même si Tu pu du cu

Odezenne s’est notamment fait connaître avec un morceau au titre provocateur, Je veux te baiser, une chanson d’amour (dixit l’auteur !) sur une version samplée du thème de Twin Peaks.

Ne vous laissez pas avoir par ce titre ou ce « Je veux te baiser » répété inlassablement comme une profession de foi : si Odezenne vient du rap, on est loin des clichés du genre. Peu d’egotrip, peu de discriminations, peu de clash, pas de grosses bagnoles ni de liasses violettes.

À lire aussi : 10 morceaux de rap que même tes copines qui n’aiment pas le rap aiment

Odezenne se paume, se cogne, se déboîte à la vodka et se couche trop tard.

Odezenne se paume, se cogne, se déboîte à la vodka et se couche trop tard. Dans ses titres se mêlent la fragilité, la colère, le désir, la peur, et des revendications politiques aussi parfois. Et quand Odezenne se la raconte, c’est avec un titre en forme d’insulte enfantine, Tu pu du cu, et deux nez rouges.

Ode à Odezenne

Odezenne me rappelle mes années à faire de l’écriture automatique, à laisser l’encre noire couler sur des dizaines de lignes sans réfléchir. J’écrivais des trucs qui n’avaient pas de sens mais qui ressemblaient aux émotions difficiles à décrire.

Sérieux, regardez ça si c’est pas beau :

Je te prends la main
Sentir couleur
Structure culture en auxiliaire
J’ai l’air de faire des rimes vivantes
On tourne on valse loin du ciment

JEAN-MICHEL BONNE BOUILLE (c’est Jacques, alias Jaco)

Ça veut rien dire mais ça me fait ressentir mille émotions, ça me donne envie de me remettre à écrire autre chose que des articles, ça parle à la partie de moi qui contemple la nuit à 4h du matin en se posant plein de questions, en ayant un peu peur aussi.

Odezenne fait résonner un truc que j’avais enfoui, me rappelle mes années à faire de l’écriture automatique

Odezenne fait résonner un truc que j’avais pas mal enfoui, me donne envie de regarder l’aube se lever en frissonnant sur un toit, de revoir Berlin, d’embrasser sous la pluie des garçons en blouson de cuir et de danser jusqu’à ne plus sentir mes pieds, de dire « J’ai peur, j’ai froid, serre-moi, tiens-moi, me laisse pas toute seule ».

Odezenne dans mes oreilles, Odezenne sur scène

On est clairement du côté fragile de la Force et c’est pas un secret que ça me plaît, alors sous les stroboscopes au Nouveau Casino, regardant ces deux grands gaillards suer et se démener sur scène, je me suis sentie à ma place. Odezenne a vibré dans ma poitrine et j’avais autant le sourire que Jaco et Al faisant sauter la foule.

Odezenne est à la demande, alors vous aussi vous pouvez scander « J’veux de la vodka » à tue-tête.

Odezenne est à la demande, alors vous aussi vous pouvez scander « J’veux de la vodka » à tue-tête. Le concept ? Odezenne crée des groupes Facebook pour voir combien de gens sont motivés par un concert à Bordeaux, Strasbourg, Londres, Montréal, Lille… et si assez de monde le réclame, ça se fait. Vous pouvez retrouver les « à la demande » actuels ici.

Odezenne sera aussi partout ce printemps-été, écumant les festivals, alors guettez leur poésie et leurs voix profondes, ça vaut le détour. Moi je retourne fredonner « qu’le temps passe, comme un train, dans mes mains, il y a rien » en attendant de retrouver les flash lumineux du prochain concert parisien.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cilece
    Cilece, Le 3 mai 2016 à 16h25

    Ouiiiii Odezenne! Je les ai vus en concert il y a 3 ans et c'était TELLEMENT bien, vraiment, vraiment. (et ils étaient si beaux :jv:)

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)