Nostalgia Chick : humour, féminisme et contradictions sur Internet

Nostalgia Chick, c'est le pseudonyme de Lindsay Ellis, qui réalise des vidéos dans lesquelles elle critique films, dessins animés ou séries de façon hilarante ET intelligente. Entre féminisme, pop culture et humour, tout le monde peut y trouver son compte !

Nostalgia Chick : humour, féminisme et contradictions sur Internet

Comme beaucoup d’entre vous, j’aime les vidéos sur Internet… mais pas n’importe lesquelles. Je ne suis pas très vlog, ou gag de cinq minutes, ni très tuto ; les lolcats me font rire cinq minutes mais j’y passerai pas la journée.

That Guy With The Glasses, pépinière de talents

Ce que j’aime, ce sont les reviews, les critiques vidéos et de préférence les grosses reviews qui durent plus d’un quart d’heure et qui creusent vraiment le sujet à fond (au point que même si je viens de regarder une succession de gags sur un vieux film des années 80, je me sens plus intelligente et cultivée après coup).

En VF, ça veut dire que j’accroche bien à Crossed et au Joueur du Grenier par exemple Mais en VO, j’ai beaucoup plus de choix et sur That Guy With The Glasses, j’ai de quoi remplir mon panier. Entre ce critique de chansons pop qui joue du piano dans l’ombre, cette critique de films tellement mauvais qu’ils sont bons qui se fade une intégrale de Charmed en détail, cet allumeur de comics fan de Docteur Who ou, bien sûr, le très célèbre Nostalgia Critic qui a notamment fait un caméo dans deux épisodes de JDG…. J’ai de quoi faire !

Hélas, on trouve assez peu de sous-titres pour tous ces critiques de talents… Et c’est bien dommage !

Lindsay Ellis, la géniale Nostalgia Chick

Dans le lot, en tous cas, ma préférée, aujourd’hui et pour toujours, c’est la Nostalgia Chick, Lindsay Ellis. Et comme elle vient de sortir une vidéo après une looongue pause (sur La famille Addams en plus HIIIIIII), je vais de ce pas faire son éloge parce que cette fille gère !

Commençons par le début : en 2008, Doug Walker, le Nostalgia Critic, lance un grand concours de vidéos pour trouver son équivalent féminin : la Nostalgia Chick, dont la devise serait : « I remember because guys don’t » : je m’en souviens parce que les mecs ne le font pas.

Lindsay Ellis se lance donc dans l’aventure avec une critique de Pocahontas et empoche la mise.

http://www.youtube.com/watch?v=AjwMn_eO2j

Féminisme, pop culture et années 90

Mais au lieu de se limiter à être un équivalent féminin du Nostalgia Critic en enchaînant des reviews de vieilles séries pour filles que le Nostalgia Critic ne voulait pas aborder, elle décide d’amener une toute autre approche et décortique clichés, marketing genré et évolution du féminisme à travers les films et dessins animés familiaux.

Elle a une approche féministe des médias mais ne se limite pas à ce qui est rose et pailleté dans ses analyses. Une étude du marketing des poupées dans les années 90 et un comparatif Kirk vs Picard cohabitent dans la liste de ses reviews.

À l’occasion d’une dissection en règle du principe de la Schtroumpfette (cité par Anita Sarkeesian dans Tropes vs Women), elle lance d’ailleurs une pique à son homologue : « tu seras comme moi… mais en fille », le voit-on dire dans cette vidéo, beau joueur (alors que le principe même du Nostalgia Critic masculin, et donc universel, et de la Nostalgia Chick, la même chose en fille, est sexiste).

Et elle de conclure sa propre review en expliquant que c’est parce que ce principe de « fille de la bande » et d’exception féminine lui court sur le haricot qu’elle a abandonné sa catchphrase « I remember because guys don’t ».

Apprendre en s’amusant avec la Nostalgia Chick

La Nostalgia Chick est pour moi le parfait équilibre entre l’humour (qui manque parfois à Anita Sarkeesian à mon goût) et la critique didactique (qu’on ne trouve pas forcément chez le Nostalgia Critic ou le Joueur du Grenier… que j’adore par ailleurs). Qui plus est, elle prend en compte les implications sociales, commerciales, voire politiques de ce qu’elle analyse, ce qu’assez peu de critiques font.

Et elle est très drôle. Pour le prouver, une des rares vidéos sous-titrées en français que j’ai trouvé où elle critique Labyrinthe… Ce n’est pas sa meilleure critique (elle date de ses débuts) mais bon, les sous-titres sont rares !

Sélection de vidéos

Voici mes quelques recommandations ! Pour ceux qui pigent à peu près l’anglais, c’est abordable : le langage utilisé n’est pas très compliqué.

Charlie’s Angels est celle qui va le plus loin dans les questionnements féministes. Lassée des érotisations constantes des femmes, sous prétexte parfois de Girl’s Power, et notamment des attaques dont elle est la cible sur Internet (elle a donné plusieurs conférences sur le thème « être une femme sur Internet » dans des conventions américaines), Lindsay présente l’émission en niqab et… c’est… hilarant et intelligent ! Notamment la parodie finale.

Une vidéo (sous-titrée en français) présente aussi son analyse du marketing Disney autour des princesses :

La vidéo citée par Anita Sarkeesian, dans laquelle elle définit le principe de la Schtroumpfette :

Ses crossovers avec le Nostalgia Critic (avec des sous-titres) sont aussi vraiment cool.

Un autre crossover récent avec Rantasmo (le vidéaste de la série Needs more gay, dans laquelle il analyse les représentations des homosexuels dans les médias) : Disney needs more gay !

Enfin, sa série de critique sur Le Seigneur des Anneaux qui a illuminé mon hiver 2013 (enfin quelqu’un qui est d’accord avec moi sur le fait qu’Eowyn devait finir avec Merry dans le film !) :

http://www.youtube.com/watch?v=JEhI0uICtaQ

http://www.youtube.com/watch?v=2jirVBfjOkI

http://www.youtube.com/watch?v=z3cJFc9W1GE

http://www.youtube.com/watch?v=8oQKMh16HGw

Et si vous en voulez plus, on trouve ses vidéos sur That Guy With The Glasses ou sur son site Chez Apocalypse !

Lindsay Ellis, plus qu’une Nostalgia Chick

A côté de ça, je pourrai vous parler encore de Lindsay Ellis pendant des heures parce qu’elle n’est pas QUE la Nostalgia Chick. Elle a réalisé un documentaire primé sur la question de l’avortement qui donne la parole à divers points de vue et qui se base sur sa propre expérience (elle avait avorté l’année d’avant), intitulé The A Word.

[vimeo]http://vimeo.com/24492987[/vimeo]

Récemment, je me suis mise à l’aimer encore plus avec sa série de blogs très honnêtes sur sa relation à Internet, qui lui a permis de s’ouvrir et de découvrir d’autres nerds (avec lesquels elle réalise aujourd’hui des vidéos), mais aussi de commettre beaucoup d’erreurs, comme du slut-shaming et du harcèlement, dont elle a aujourd’hui honte mais qu’elle évoque sans se cacher.

On peut parfois dire qu’elle est contradictoire (difficile de construire un personnage féministe et humoristique, tant les blagues sur le viol sont courantes, comme le souligne l’auteur de cet article) mais au moins, elle essaie et nous fait part de ses doutes de manière très humaine. Notamment de la difficulté d’écrire un personnage féminin, qu’on critique beaucoup plus facilement qu’un personnage masculin et pour lequel les attentes sont plus fortes.

Tout ça pour dire qu’en six ans, la Nostalgia Chick a évolué, posté quantité de vidéos passionnantes et drôles et que quand je serai grande, je veux être elle !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Shadeluna
    Shadeluna, Le 31 août 2013 à 14h39

    A quand des madmoizelles qui nous sous-titre ses vidéos comme pour celle de Laci Green ? :d

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)